Rechercher
Rechercher

Politique - Politique

La France prête à "aider le Liban sur le dossier gouvernemental"

Le président français est toujours le bienvenu, assure Michel Aoun lors d'un entretien téléphonique avec Emmanuel Macron. 

La France prête à

Les présidents français et libanais, Emmanuel Macron (g.) et Michel Aoun, à Baabda, le 1er septembre 2020. Photo d'archives AFP

Le président libanais Michel Aoun s'est entretenu samedi après-midi avec son homologue français, Emmanuel Macron, de la situation au Liban, notamment de la formation du gouvernement. A ce sujet, le chef de l'État français a déclaré "être prêt à aider" Beyrouth, selon un communiqué publié par le palais de Baabda. 

Le 1er septembre, lors de sa deuxième visite au Liban en moins d'un mois, Emmanuel Macron avait présenté une initiative pour le redressement économique et financier du pays. Dans cette feuille de route figuraient plusieurs priorités, en tête desquelles la formation d'un "cabinet de mission", dont toutes les formations politiques libanaises s'étaient engagées à faciliter la mise sur pied dans un délai de quinze jours. Près de cinq mois plus tard, et trois mois après la nomination de Saad Hariri, le nouveau gouvernement n’a pas toutefois encore vu le jour en raison des divergences politiques.

"Le président Aoun a reçu un appel de la part du président français et les deux hommes ont discuté de la situation actuelle et de la formation du futur gouvernement", a annoncé le bureau de presse de Baabda dans un communiqué succinct. Emmanuel Macron a "à nouveau affirmé que la France se tient aux côtés du Liban dans les circonstances actuelles et qu'elle est prête à aider dans différents domaines, notamment sur le dossier gouvernemental", ajoute le texte. 

Le chef de l'État libanais a remercié M. Macron pour son "soutien constant" et sa détermination à faire évoluer les relations libano-françaises dans tous les domaine. Il a "salué l'initiative française" et affirmé que le président français était le bienvenu au Liban. 

L'Élysée n'a de son côté donné aucun détail sur l'entretien entre MM. Macron et Aoun. 

Lire aussi

Paris, pariant sur la souplesse de l’administration Biden, tend une perche à Washington

Vendredi, le chef de l'Élysée avait annoncé qu'il entendait revenir à Beyrouth pour une troisième visite. Le président français devait initialement se rendre au Liban les 22 et 23 décembre 2020, pour sa troisième visite depuis la double explosion meurtrière au port de Beyrouth, le 4 août 2020. Il devait notamment passer le réveillon avec les militaires français de la Finul, à la frontière avec Israël. Mais sa visite avait été annulée en dernière minute lorsqu’il avait contracté le Covid-19. M. Macron avait néanmoins affirmé que l’initiative française restait en vigueur, dénonçant un "système libanais qui se trouve dans l'impasse du fait de l'alliance diabolique entre la corruption et la terreur", selon des propos rapportés en arabe par la chaîne saoudienne al-Arabiya. "J'adresse ma sympathie au peuple libanais, mais leurs dirigeants ne méritent pas leur pays...", s'était-il alors désolé.

La réaction du CPL
Le nouveau gouvernement libanais est attendu depuis la démission du cabinet de Hassane Diab, le 10 août, suite aux explosions du port de Beyrouth. Il n'a cependant pas encore vu le jour en raison des divergences entre le Premier ministre désigné, Saad Hariri, et le président Aoun, qui se sont transformées en vives tensions entre leurs camps respectifs, marquées par des échanges réguliers d'accusations et de critiques.

Ainsi, plus tôt dans la journée, le Courant patriotique libre (CPL, aouniste) avait estimé que les violences de cette semaine à Tripoli (Nord) au cours de manifestations anti-gouvernementales devaient "pousser le Premier ministre désigné à former rapidement un gouvernement, en accord et en partenariat complet avec le chef de l'État". "Le Premier ministre désigné devrait immédiatement se rendre au palais de Baabda", ont appelé les responsables aounistes, accusant à nouveau Saad Hariri de "perdre son temps en blâmant les autres de ses propres torts". Le CPL a aussi critiqué implicitement le camp haririen qui "essaie de faire bonne figure en disant vouloir préserver les droits des chrétiens alors qu'ils ont refusé de reconnaître la légitimité du plus grand représentant chrétien et ont bloqué pendant deux ans et demi son élection" à la tête de l'État.

Le Courant Futur avait aussitôt réagi : "Le Courant patriotique libre reste dans son état de déni, qui transparaît dans chaque communiqué. Vouloir faire bonne figure est une accusation qui correspond mieux au CPL", a-t-il dénoncé. "Faut-il rappeler qui sont les leaders politiques qui refusent de répondre aux conseils hebdomadaires des chefs spirituels chrétiens", s'est interrogé le parti haririen, en référence aux appels lancés depuis plusieurs dimanches par le patriarche maronite Béchara Raï pour une rencontre de réconciliation entre Michel Aoun et Saad Hariri.


