Rechercher
Rechercher

Lifestyle - This is America

Sur les traces de Grace Kelly, l’intemporelle princesse de Monaco

Véritable icône de la mode et des arts, la princesse continue d’inspirer les générations actuelles, près de quarante ans après sa disparition. 

Sur les traces de Grace Kelly, l’intemporelle princesse de Monaco

Presque quarante ans après sa mort, Grace de Monaco reste une icône de la mode. Photo tirée de la page Instagram @princessgraceus

Beauté, glamour, grâce et style, ces quelques mots définissent encore aujourd’hui la princesse Grace de Monaco, décédée en 1982. Trente-neuf ans plus tard, l’actrice américaine qui contribua à la renommée de la principauté monégasque continue d’inspirer. Une tendance qui s’est confirmée depuis quelques semaines avec le lancement de « Grace Influential », une initiative réunissant un site web et une plateforme de médias sociaux autour de la conviction que cette icône, véritable pionnière de son vivant, dispose de toutes les qualités pour devenir une influenceuse du XXIe siècle. Lancée par son fils, le prince souverain Albert II (63 ans), qui règne sur la principauté depuis 2005, cette initiative vise à mettre en lumière les causes philanthropiques soutenues par la princesse Grace, notamment les arts, l’autonomisation des femmes et le bien-être des enfants. L’objectif est de communiquer ses valeurs à la nouvelle génération, de même que son sens intemporel de la mode et son style de vie chic Riviera. « Quand j’étais un jeune garçon, je voyageais souvent avec ma mère, et même à un âge précoce, je sentais que je devais me conduire avec responsabilité et veiller sur elle. À présent, je vois l’opportunité pour les nouvelles générations d’en être aussi inspirées que moi. La mémoire de ma mère demeure dans l’esprit et le cœur de tant de personnes qu’il ne se passe pas un jour sans que le monde de l’art ne se réfère à elle », souligne le prince Albert II au site Penta. « Ma mère a accompli tant de choses au-delà de sa carrière cinématographique, mais elle a été si modeste en parlant de ses réalisations », ajoute-t-il. Absence de show-off et élégante discrétion ont survécu à l’épouse du prince Rainier III.


Avec la page Instagram « Grace Influential », Grace de Monaco redevient une icône de la mode. Photo DR


Une inspiration

En collaboration avec certains membres de la fondation créée en mémoire de la princesse Grace en 1982, Albert II a senti que le temps était venu de faire revivre le legs laissé par sa mère. Il y a deux ans, il confie la réalisation et le déroulement de Grace Influential à Brisa Carleton, productrice à Broadway et lauréate à deux reprises d’un Tony Award (les récompenses du théâtre américain, NDLR). Pour mener à bien ce projet, elle arpente durant un an les dédales du palais de Monaco pour y retrouver des histoires, des détails, une ambiance, et bien assimiler l’histoire de la princesse Grace et les diverses causes qu’elle défendait. Notamment son soutien à de jeunes talents, mené sans bruit. « C’était une autre époque, résume Carleton. Aujourd’hui, la discrétion est aussi pittoresque qu’un téléphone à cadran ! » La productrice crée une identité pour Grace Influencial, poursuivant ses recherches auprès des grands noms de la mode et de la joaillerie associés au look Grace Kelly, parmi lesquels Hermès, Cartier et Van Cleef & Arpels. Cela dans l’objectif de parvenir à d’éventuels partenariats qui financeront la Fondation Princesse Grace dans son soutien aux artistes émergents du théâtre, de la danse et du cinéma. Sur les réseaux sociaux, la page Instagram Grace Influential se veut une inspiration pour les jeunes intéressés par la mode, la philanthropie, le luxe et l’esprit caritatif de la princesse. La vie de Grace Kelly y est déroulée via des photos d’archives de la princesse, de la vie de la principauté, de ses looks fétiches, de mode et de citations qui rencontrent toujours une grande résonance aujourd’hui. Preuve que le mythe de Grace Kelly perdure, en novembre 2020, un rare sac Hermès, baptisé Himalaya Kelly Bag, a été acquis lors d’une enchère de Christie’s à Hong Kong pour la somme de 437 330 dollars, devenant le sac le plus cher vendu aux enchères.


Grace Kelly, le prince Rainier et Cary Grant en 1961. Georges Lukomski/Archives palais princier de Monaco tirée du site Penta

Une icône

« Nous ne cessons de nous demander quelles seraient les tendances qui l’intéresseraient à présent. Nous n’avons pas du tout voulu un site qui regarde en arrière, explique la productrice Brisa Carleton. Le nôtre tend à capter la manière dont la princesse Grace posterait elle-même ses choix aujourd’hui. » Le tout avec l’approbation du prince Albert II, persuadé que sa mère apprécierait ce miroir virtuel de ses choix. Grace de Monaco, née Grace Kelly en 1929 dans une famille aisée de Philadelphie, avait amorcé une brillante carrière cinématographique dans les années 50, s’affichant sur le grand écran avec les illustres vedettes et réalisateurs de l’époque. Cette femme aux traits délicats se fait d’abord remarquer dans le film Mogambo (1953), face à Clark Gable et Ava Gardner, avec lequel elle remporte l’Oscar du meilleur second rôle. L’année suivante, elle reçoit l’Oscar de la meilleure actrice pour son rôle dans The Country Girl (La fille de la campagne, 1954) dont elle partage l’affiche avec Bing Crosby. Son succès se confirme auprès d’Alfred Hitchcock qui en fait sa vedette dans Dial M for Murder (Le crime était presque parfait, 1954), Rear Window (Fenêtre sur cour, 1954) avec James Stewart et To Catch a Thief (La main au collet, 1955) avec Cary Grant. En 1955, alors qu’elle se rend au Festival de Cannes à la tête d’une délégation américaine, Grace Kelly rencontre, lors d’une séance photographique, le prince Rainier III de Monaco. Leur coup de foudre, très médiatisé, se concrétise par un mariage princier en 1956 suivi dans le monde entier. Avec cette union qui constitue un tournant radical dans sa vie, la star hollywoodienne renonce à sa carrière cinématographique, juste après la comédie musicale High Society (1956), avec Bing Crosby et Frank Sinatra, qui deviendra l’ami de la famille Grimaldi. Alfred Hitchcock, qui espérait la faire tourner de nouveau dans ses films où elle incarnait le stéréotype de la « blonde glaciale », ne parviendra pas à la persuader de sortir de sa retraite... De son union avec le prince Rainier III, naissent successivement Caroline, Albert et Stéphanie. C’est aux côtés de celle-ci, alors âgée de 17 ans, qu’arrive le tragique accident de voiture dans lequel la princesse Grace perd la vie, à 53 ans. 


Beauté, glamour, grâce et style, ces quelques mots définissent encore aujourd’hui la princesse Grace de Monaco, décédée en 1982. Trente-neuf ans plus tard, l’actrice américaine qui contribua à la renommée de la principauté monégasque continue d’inspirer. Une tendance qui s’est confirmée depuis quelques semaines avec le lancement de « Grace Influential », une...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut