Rechercher
Rechercher

D’un cloaque l’autre


Fallait bien s’y attendre. Maintenant que le Barbu en chef a frétillé de l’index du fond de sa grotte, toute la classe politique tortille du croupion dans l’espoir d’une sortie du cloaque. Certes, le Commandeur perse n’en est pas encore au stade « coucou, la voilà ! » mais il s’active, le brave homme. On était parti il y a sept mois sur un projet de gouvernement de « mission » resserré, on est passé ensuite à un cabinet de 18 à l’insistance du Mollasson du Futur. Puis maintenant à une équipe de 24 sous la pression familiale conjuguée de Mongénéral et de son gendrillon le Basileus. Patience, ne reste plus qu’à débusquer une demi-douzaine de diables tapis dans les détails, et l’on se retrouvera avec un caravansérail d’une soixantaine d’ahuris, avec leurs salaires, leurs gardes du corps, leurs frais de bouche, leurs rires gras et leur panse rebondie…

Y a pas à dire, dans cette cour des miracles, les Libanais ont décroché la timbale ! Les tuiles s’entassent comme autant de tombereaux de linge sale, et tout ce que trouvent à faire les neuneus d’en haut, c’est de picorer dedans pour en sortir des rognures de solutions, tout juste bonnes à bricoler des effets d’annonce. Mais à quoi bon se faire de la bile quand les chargés de la ferme boivent du petit-lait ?

Le plus poilant est qu’il se trouve encore des niaiseux qui s’intéressent à ce grenouillage. Les questions existentielles se bousculent et toute la République retient ses sphincters : les prochains ministres du Parti pileux seront-ils rasés de près, cravatés ou mal fagotés ? Le Grand Flapi qui ira glander au Sérail va-t-il poursuivre son numéro de lèche à l’égard du prince héritier d’Arabie, dont il fut naguère le voisin de palmier ?

Istiz Nabeuh pourra-t-il se goinfrer cette fois de ministères façon tiroir-caisse vide et machine sans le sou ? Et surtout, le Parti agrume se contentera-t-il de 22 portefeuilles seulement, sur les 24 à pourvoir ?

À l’heure où notre dette publique a dépassé celle de toutes les Russies, où le jus d’EDL est plus alternatif que jamais depuis que les bateaux turcs sont probablement branchés directement sur la villa du ministre, où les planqués de la fonction publique réclament une nouvelle gonflette de leurs salaires, il serait peut-être bon de prospecter un pire ailleurs. Une denrée rare, parce que pour trouver un pays plus sous-développé que le Liban, faudra le chercher au GPS !

Alors, va pour l’Amazonie !

Au moins là-bas, pas de problème de vaccin introuvable, et l’on se contamine au p’tit bonheur la chance. Tant qu’à vivre dans la jungle, autant qu’on ne soit pas obligé de cracher des millions en monnaie-guenon pour manger…

[email protected]


Fallait bien s’y attendre. Maintenant que le Barbu en chef a frétillé de l’index du fond de sa grotte, toute la classe politique tortille du croupion dans l’espoir d’une sortie du cloaque. Certes, le Commandeur perse n’en est pas encore au stade « coucou, la voilà ! » mais il s’active, le brave homme. On était parti il y a sept mois sur un projet de gouvernement de...

commentaires (3)

VOUS LEUR DONNEZ DES ADJECTIFS POUR NOUS FAIRE RIRE. LE RIRE FAIT DU BIEN. MAIS PAS QUAND LE PEUPLE S,EST VU DEVALISE DE SES ECONOMIES D,UNE VIE QU,IL S,EST VU APPAUVRI ET AFFAME, OBLIGER A MENDIER LE PLUS SOUVENT POUR CERTAINES CLASSES DE CITOYENS. DECRIVEZ LES CORROMPUS, LES VOLEURS, LES CLIQUES DE MAFIEUX, LES CONTREBANDIERS ET LES ASSASSINS, LES MERCENAIRES, TOUS CRIMINELS, POUR UNE FOIS DANS UN ARTICLE SERIEUX ET PAS CLOWNIQUE.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

14 h 47, le 02 avril 2021

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • VOUS LEUR DONNEZ DES ADJECTIFS POUR NOUS FAIRE RIRE. LE RIRE FAIT DU BIEN. MAIS PAS QUAND LE PEUPLE S,EST VU DEVALISE DE SES ECONOMIES D,UNE VIE QU,IL S,EST VU APPAUVRI ET AFFAME, OBLIGER A MENDIER LE PLUS SOUVENT POUR CERTAINES CLASSES DE CITOYENS. DECRIVEZ LES CORROMPUS, LES VOLEURS, LES CLIQUES DE MAFIEUX, LES CONTREBANDIERS ET LES ASSASSINS, LES MERCENAIRES, TOUS CRIMINELS, POUR UNE FOIS DANS UN ARTICLE SERIEUX ET PAS CLOWNIQUE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    14 h 47, le 02 avril 2021

  • Ça fait du bien de vous lire même si ça n’est pas pour nous redonner un soupçon d’espoir. Mais c’est bien de dire tout le mal qu’on pense de ces ordures qui continuent d’enfoncer le pays dans les cloaques perchés sur leur trône en paille moisie mais fiers de leur trahison tous les jours un peu plus grande et plus honteuse en espérant que les jours à venir leur seront finalement profitables vu que le peuple ne bouge toujours pas et préfère une heure de courant à la place du noir total, au pain trempé dans le cyanure à la famine qu’on leur promet si par malheur ils se montrent ingrats et la mort rapide si celle à peu petit feu ne leur convient plus. Voilà à quoi est réduit ce beau pays transformé en une gigantesque fosse septique où baignent tous ses irresponsables et s’acharnent à nous traîner dedans. Ils veulent nous forcer à accepter l’inacceptable ou alors se rebeller et avoir quand même le pire puisque c’est le seul choix qui nous reste. M. Nasr vous êtes le seul à trouver les mots justes pour qualifier ces minables san en épargner aucun puisqu ‘ils sont tous fabriqués de la même pâte rance et pourri à souhait.

    Sissi zayyat

    12 h 56, le 02 avril 2021

  • La grande différence entre les OISEAUX et les POLITIQUES, c'est que de temps en temps, les OISEAUX s'arrêtent de VOLER .

    aliosha

    12 h 42, le 02 avril 2021

Retour en haut