Le président libanais Michel Aoun s'est entretenu samedi après-midi avec son homologue français, Emmanuel Macron, de la situation au Liban, notamment de la formation du gouvernement. A ce sujet, le chef de l'État français a déclaré "être prêt à aider" Beyrouth, selon un communiqué publié par le palais de Baabda. Le 1er septembre, lors de sa deuxième visite au Liban en moins...

commentaires (11)

Il serait temps que le monde se penche sur le vrai problème du Liban en étant conséquent avec ses actes. Il est clair que le noeud gordien du problème est HB. En refusant de respecter la constitution ils défie le monde entier en prenant en otage tous les libanais pour s’en servir comme bouclier humain. Les grandes puissances de ce monde devraient faire entendre leur voix concordante et se prononcer tous pour un liban sans armes illicites et une distanciation des problèmes régionaux et ceci sans aucune condition. Les libanais n’en peuvent plus des guerres qui les touchent de plein fouet alors que les causes qui les génèrent ne les concernent ni de près ni loin. HB empêche toute réconciliation avec Israël et justifie ses armes pour la combattre, alors que les pays arabes et même bientôt la Syrie sont sur le point de devenir ses partenaires. Il est clair que si on laisse faire une milice armée jusqu’aux dents en prétextant ne pas avoir les moyens de l’empêcher de détruire notre pays, cette milice irait jusqu’à anéantir toute sa population sous le regard médisant des grandes puissances qui rejettent la faute sur les citoyens libanais en leur demandant de s’unir alors que le problème réside ailleurs. Les lois de notre pays doivent être respectées par tous et ça n’est pas très difficile de le faire entendre pour que cela soit appliquer lorsque des pays démocratiques et puissants le réclament et œuvrent pour le mettre à exécution.

Sissi zayyat

14 h 20, le 31 janvier 2021

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • Il serait temps que le monde se penche sur le vrai problème du Liban en étant conséquent avec ses actes. Il est clair que le noeud gordien du problème est HB. En refusant de respecter la constitution ils défie le monde entier en prenant en otage tous les libanais pour s’en servir comme bouclier humain. Les grandes puissances de ce monde devraient faire entendre leur voix concordante et se prononcer tous pour un liban sans armes illicites et une distanciation des problèmes régionaux et ceci sans aucune condition. Les libanais n’en peuvent plus des guerres qui les touchent de plein fouet alors que les causes qui les génèrent ne les concernent ni de près ni loin. HB empêche toute réconciliation avec Israël et justifie ses armes pour la combattre, alors que les pays arabes et même bientôt la Syrie sont sur le point de devenir ses partenaires. Il est clair que si on laisse faire une milice armée jusqu’aux dents en prétextant ne pas avoir les moyens de l’empêcher de détruire notre pays, cette milice irait jusqu’à anéantir toute sa population sous le regard médisant des grandes puissances qui rejettent la faute sur les citoyens libanais en leur demandant de s’unir alors que le problème réside ailleurs. Les lois de notre pays doivent être respectées par tous et ça n’est pas très difficile de le faire entendre pour que cela soit appliquer lorsque des pays démocratiques et puissants le réclament et œuvrent pour le mettre à exécution.

    Sissi zayyat

    14 h 20, le 31 janvier 2021

  • Le CPL accuse le premier ministre désigné de faire barrage aux chrétiens et de leur subtiliser le pouvoir dans le pays. Ils veulent protéger Aoun qui d’après eux est le représentant de ces derniers? Ils évoquent le blocage du pays pendant plus de deux ans pour empêcher Aoun d’accéder à la présidence. D’abord Aoun ne représente que lui même et son parti dirigé par son Gendron. Puis le blocage était justifié vu le désastre imaginé par certains et qui s’est avéré avec son mandat qui ne laisse aucun soupçon quant à son incapacité à diriger un pays et encore moins à le redresser. Il a fait preuve de mollesse et de manque de patriotisme qui l’ont toujours caractérisés et il a montré que tous les soupçons à son égard étaient justifiés. Hariri doit impérativement faire publié la liste de sa mouture dans les journaux pour que les libanais puisque comprendre sa politique car il n’est pas irréprochable non plus et son manège à garder secrète sa liste n’inspire confiance à aucun libanais vu son initiative à ignorer la constitution en laissant le choix des ministères et des ministres aux vendus pour ouvrir le bal des quiproquos.

