Le clin d'œil Le clin d'œil de

Chape de plomb Dédié à Jabbour Douaihy

Chape de plomb
Dédié à Jabbour Douaihy

D.R.

C’est décidé, vous ne vous laisserez pas faire. Confinement, Covid-19, nouvelle souche, crise politique, marasme financier, désastre économique ou pas, vous allez VIVRE. Tous les quotes résolument optimistes à l’américaine du genre « Be positive and smile » postés par vos new friends sur Facebook qui avaient le don de vous irriter au plus haut point – vous préférez l’existentialisme désenchanté et la dépression larvée de vos chers écrivains français mal rasés – vous apparaissent soudain comme d’affectueuses injonctions au bonheur proférées par des Oncles Sam rubiconds et débonnaires.

Dans cette vague d’optimisme supposée vous emporter, on vous signale astucieusement que le soleil, lui, n’est pas confiné. Aux Maldives peut-être. Chez vous, vent et bourrasques sont au rendez-vous. Vous vous élancez quand même, pleine d’allant, sous le regard ironique de votre époux. La promenade prend rapidement l’allure d’une lutte contre des éléments déchaînés comme dans Twister, sauf que l’héroïne n’est pas une scientifique rompue aux catastrophes, mais vous, toute détrempée, avec votre pauvre petit parapluie en morceaux.

Comme toujours dans votre cher pays, l’orage disparaît aussi vite qu’il est arrivé, le ciel s’éclaircit et le soleil, ce cher vieux soleil, se met même à briller. Ce n’est pas le cas de Beyrouth. La ville est la proie de delivery boys pétardant sur leurs mobylettes déglinguées à longueur de journée afin de livrer à des citadins oisifs, vautrés sur leur canapé devant Netflix, des repas bourratifs censés calmer leurs angoisses. Des Security men baraqués, montés en grade depuis qu’ils décident avec autorité de l’ordre d’entrée dans leurs établissements des malheureux déposants, font les cent pas, faisant semblant de surveiller les devantures de grandes banques, jadis orgueilleuses, barricadées comme Fort Knox en dépit de leurs caisses vides. Et les rideaux baissés des restaurants en vogue qui bruissaient jadis des confidences des hommes d’affaires « connus » et des politiciens véreux et du cliquetis des talons aiguille des belles courtisanes font peine à voir.

Ah ! Mais j’oubliais. Seuls les promeneurs de toutous résistent.

Une ville de toutous…


C’est décidé, vous ne vous laisserez pas faire. Confinement, Covid-19, nouvelle souche, crise politique, marasme financier, désastre économique ou pas, vous allez VIVRE. Tous les quotes résolument optimistes à l’américaine du genre « Be positive and smile » postés par vos new friends sur Facebook qui avaient le don de vous irriter au plus haut point – vous préférez...

commentaires (1)

Très amusant article. Bien vu ce que nous vivons ...

Marie-Anne Toulouse-noujaim

07 h 40, le 21 février 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Très amusant article. Bien vu ce que nous vivons ...

    Marie-Anne Toulouse-noujaim

    07 h 40, le 21 février 2021

Retour en haut