Rechercher
Rechercher

Politique - Conférence internationale sur le Liban

Kubis aurait évoqué l’appel de Raï avec Guterres

Une délégation populaire islamo-chrétienne, conduite par les anciens députés Farès Souhaid et Ahmad Fatfat, se rendra à Bkerké samedi.

Kubis aurait évoqué l’appel de Raï avec Guterres

« L’ONU se tient toujours aux côtés du Liban, qui en est un membre fondateur », a déclaré Najat Rochdi, coordinatrice de l’ONU pour l’Action humanitaire, lors de sa visite au patriarche Raï. Photo ANI

L’appel à la tenue d’une conférence internationale sur le Liban sous parrainage de l’ONU, lancé par le patriarche maronite, le cardinal Béchara Raï, continue de faire son chemin.

Le dernier responsable étranger en date à l’avoir relayé serait l’ancien coordinateur spécial de l’ONU pour le Liban, Jan Kubis. Dans un appel téléphonique au patriarche demeuré confidentiel, M. Kubis aurait affirmé avoir transmis l’appel au secrétaire général de l’ONU, António Guterres, lequel y aurait réagi avec compréhension. C’est du moins ce qu’avançait hier la MTV. Il n’a pas été possible à L’OLJ de confirmer cet appel de source indépendante proche de Bkerké. Toutefois, non seulement le siège patriarcal ne l’a pas démenti, mais en plus, le même jour, le chef de l’Église maronite recevait Najat Rochdi, bras droit de M. Kubis. Or Mme Rochdi a bien précisé qu’elle rencontre le patriarche « dans le sillage de l’appel qu’il a lancé » pour la tenue d’une conférence internationale sous parrainage de l’ONU. La coordinatrice résidente de l’ONU pour les Affaires humanitaires a précisé « avoir bien écouté le chef de l’Église maronite », ajoutant que « l’ONU se tient toujours aux côtés du Liban, qui en est un membre fondateur ». Par ailleurs, l’appel du patriarche continue de gagner en audience nationale. À cet égard, deux événements sont attendus cette semaine : la visite d’une délégation des Forces libanaises à Bkerké, mercredi, sachant que le chef des FL, Samir Geagea, semble être en contact hebdomadaire avec le patriarche maronite, et la visite d’une délégation populaire islamo-chrétienne, samedi, conduite par les anciens députés Farès Souhaid et Ahmad Fatfat.

Une initiative à double portée

Sollicité par L’OLJ, le député FL Pierre Bou Assi, ancien ministre des Affaires sociales, a livré son analyse de l’appel patriarcal. « L’initiative du patriarche est à double portée, estime-t-il. D’une part, il voit à quel point le processus constitutionnel est paralysé, et il appelle à une aide extérieure pour le débloquer, sachant que c’est la population qui en paie le prix fort ; d’autre part, le patriarche veut inverser un processus qui nous a isolés de la communauté arabe et internationale. Il voit bien que ceux qui veulent nous aider doivent forcer leur chemin jusqu’à nous, en l’absence d’un répondant interne. Regardez ce qui s’est passé avec le président français Emmanuel Macron. Il a voulu lancer un plan de sauvetage, il a demandé des réformes, en échange desquelles il s’est engagé à injecter des fonds dans notre économie exsangue, et personne n’a bougé. Nous sommes dans le discours confessionnel étroit, la culture de la peur de l’autre qui permet à certains de se poser en sauveur, alors même que le Liban ne trouve son rôle naturel que dans l’ouverture. »

Lire aussi

L’initiative de Raï gagne en audience sur les plans interne et international


L’ancien ministre trouve naturel que le Hezbollah s’oppose au projet patriarcal, un peu à la manière du régime syrien qui, durant la guerre civile, s’était opposé à toute internationalisation de la crise libanaise, considérant le Liban comme « sa chasse gardée ». « Mais nous n’allons pas mourir en silence, nous habituer à être traités comme des résidents et non comme des citoyens », ajoute-t-il.

Au sujet du concept de la neutralité du Liban, Pierre Bou Assi conçoit que l’initiative ne puisse déboucher sur du concret. « Tous les projets ne réussissent pas, dit-il. Les bonnes idées n’aboutissent que si le peuple se les approprie. Ce n’est qu’ensuite qu’un modus operandi est trouvé pour le faire. »

Démonstration d’appui

Par ailleurs, à l’appel des deux anciens députés Farès Souhaid et Ahmad Fatfat, le siège patriarcal sera samedi le théâtre d’une démonstration d’appui aux positions du patriarche Raï.

Réuni virtuellement, le rassemblement de Saydet el-Jabal de Farès Souhaid a appelé hier « à répondre à l’appel de Bkerké et à livrer à ses côtés la bataille pour la récupération de la souveraineté et la préservation de l’unité interne et de la paix civile, à agir en faveur du plus large appui international possible à l’application de l’accord de Taëf et des résolutions internationales concernant le Liban (1559, 1680 et 1701), et à sauver le pays de l’effondrement économique ».

