Rechercher
Rechercher

Un jour nouveau

Le visage sombre de Donald Trump gravissant l’échelle de l’hélicoptère, qui le conduit à l’Air Force One vers la vie civile. La pelouse le vent qui ne résiste pas, cette fois non plus, à défaire sa coiffure improbable, et une autre pelouse qui l’attend, celle de son hôtel Mar-a-lago, Palm Beach, dont il avait fait sa résidence officielle d’été et où il compte, dit-on, faire payer sa participation aux parties de golf. Voilà qui l’obligera à un peu de fair-play, lui qui aurait eu trop de mal à masquer son dépit pour assister à l’investiture de son successeur. Allez, un poing levé pour la route, qu’on ne le croit pas défait pour autant. « On dirait un vieil homme très heureux qui se dirige avec impatience vers un avenir brillant et merveilleux. Ça fait plaisir à voir ! » a ironisé sur Twitter Greta Thunberg, l’adolescente qui lui a tenu front, qui a dénoncé à travers lui l’égoïsme de toute une caste dévoreuse d’avenir.

Il a promis de revenir, d’une manière ou d’une autre, pourquoi pas à travers son gendre, ça s’est déjà vu dans un palais près de chez vous. D’un autre côté, c’est un Joe Biden sobre et pragmatique qui prêtait serment dans le cadre d’une cérémonie minimaliste devant un peuple de drapeaux en raison de la pandémie. La mise en scène, pour impressionnante, n’était pas moins spectrale. Elle faisait penser à ce film de Walt Disney, Bedknobs and Broomsticks (l’Apprentie sorcière), où l’héroïne, Miss Price, repousse un débarquement de l’armée allemande en levant par magie un bataillon d’armures médiévales.

Tandis que le Covid poursuit son invasion mortifère, le nouveau président des États-Unis s’adresse à une Amérique tout aussi malade de quatre années de populisme, de théories farfelues et de manipulation de la vérité, une Amérique divisée, polarisée, effrayée par ses propres démons dont le dernier exploit en date est l’assaut et le saccage du Capitole. L’Amérique n’a pas tant besoin d’être « great again », comme le clamait le président sortant. La seule forme de grandeur qui s’impose aujourd’hui est l’humilité. L’Amérique, comme le monde entier, a besoin d’unité, de paix, de sécurité, de solidarité, d’inclusion, de conscience, de raisons d’espérer. Elle a besoin de guérir. « Un jour nouveau se lève sur l’Amérique » a tweeté, avant de prêter serment, celui qui se pose en restaurateur de la démocratie.

Retour au Liban, à son peuple formidable dont la compétence rayonne partout sauf à domicile. La confiance accordée par l’équipe de Biden au jeune Béchara Choucair pour gérer l’injection de 100 millions de vaccins dans les trois prochains mois n’en est pas le moindre exemple. À l’heure où ce petit pays brûlé, martyrisé, ruiné, épuisé n’en finit pas d’enterrer ses morts entre l’explosion du 4 août et la flambée de l’épidémie, la vanité de la classe politique laisse songeur. On se demande à quoi ont servi les milliards qu’ils ont accumulés aux dépens des biens et des services publics. Sont-ils heureux ? Profitent-ils de l’argent englouti ? Sert-il leurs ambitions et quelles sont-elles ? Ont-ils la conviction de posséder un pouvoir, de gouverner ? Voient-ils l’effondrement absolu, quasi irréversible, auquel leur cupidité, leur vanité, leurs haines mesquines et leur ignorance nous ont conduits ? Comptent-ils s’incruster jusqu’à momification sur ces sièges dont ils se sont montrés si indignes ? Verrons-nous un jour triompher une démocratie qui ne soit pas une foire de vendus, de crapules et de tricheurs ? Nos enfants auront-ils un pays qui ne soit pas cette vallée de larmes à laquelle ces faussaires ont réduit le Liban ? Nous sera-t-il jamais donné de voir un « jour nouveau » ?