    Sissi zayyat

    13 h 05, le 31 janvier 2021

  • « L’alliance entre la corruption et le terreur » bloque le La formation du gouvernement et les réformes nécessaires au redressement du Liban. Macron et la France ne peuvent rien faire contre cette alliance. C’est la triste réalité...

    Alexandre Husson

    12 h 18, le 31 janvier 2021

  • SI LA FRANCE VEUT AIDER LE LIBAN CAD LE PEUPLE LIBANAIS QU,ELLE L,AIDE A SE DEBARRASSER DE TOUTES LES CLIQUES MAFIEUSES QUI L,ONT GOUVERNE ET LE GOUVERNENT ENCORE DU PLUS HAUT PLACE AU PLUS PETIT. AUTREMENT CE SERAIT MAINTENIR LES DIFFERENTES CAVERNES DES ALIBABAS QUE JE REPETE DU PLUS HAUT PLACE AU PLUS PETIT.

    SPECIALE RUBRIQUE+NO CENSURE=REABONNEMENT+SOUTIEN.

    09 h 55, le 31 janvier 2021

  • Tous les Emmanuel Macron du monde ne peuvent rien y faire, ni changer une personnalité obstinée et incroyablement égoïste...en plus du poids de 90 années d'âge facilitant la soumission forcée à des profiteurs malhonnêtes locaux vendus à l'exterieur. - Irène Saïd

    Irene Said

    09 h 11, le 31 janvier 2021

  • mais leurs dirigeants ne méritent pas leur pays...", s'était-il alors désolé. NOUS SAVONS TOUS QUE CE QUI FERA CEDER LES DIRIGEANTS, CE NE SONT PAS LES BLAMES MAIS LE BATON QUE L'EUROPE BLOQUE TOUS LES FONDS DE TOUS LES POLITICIENS LIBANAIS TOUS CONFONDUS DANS LE MONDE ENTIER AFIN DE VERIFIER CEUX QUI SONT LEGALEMENT DETENTEUR DE LEURS FONDS ET CONFISQUER LE RESTE LA VERITE C;EST LA SEULE INITIATIVE QUI SORTIRA LE PAYS DE L'ENFER DONT IL EST DEJA MIS DONNER MOI UNE SEULE RAISON POUR NE PAS LE FAIRE PUISQUE OUVERTEMENT TOUT LE MONDE INTERNATIONAL ET LOCAL SONT TOUS D'ACCORD QUE CES DIRIGEANTS SONT CORROMPUS A QUELQUES EXCEPTIONS PRES DEUXIEME VERITE VOUS VOULEZ CONSIDERER HEZBOLLAH COMME UN REPRESENTANT LEGAL DU PEUPLE TOUT A FAIT D'ACCORD ALORS EXIGER DE AOUN QU'IL DONNE L'ORDRE DE FERMER LES FRONTIERES AVEC LA SYRIE D'OU PASSENT TOUS LES JOURS DES CENTAINES DE CAMIONS PAYER PAR LE LIBAN A TRAVERS LES SUBVENTIONS DE LA BDL DONNER MOI UNE RAISON POUR LAQUELLE NOTRE PRESIDENT POURRA CETTE REQUETTE (ce qui vous dira clairement que c'est par la force que les deputes de Hezbollah font parti des deputes de ce pays )

    LA VERITE

    01 h 59, le 31 janvier 2021

  • Mr. Macron vous pouvez parler mais tant que Hassouna ne donne pas son consentiment rien ne peut se faire

    Eleni Caridopoulou

    20 h 55, le 30 janvier 2021

  • Le Liban est pris en otage par ceux que vous vous proposez d’aider...Aider à quoi?? De quelle aide ont-ils besoin? D’une grosse trique !

    LeRougeEtLeNoir

    19 h 48, le 30 janvier 2021

  • TANT QUE HASSAN NASRALLAH NE SE CALME PAS ET DONNE LE FEU VERT EN DÉCLARANT QU'IL EST D'ACCORD POUR UN GOUVERNEMENT FORMÉ PAR DES MINISTRABLES EN DEHORS DES PARTIS POLITIQUES, RIEN NE VA....SAUVE QUI PEUT VITE

    Gebran Eid

    19 h 37, le 30 janvier 2021

  • Macron sait peut être que toute réconciliation est presque impossible tant que Aoun s'obstine à chevaucher sur les prérogatives, pourtant claires, du premier ministre.

    Esber

    19 h 10, le 30 janvier 2021

  • AOUN, DEMISSIONNEZ EST LE CRI DES MANIFESTANTS DE LA LIBERTE ET DU PATRIOTISME DEPUIS PLUS D,UN AN.

    SPECIALE RUBRIQUE+NO CENSURE=REABONNEMENT+SOUTIEN.

    18 h 45, le 30 janvier 2021

Retour en haut