Rechercher
Rechercher

Culture - Concert

Hommage en musique de Gabriel à Yared

L’orchestre philharmonique de Radio France a salué le talent et l’œuvre du compositeur franco-libanais.

Hommage en musique de Gabriel à Yared

Un vibrant hommage au compositeur Gabriel Yared lors d’un concert sans public donné à l’auditorium de Radio France. Photo Christian Abramovitz

L’orchestre philharmonique de Radio France a rendu un vibrant hommage au compositeur Gabriel Yared lors d’un concert sans public donné à l’auditorium de Radio France, présenté par Benjamin François et Thierry Jousse et retransmis en direct sur France Musique, Arte concert et le site de la Sacem.

Fondé en 1937, cet orchestre s’affirme dans le paysage musical français et international comme une formation au répertoire éclectique qui a mis sa très haute exigence musicale au service de la musique de Yared, montrant comment le genre que l’on appelle « musique de film » peut trouver sa place au concert symphonique. Car Gabriel Yared, qui est présenté comme un compositeur de musique au cinéma, est en fait bien plus que cela. Nul besoin d’images pour entrer dans son univers musical. Son œuvre a une vie propre et existe indépendamment des films pour lesquels elle a été composée. Il arrive même qu’un film tombe dans les oubliettes alors que la musique, elle, reste vivante, palpitante, intemporelle. Ce concert en a fait l’éclatante démonstration.


L’orchestre philharmonique de Radio France avec Gabriel Yared au piano, pour une soirée dédiée au compositeur franco-libanais. Photo Christian Abramovitz


Gabriel Yared au piano est entouré de ses solistes préférés : Lewis Morison au saxophone pour la déchirante Suite Betty Blue, Juan José Mosalini au bandonéon pour le lancinant Tango de l’impasse, Suzana Bartal au piano pour la joyeuse tarentelle de Raven Girl. Mais aussi Héloïse Poulet dont le soprano voluptueux alterne avec bonheur entre la douce berceuse de Mr Ripley et la gouaille de Tatie Danielle. Tous sont placés sous la direction ferme et inspirée de Dirk Brossé qui connaît très intimement la musique de Yared et en a remarquablement intériorisé les subtilités. Le chœur de Radio France qui devait se joindre au concert pour interpréter notamment la musique inédite de Troy s’est trouvé au dernier moment forcé de déclarer forfait pour cause de Covid, ce qui n’empêchera pas l’orchestre de jouer la pièce (en forme de fugue), lui apportant un éclairage tout à fait nouveau.

Lire aussi

Du cœur de la Bavière, un vibrant et généreux « Salam li Beirut »...

Toujours soucieux de transmission et attentif aux jeunes compositeurs, surtout en ces temps de disette musicale, Gabriel Yared a remis, en cours de concert, le « Prix de l’avenir » à la classe de composition de musique à l’image du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris. Ce prix spécial dont Gabriel Yared est le parrain et dont il a été lui-même lauréat en 2008 encourage les jeunes talents de demain et traduit le souhait de France Musique et de la Sacem de soutenir la jeune génération de musiciens en ces temps ternis par la crise sanitaire.


L’orchestre philharmonique de Radio France a rendu un vibrant hommage au compositeur Gabriel Yared lors d’un concert sans public donné à l’auditorium de Radio France, présenté par Benjamin François et Thierry Jousse et retransmis en direct sur France Musique, Arte concert et le site de la Sacem. Fondé en 1937, cet orchestre s’affirme dans le paysage musical français et...

commentaires (1)

Le goût et la passion de la musique ainsi que le talent de Gabriel Yared se sont révélés très tôt. A dix huit ans il jouait déjà sur les grandes orgues de l'église St Joseph des Pères Jésuites des oeuvres de Bach, Vierne, Boëllmann ou autres Langlais, Clérambault ou Gélalian dont on connait les difficultés techniques. J'ai précieusement gardé des enregistrements que j'avais moi-même effectués en direct en 1967 des Toccatas de Boëllmann et Gélalian sans oublier qu'il m'avait chargé des tirants de registre pour un ou deux passages, responsabilité qui m'avait terrifiée...Gabriel Yared fait partie des grands musiciens de ces deux siècles et continuera longtemps encore à nous offrir des musiques magnifiques. Nous en sommes fiers et reconnaissants.

Paul-René Safa

09 h 30, le 01 février 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Le goût et la passion de la musique ainsi que le talent de Gabriel Yared se sont révélés très tôt. A dix huit ans il jouait déjà sur les grandes orgues de l'église St Joseph des Pères Jésuites des oeuvres de Bach, Vierne, Boëllmann ou autres Langlais, Clérambault ou Gélalian dont on connait les difficultés techniques. J'ai précieusement gardé des enregistrements que j'avais moi-même effectués en direct en 1967 des Toccatas de Boëllmann et Gélalian sans oublier qu'il m'avait chargé des tirants de registre pour un ou deux passages, responsabilité qui m'avait terrifiée...Gabriel Yared fait partie des grands musiciens de ces deux siècles et continuera longtemps encore à nous offrir des musiques magnifiques. Nous en sommes fiers et reconnaissants.

    Paul-René Safa

    09 h 30, le 01 février 2021

Retour en haut