Le jour nouveau qui se profile pour l’humanité tout entière, indépendamment de celui promis par Joe Biden, va surgir de lui-même avec les défis que nous posent déjà les pandémies et les changements climatiques. La puissance de l’argent et des armes dont se prévalent nos autorités archaïques ne vaut déjà plus rien. D’autres valeurs, inédites, vont bientôt s’imposer. Les bases de données, on le sait, en font partie, ainsi que la maîtrise de l’intelligence artificielle et des biotechnologies. Mais en plus de ces pouvoirs de science-fiction, on perçoit la montée de nouvelles formes de gouvernance, plus horizontales, proches de l’organisation des grandes entreprises. La génération Thunberg sera impitoyable sur la mauvaise répartition des richesses et le gaspillage des ressources. La seule malédiction qui pourrait permettre à nos dirigeants de se maintenir et à notre régime grêlé de subsister serait que nos jeunes soient privés d’instruction. Alors ils feraient leur miel de leur ignorance, et à l’heure où le monde entier culminera dans une nouvelle ère historique, le Liban rejoindra la poignée de pays maudits qui en seront l’éternel cloaque.


Le visage sombre de Donald Trump gravissant l’échelle de l’hélicoptère, qui le conduit à l’Air Force One vers la vie civile. La pelouse le vent qui ne résiste pas, cette fois non plus, à défaire sa coiffure improbable, et une autre pelouse qui l’attend, celle de son hôtel Mar-a-lago, Palm Beach, dont il avait fait sa résidence officielle d’été et où il compte, dit-on, faire...

commentaires (6)

...et moins criminels surtout!...ils "Vivent" au dépens de nous, Ils fabriquent et font exploser la corruption ,puis les guerres et la discrimination partout au Monde. Et les USA n ont même pas de couverture médicale pour les pauvres et moins pauvres, alors qu'ils renvoient des billions de dollars tirés de la surtaxe des nationaux...en Israël chaque Année?! c est clair,tout ça, et qui monopolise les plus grandes fortunes Auj !!

Marie Claude

10 h 25, le 24 janvier 2021

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • ...et moins criminels surtout!...ils "Vivent" au dépens de nous, Ils fabriquent et font exploser la corruption ,puis les guerres et la discrimination partout au Monde. Et les USA n ont même pas de couverture médicale pour les pauvres et moins pauvres, alors qu'ils renvoient des billions de dollars tirés de la surtaxe des nationaux...en Israël chaque Année?! c est clair,tout ça, et qui monopolise les plus grandes fortunes Auj !!

    Marie Claude

    10 h 25, le 24 janvier 2021

  • L'AMERIQUE TOUT COMME TOUS LES AUTRES "GRANDS" ONT UNE CHOSE A FAIRE: DEVENIR MOINS HYPOCRITES

    gaby sioufi

    18 h 24, le 21 janvier 2021

  • Rêvez toujours, c'est tout ce qui vous reste.

    carlos achkar

    18 h 24, le 21 janvier 2021

  • DEPUIS CENT ANS C,EST LE PEUPLE DES TRIBUS LIBANAISES COIFFEES DE STUDIDES ET INCOMPETENTS ZAIMS A VIE ET TRANSMISSIBLES A LEURS PLUS STUPIDES ET INCOMPETENTS HERITIERS QUI EST RESPONSABLE DE CES CLIQUES MAFIEUSES QU,IL PORTAIT AU POUVOIR PAR IGNORANCE ET FANATISME TRIBAL. SEUL LE PEUPLE PEUT SE REVOLTER ET CHANGER CE QU,IL A PERMIS OU PLUTOT ENGENDRE. VERRONS-NOUS CETTE REFORME PAR LA VOLONTE POPULAIRE SE MATERIALISER OU LES INSTINCTS TRIBAUX CONTINUER LEURS RAVAGES ET LA DESTRUCTION DU PAYS PAR DES TETES VIDES PORTEES ET SE SUCCEDER AU POUVOIR.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    18 h 14, le 21 janvier 2021

  • Il y a des gendres partout et je crains pour vous que le nôtre n'arrive à Baabda dans quelques mois . D'aucuns devront prendre leur mal en patience .

    Hitti arlette

    15 h 29, le 21 janvier 2021

  • je tiens a ajouter cette autre question a celles posees par F .Abou Dib a ces sales personnes : QUAND SE DECIDERONT ELLES A S'AUTO DETRUIRE COMME ELLES L'ONT FAIT POUR NOTRE PAYS ?

    gaby sioufi

    12 h 15, le 21 janvier 2021

Retour en haut