Rechercher
Rechercher

Politique - Conférence internationale sur le Liban

La proposition de Raï n’a « rien à voir avec le chapitre VII de l’ONU »

La diatribe de Hassan Nasrallah contre les propositions d’internationalisation de la question libanaise viserait plutôt une déclaration d’un député berryste que l’appel du patriarche, estime l’ancien ministre Roger Dib, proche de Bkerké.

La proposition de Raï n’a « rien à voir avec le chapitre VII de l’ONU »

Le patriarche Raï recevant l’ambassadrice de France, Anne Grillo. Photo ANI

Dans son discours de mardi, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, s’est senti en devoir de clarifier certaines choses. « Une internationalisation de la crise libanaise, au nom du chapitre VII de l’ONU, équivaudrait à une déclaration de guerre », a-t-il dit sur un ton menaçant. Par ces propos, Hassan Nasrallah réagissait en fait à une déclaration exacerbée du député Anouar el-Khalil (Amal), qui a formulé cette menace pour forcer le chef de l’État, Michel Aoun, à signer le décret de formation du nouveau gouvernement. Il s’en était excusé peu après.

« Cette proposition était aussi légère qu’absurde, estime un analyste proche du Hezbollah qui réclame l’anonymat. Une telle résolution se serait heurtée automatiquement à un veto de la Russie ou de la Chine. » Le chapitre VII de la Charte des Nations unies crée le cadre dans lequel le Conseil de sécurité peut prendre des mesures coercitives et recourir à des mesures militaires « pour maintenir ou rétablir la paix et la sécurité internationales ».

Mais le secrétaire général du Hezbollah ne faisait-il pas d’une pierre deux coups et ne répondait-il pas aussi subtilement à l’appel récent du patriarche Béchara Raï en faveur de la tenue d’une conférence internationale sur le Liban sous l’égide de l’ONU ?

Lire aussi

Nasrallah coupe l’herbe sous les pieds de Bassil

L’ancien ministre Roger Dib, un proche du patriarche maronite, ne le pense pas. « Les deux propositions sont tout à fait distinctes, dit-il. Je comprends qu’une demande d’internationalisation dans le cadre du chapitre VII de l’ONU soit perçue par le Hezbollah comme une tentative d’éliminer la résistance et soit rejetée. Mais la proposition du patriarche n’a rien à voir avec cela et le Hezbollah n’a jamais réagi officiellement à la campagne en faveur de la neutralité du Liban. Oui, le patriarche souhaite la tenue d’une conférence internationale qui aiderait le Liban à recouvrer sa libre décision, sa souveraineté et son indépendance, qui sont toutes trois confisquées. Le Hezbollah est donc directement visé, mais il l’est au même titre qu’il le serait par cette conférence de dialogue interne sur une stratégie de défense toujours promise et jamais tenue, qui le contraindrait à revenir dans le giron de l’État. »

Équilibre défavorable

« Constatant l’échec interne à résoudre cette crise et la prépondérance croissante d’un équilibre de forces politiques défavorable à l’État, le patriarche laisse explicitement à l’ONU le soin de trouver les moyens juridiques de s’acquitter de son devoir envers l’État libanais », ajoute M. Dib, qui rapproche la demande du patriarche des propos tenus il y a quelques jours par le pape François. Recevant au Vatican les membres du corps diplomatique accrédités auprès du Saint-Siège, le pape a demandé « un engagement politique (…) international renouvelé pour favoriser la stabilité du Liban traversé par une crise interne, qui risque de perdre son identité et de se trouver encore plus impliqué dans les tensions régionales ».

Le patriarche, reprend M. Dib, défend de toutes ses forces le Liban-message, c’est-à-dire un Liban « pluriel » selon les termes du pape, où la présence chrétienne n’est pas « réduite à une minorité qu’il faut protéger ». Et de poursuivre : « Face à la crise économique et financière et à ses conséquences en termes d’émigration et d’exode de cerveaux et constatant la menace que constitue une possible naturalisation des réfugiés sur l’équilibre démo-confessionnel du pays et le risque d’une dérive fondamentaliste signalée par le pape, le patriarche ne peut rester les bras croisés. Il fait ce qu’il est en son pouvoir de faire. Il est normal que, face à tous les dangers que le Liban court, y compris en raison de l’engagement régional du Hezbollah, le patriarche crie au secours et en appelle à la communauté internationale. »

« Face à Israël, poursuit M. Dib, le Hezbollah assure qu’il possède désormais une force de dissuasion, mais nous ne savons pas quand cet équilibre peut être rompu et se transformer en confrontation, sans compter qu’une stratégie de confrontation doit être soutenue par une économie de guerre dont nous n’avons ni les moyens ni le désir. »

Lire le décryptage de Scarlett Haddad

Gouvernement : Nasrallah prône l’apaisement, mais...