Virulente réponse à cheikh Ahmad Kabalan

Notons enfin qu’en réponse à des critiques adressées avec une certaine virulence au patriarche par le mufti jaafarite cheikh Ahmad Kabalan, fils du président du Conseil supérieur chiite Abdel Amir Kabalan, le Centre catholique d’information (CCI), s’exprimant au nom de la commission épiscopale pour les médias de l’Assemblée des patriarches et évêques catholiques au Liban (APECL), s’est indigné de ce que des voix « s’obstinent à dénaturer les appels du patriarche ». « Une conférence parrainée par l’ONU n’a pas pour but de torpiller la formule libanaise ; ce qui menace cette formule, ce sont des projets étrangers à l’entité libanaise et importés d’un État par-çi et d’un projet par-là », peut-on lire dans le communiqué de la commission épiscopale. Et d’enchaîner : « Il n’est pas vrai qu’un congrès international a pour objectif l’occupation du Liban, mais ce qui est vrai, c’est qu’une telle conférence protégera le Liban de l’occupation et du mandat déguisé auquel il est soumis ; et il n’est pas vrai que certains ne voient le Liban qu’à travers les yeux de Tel-Aviv et de la résolution 1559 (NDLR : désarmement de toutes les milices), (…) mais ce qu’il faut exiger aujourd’hui, c’est que la puissance armée soit exclusivement aux mains des autorités légitimes afin de protéger le Liban d’un éclatement infernal en cantons. »

Lire aussi

La proposition de Raï n’a « rien à voir avec le chapitre VII de l’ONU »


Et le communiqué de s’achever sur des interrogations : « Cherche-t-on à en finir avec l’accord de Taëf, avec le principe de la parité islamo-chrétienne ? Cherche-t-on à isoler le Liban de son environnement arabe ? Les avis du mufti Ahmad Kabalan reflètent-ils les opinions du Conseil supérieur chiite ? »


L’appel à la tenue d’une conférence internationale sur le Liban sous parrainage de l’ONU, lancé par le patriarche maronite, le cardinal Béchara Raï, continue de faire son chemin. Le dernier responsable étranger en date à l’avoir relayé serait l’ancien coordinateur spécial de l’ONU pour le Liban, Jan Kubis. Dans un appel téléphonique au patriarche demeuré confidentiel, M....

commentaires (5)

Mr. Kabalan est ce qu'il y a une identité libanaise? Que faire avec vos amis iraniens qui ont détruit notre pays .

Eleni Caridopoulou

18 h 54, le 23 février 2021

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Mr. Kabalan est ce qu'il y a une identité libanaise? Que faire avec vos amis iraniens qui ont détruit notre pays .

    Eleni Caridopoulou

    18 h 54, le 23 février 2021

  • Il ne suffit pas d’évoquer le sujet, il faut traiter le dossier au plus vite car les destructeurs ont une longueur d’avance sur tous puisqu’il est beaucoup plus facile et plus rapide de détruire que de construire. Les libanais n’en peuvent plus des tergiversations de tout le monde il faut que quelqu’un montre son efficacité en annonçant des réponses concrètes à ce problème qui nous dépasse et qu’aucun autre pays ne veut prendre la responsabilité de le résoudre avant qu’il ne soit trop tard.

    Sissi zayyat

    15 h 06, le 23 février 2021

  • Ne cherchez plus de solution de rabibochage. Le Liban de 1943 n’existe plus. Comprenez le une fois pour toutes. La solution consiste à séparer deux cultures totalement opposées l’une à l’autre : une culture du 21eme siècle faite de tolérance, d’égalité entre hommes et femmes, éducation, civisme et paix et une culture du moyen âge qui ne chèche qu’à guerroyer et enfoncer le pays dans l’obscurantisme

    Liberté de Penser

    14 h 35, le 23 février 2021

  • SEULE SOLUTION A TOUS LES PROBLEMES LIBANAIS. L,INTERNATIONALISATION VIA L,ONU OU PAR LES GRANDES PUISSANCES. IL FAUT EXCLURE L,IRAN ET LA TURQUIE. DE PREFERENCE METTRE LE PAYS SOUS MANDAT D,UN PAYS OCCIDENTAL POUR UNE DIZAINE D,ANNEES APRES AVOIR DEGAGE TOUTES LES CLIQUES MAFIEUSES ET LES MERCENAIRES RESPONSABLES DES CATASTROPHES QUI LE FRAPPENT, POUR LE SAUVER EXISTENTIELLEMENT, POLITIQUEMENT, ECONOMIQUEMENT ET FINANCIEREMENT. JE REVE ? POURTANT C,EST LA SEULE ISSUE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 18, le 23 février 2021

  • C’est la seule chance de salut qui nous reste. La milice sectaire armee, appuye’e par la presidence, par son parti politique et par d’autres politiciens vereux, a reussi a remplacer l’occupation syrienne. Il est clair que c’est elle qui gouverne le Liban. Nous sommes soumis au dictat de l’Iran. Qui pensait que l’appel du patriarche Sfeir a la liberation du Liban aboutirait au depart des soldats syriens ? Il faut garder espoir mais aussi œuvrer pour que la proposition de Bkerke aboutisse

    Goraieb Nada

    08 h 12, le 23 février 2021

Retour en haut