Rechercher
Rechercher

Société - Liban

Plus de 300 manifestants protestent devant le tribunal militaire pour la libération de camarades détenus

Il s'agit du deuxième rassemblement en l'espace de 48h.

Plus de 300 manifestants protestent devant le tribunal militaire pour la libération de camarades détenus

Des manifestantes chantant des slogans, le 10 février 2021 lors d'un rassemblement devant le tribunal militaire à Beyrouth. Photo João Sousa

Plus de 300 manifestants se sont rassemblés mercredi matin devant le siège du tribunal militaire de Beyrouth pour réclamer, pour la deuxième fois en l'espace de 48h, la libération de protestataires du Liban-Nord et de la Békaa récemment arrêtés. Plusieurs altercations ont émaillé cette manifestation.

Selon notre journaliste sur place, Mohammad Yassine, les forces de l'ordre, présentes en grand nombre, ont bloqué plusieurs routes menant au tribunal, empêchant ainsi plusieurs protestataires de rejoindre leurs camarades. En début d'après-midi, plusieurs d'entre eux originaires de Tripoli sont venus renforcer les rangs des manifestants sur place, selon notre photographe João Sousa. Quelques bennes à ordures ont été incendiées sur place, et des altercations ont été signalées, notamment entre des manifestants de différents groupes, mais sans faire de blessés.

Un manifestant devant le siège du tribunal militaire à Beyrouth, le 10 février 2021. Photo João Sousa

"Il y a 24 manifestants détenus, et nous ne pensons pas qu'ils seront relâchés aujourd'hui", affirme l'un des avocats des protestataires à notre photographe sur place.

"Nous sommes là pour défendre notre dignité, nous ne laisserons personne l'exploiter", affirme Rabih el-Zein, l'une des figures de la contestation populaire déclenchée le 17 octobre 2019, à notre journaliste sur place. "A chaque fois qu'il y aura un manifestant détenu, nous protesterons dans la rue", a-t-il promis. Plusieurs avocats ont également participé au rassemblement. "Nous voulons changer tout le système en place, mais jusqu'à ce jour, nous n'avons toujours pas atteint ce but", reconnaît un autre manifestant, Chadi Hamzé, qui a dénoncé au passage le trafic de biens subventionnés vers l'étranger, alors que l'économie du Liban est en crise depuis plus d'un an.

Photo Mohammad Yassine

Lundi, plusieurs personnes avaient été blessées, dont au moins trois femmes, lors d'échauffourées qui avaient opposé les forces anti-émeute à des militants rassemblés devant le siège du tribunal à cette même fin. Les heurts avaient commencé quand quelques manifestants avaient jeté des bouteilles sur les forces de sécurité, qui ont répliqué en tentant de disperser le rassemblement, notamment à coups de bâton, selon l'Agence nationale d'information (Ani, officielle). Depuis le début du mois, trois manifestations devant le tribunal militaire ont ainsi été recensés jusque-là.

Pour mémoire

Manifestation devant le tribunal militaire contre les "arrestations arbitraires"

Tripoli avait été secouée fin janvier par des manifestations contre la situation socio-économique, aggravée par le confinement total, qui avaient dégénéré en affrontements entre contestataires et forces de l'ordre, faisant un mort, un jeune homme nommé Omar Tayba, et plusieurs centaines de blessés.

Deux manifestants tenant des portraits de Omar Tayba, un jeune homme tué à Tripoli fin janvier lors de violentes manifestations. Photo João Sousa

Par la suite, les autorités ont procédé à une série d’arrestations parmi les militants qui ont pris part à ces manifestations. Selon certains activistes, au moins une trentaine de personnes, en majeure partie originaires de Tripoli et de la Békaa, ont été entendues par les services de sécurité dans ce cadre. Certains auraient été arrêtés de façon musclée par les services de renseignement, tandis que d’autres ont disparu des radars pendant plusieurs jours. La plupart des militants convoqués par les autorités n’étaient pas accompagnés d’un avocat, contrairement aux dispositions de l’article 47 du code de procédure pénale.


Plus de 300 manifestants se sont rassemblés mercredi matin devant le siège du tribunal militaire de Beyrouth pour réclamer, pour la deuxième fois en l'espace de 48h, la libération de protestataires du Liban-Nord et de la Békaa récemment arrêtés. Plusieurs altercations ont émaillé cette manifestation.Selon notre journaliste sur place, Mohammad Yassine, les forces de l'ordre, présentes...

commentaires (1)

On ne peut pas évoquer un code de procédure pénale face à un état voyou

Liberté de Penser

08 h 54, le 11 février 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • On ne peut pas évoquer un code de procédure pénale face à un état voyou

    Liberté de Penser

    08 h 54, le 11 février 2021

Retour en haut