Et M. Dib de conclure : « Le patriarche réclame une conférence internationale sur le Liban et laisse à l’ONU le soin d’en trouver les moyens juridiques, et non militaires. Il le fait, à mon sens, en désespoir de cause et ne demanderait pas mieux que les Libanais soient en mesure de régler leurs problèmes sans l’aide de la communauté internationale. Mais voilà des années que l’on tente de le faire sans y parvenir. Finalement, il ne peut que constater la justesse du diagnostic du président Emmanuel Macron qui, lors d’une rencontre avec la presse le 27 janvier dernier à l’Élysée, a déclaré que l’initiative française pour la formation d’un gouvernement au Liban est toujours en vigueur, mais a dénoncé un “système libanais qui se trouve dans l’impasse du fait de l’alliance diabolique entre la corruption et la terreur”. L’ambassadrice de France, Anne Grillo, qui a récemment été reçue à Bkerké, a réaffirmé que la France se tient aux côtés du patriarche. Que celui qui a une meilleure proposition l’avance ! »


Dans son discours de mardi, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, s’est senti en devoir de clarifier certaines choses. « Une internationalisation de la crise libanaise, au nom du chapitre VII de l’ONU, équivaudrait à une déclaration de guerre », a-t-il dit sur un ton menaçant. Par ces propos, Hassan Nasrallah réagissait en fait à une déclaration...

commentaires (7)

Que ne s'est-il reveillé plus tôt? Il a encensé aoun et son parti pourri des années durant, de ce fait, il est aussi coupable.

Je partage mon avis

23 h 44, le 18 février 2021

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Que ne s'est-il reveillé plus tôt? Il a encensé aoun et son parti pourri des années durant, de ce fait, il est aussi coupable.

    Je partage mon avis

    23 h 44, le 18 février 2021

  • Quelle gifle pour Hassouna de sa sainteté le Pape !!!

    Eleni Caridopoulou

    19 h 57, le 18 février 2021

  • La Communauté internationale s'occupe bien du dossier libanais depuis 2006 et n'attend pas l'appel du chef de l'église pour agir. La stratégie semble être laisser le pays et son peuple se ruiner doucement mais totalement et de l'asphyxier par le silence et le laisser-faire. Les politiques libanais ne sont pas capables de travailler ensemble pour remettre les choses en ordre, et il est sûr que personne de l'étranger n'arrivera à les convaincre de le faire sitôt !

    MGMTR

    15 h 21, le 18 février 2021

  • Qu’attendent les libanais pour faire une demande officielle auprès de l’ONU pour que les lois libanaises et la constitution soient respectées à commencer par le désarmement de HB, ce parti vendu qui sème la terreur et bloque le pays pour la gloire de ses maîtres iraniens. N’est ce pas une cause suffisante pour que le monde intervienne pour arrêter cette ingérence de surcroît armée qui supprime tout sur son passage au su et au vu du monde qui continue à tergiverser pour éviter de les froisser? Que ces pays soit disant amis nous expliquent pour quelle raison ils laissent faire et jusqu’où ils iront pour enfin agir face à ces barbares qu’ils incluent encore dans les négociations alors que toutes les autres possibilités de les réduire au silence se trouvent sur leurs bureaux et dans leurs tiroirs? Depuis des décennies tous les crimes de ces vendus sont occultés et restent impunis avec la bénédiction des pays civilisés à se demander pourquoi le Liban est le seul pays à ne pas bénéficier de leur protection comme tant d’autres. Le terrorisme interne n’épargnera aucun autre pays si leurs dirigeants continuent à ignorer leurs nuisances. Le Liban se situe à quelques km de l’Europe et le plan de ces mercenaires ne les épargnera pas une fois le Liban acquis par eux. Il n’y aura pas de frontière à leurs actes de barbarie et il sera trop tard pour eux car ils auraient perdu le contrôle du montre qu’ils ont couvé.

    Sissi zayyat

    11 h 59, le 18 février 2021

  • Avec l’OK de l’ONU : 1976 arrive l’armée FRERE (définition donnée par nos COMMERCANTS DE DIEU et des KOULONS de l’époque) SYRIENNE ;quelques mois plus tard la FORCE DE DISSUASION ARABE ( Saoudienne , Emiratie , Libye ),1982 Israël , 1983 la Finul , 1983 la FORCE MULTINATIONNALE DE SECURITE ( E.U , France,G.B.,Italie).1983 les Arabes quittent tout en ayant déboursé quelques millions de $ empoches par les KOULONS. 1984 E.U. + France quittent la plaine ayant subie : 500 morts autant de blesses, G.B. file hypocritement à l’anglaise, l’Italie quitte la tête haute avec nos remerciements. RESTENT main dans la main, nos FRERES et leur coopérants KOULONS.1990 arrive notre GODFATHER, achète les KOULONS, Solidère, destruction du CENTRE VILLE, folie d’endettement, spéculation immobilières,2000 Israël la queue entre les jambes nous quitte , 2005 Valentine Day, à partir de maintenant nos FRERES deviennent nos ENNEMIES , arrive notre INUTILE et, sa CLIQUE , (sans nos FRERES )c’est la corruption, la négligence à tous les niveau.2019 Voilà qu’on nous sort du chapeau la THAOURA et puis le BOUM : LE RETOUR DE l’INUTILE avec la bénédiction des mêmes COMMERCANTS ET KOULONS. Continuons à espérer et relisons l’HISTOIRE.

    aliosha

    11 h 56, le 18 février 2021

  • Au plus vite... nous sommes à bout de souffle

    Nadine Naccache

    11 h 54, le 18 février 2021

  • IL FAUT QUE TOUS LES PARTIS LIBANAIS, MERCENAIRES ET CPL EXCLUS, PRESENTENT UNE PETITION EN BONNE ET DUE FORME A L,ONU POUR UNE CONFERENCE INTERNATIONALE QUI DEBATTRA SUR LE LIBAN TEL QUE VOULU PAR SON PEUPLE, EXCLUS LES VENDUS BIEN CONNUS INTERNATIONALEMENT.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 04, le 18 février 2021

Retour en haut