Rechercher
Rechercher

Lifestyle - CoolitudeLe

« Rubik’s Cube », puzzle des puzzles, expliqué par son créateur

Faut-il être matheux, se triturer les méninges ou simplement avoir un bon tour de main pour venir à bout du plus célèbre cube du monde ? Ce casse-tête créé dans les années 70 est aujourd’hui raconté par son inventeur lui-même, Ernõ Rubik.

« Rubik’s Cube », puzzle des puzzles, expliqué par son créateur

Un cube toujours aussi fascinant et magique et attrayant. Photo bigstock

Il y a quelques mois sortait l’ouvrage Cubed : The Puzzle of Us All, signé par Ernõ Rubik, le père du fameux cube portant son nom. Inventé en 1974 et lancé sur le marché en 1977, le Rubik’s Cube s’est vendu jusqu’en 2018 à plus de 350 millions d’exemplaires partout dans le monde. Architecte hongrois et professeur à l’École des arts décoratifs de Budapest, son inventeur, Ernõ Rubik (77 ans), a tenté dans cet ouvrage de comprendre et d’expliquer la popularité de son puzzle cubique composé de carrés multicolores. Pour le résoudre, on s’en souvient, il s’agit de manier l’ensemble, via un système pivotant, jusqu’à placer les petits carrés d’une même couleur sur une même face. Et se retrouver au final avec un grand cube aux six faces chacune d’une même couleur : blanc, jaune, vert, bleu, orange et rouge. Les passionnés de ce jeu, de moins de 7 à plus de 77 ans, sont devenus légion et organisent de nombreux concours de speedcubing qui consistent à résoudre l’opération le plus vite possible. Les plus aguerris décrètent qu’en utilisant la méthode la plus simple, on peut y parvenir en moins d’une minute avec un entraînement adéquat. Les meilleurs le finiraient en moins de dix secondes, signalant qu’il existe des milliers de façons de réussir ce tour d’adresse.

Au-delà du divertissement, le potentiel créatif

Dans son ouvrage, Ernõ Rubik précise qu’au départ, il pensait s’adresser essentiellement aux personnes dotées d’une formation en sciences, en mathématiques ou en ingénierie. Il fut étonné de constater que son invention avait « touché des personnes dont on n’aurait jamais pensé qu’elles pourraient être attirées ». Il invoque à ce sujet la curiosité, qui, écrit-il, « est comme la soif ou la faim. Une pulsion qui provoque une démangeaison intellectuelle et émotionnelle nous précipitant vers ce que l’on ne connaît pas. C’est la flamme qui peut attiser la créativité. Les puzzles font ressortir des qualités importantes qui sont en nous-mêmes. Ils ne sont pas seulement des divertissements ou des appareils à tuer le temps. Pour nous, comme pour nos ancêtres, ils aident à ouvrir la voie à notre potentiel créatif. Si vous êtes curieux, vous trouverez les énigmes autour de vous. Si vous êtes déterminé, vous les résoudrez. Mon cube consiste essentiellement à comprendre la complexité de notre monde ». Enfant, Ernõ Rubik était obsédé par les énigmes de toutes sortes et le désir de leur trouver une solution. Poursuivant dans cette voie, il est aujourd’hui l’auteur du puzzle des puzzles qui a été résolu par des millions de personnes dans le monde pendant plus de quarante ans. Le cube portant son nom est devenu l’un des jouets les plus vendus de tous les temps et est présenté comme un symbole mondial d’intelligence et d’ingéniosité. Un jeu imprégné de magie, de sagesse et de l’humilité d’un inventeur né. Et qui, plus de quarante ans plus tard, brille avec le même éclat de ses six couleurs.

Ernõ Rubik, père du fameux cube éponyme et auteur de « Cubed : The Puzzle of Us All ». Photo tirée de la page Facebook Rubik’s

« Ce cube, notre puzzle à tous »

3,47 secondes, c’est le record actuel pour la résolution la plus rapide du Rubik’s Cube, détenu par Yusheng Du, un jeune Chinois qui a battu le temps de Feliks Zemdegs de 0,75 seconde. Toutefois, un robot est parvenu à résoudre le Rubik’s Cube cette année en 0,38 seconde ! Énième preuve du succès de ce cube magique, YouTube et Netflix ont même diffusé un documentaire intitulé The Speed Cubers. Google, pour marquer le 40e anniversaire de ce passe-temps particulier, lui a aussi consacré un doodle permettant d’y jouer sur son site même. Les plus intéressés n’étaient pas des amateurs du championnat speedcubers mais bien des personnes étrangères à cet univers et, néanmoins, désireuses d’en savoir plus à ce sujet.

Dans la même rubrique

Quand le « look divorce » tente de voler la vedette à la robe de mariée


Selon les producteurs du Rubik’s Cube, après la pandémie qui a joué un rôle de booster en popularisant le jeu chez les plus jeunes, on s’attend à ce que des millions d’exemplaires soient vendus cette année partout dans le monde. Au cours d’une interview au journal britannique The Observer, Ernõ Rubik a récemment précisé que si son cube est toujours populaire après 40 ans d’existence, « c’est parce qu’il s’adresse à des valeurs humaines nobles et universelles : la curiosité, le sens du jeu, la capacité de résoudre les problèmes et l’intelligence ». « Qu’importent votre background social, la couleur de votre peau ou votre sexe, la résolution de ce casse-tête est devenue symbolique de problèmes apparemment insolubles, une métaphore synonyme d’intelligence et de complexité. Le Cube me donne l’espoir que finalement, les gens sont suffisamment capables de résoudre leurs problèmes et survivre », espère-t-il.


Il y a quelques mois sortait l’ouvrage Cubed : The Puzzle of Us All, signé par Ernõ Rubik, le père du fameux cube portant son nom. Inventé en 1974 et lancé sur le marché en 1977, le Rubik’s Cube s’est vendu jusqu’en 2018 à plus de 350 millions d’exemplaires partout dans le monde. Architecte hongrois et professeur à l’École des arts décoratifs de Budapest, son...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut