Rechercher
Rechercher

Société - Communautés

Le patriarche Doueyhi en voie de béatification, annonce le chef de l’Église maronite

Le patriarche Doueyhi en voie de béatification, annonce le chef de l’Église maronite

La signature du dossier de guérison par le patriarche Raï. Photo M.A.

Le patriarche maronite Estephan Doueyhi (1630-1704) est en bonne voie d’être béatifié, a annoncé hier le patriarche maronite, le cardinal Béchara Rai, qui a signé en public le dossier médical d’une guérison miraculeuse due à son intercession. Il s’agit de la guérison de Rosette Zakhia Karam, guérie d’une maladie réputée incurable. Le document doit être examiné et authentifié par la commission médicale de la Congrégation pour la cause des saints, au Vatican.

Commentant cet événement pour les membres de la Fondation patriarche Estephan Doueyhi présents, le patriarche Raï a révélé qu’il s’en est ouvert au pape François en octobre, lors de son dernier déplacement à Rome, où il assistait à un consistoire pour la nomination de nouveaux cardinaux. « J’ai dit à Sa Sainteté, nous comptons sur un mot de vous au cardinal qui préside la Congrégation pour la cause des saints, afin que l’examen du dossier du patriarche Doueyhi soit accéléré et coïncide avec la célébration du centenaire du Grand Liban. La réponse n’a pas tardé et, le lendemain, à la messe dominicale qui a suivi le consistoire, le cardinal m’a promis de faire diligence, en réponse à la demande du pape François. »


Portrait officiel du patriarche Estephan Doueyhi.


Né à Ehden, mort dans la Vallée sainte

Né le 9 août 1630 à Ehden, Estephan Doueyhi est une figure majeure de la tradition maronite et sa réputation de sainteté a commencé de son vivant. Formé à son adolescence au Collège maronite de Rome, il perdit presque complètement la vue au cours de ses études, à force de lectures. Mais il en guérit miraculeusement, un rétablissement qu’il attribua à l’intercession de la Vierge Marie, à laquelle il fit un vœu qu’il tint sa vie durant et dont il ne révéla à personne la teneur. Il retrouva après sa guérison une vue d’aigle qui ne faiblit plus jamais. Prêcheur doué, il fut également un auteur prolifique. Son œuvre à la fois littéraire, historique, théologique est consacrée à l’Église maronite, au point qu’il a reçu le titre de « père de l’histoire maronite » et de « pionnier du sentiment national libanais ».

Pour mémoire

Qui sont les saints, bienheureux et vénérables du patrimoine libanais


Élu patriarche à un très jeune âge (40 ans), pourchassé par les mamelouks, il trouva refuge momentanément dans le Kesrouan et le Chouf. Il assuma cette fonction de 1670 à 1704, date de sa mort à Qannoubine, dans la Vallée sainte, où il est enterré dans la grotte de sainte Marina. Outre ses brillantes qualités intellectuelles, de nombreux miracles lui ont été attribués de son vivant. C’est le pape Benoît XVI qui lui a attribué le titre de vénérable, première étape en vue de sa béatification. La cérémonie de béatification se tiendra au Liban.

Le patriarche maronite Estephan Doueyhi (1630-1704) est en bonne voie d’être béatifié, a annoncé hier le patriarche maronite, le cardinal Béchara Rai, qui a signé en public le dossier médical d’une guérison miraculeuse due à son intercession. Il s’agit de la guérison de Rosette Zakhia Karam, guérie d’une maladie réputée incurable. Le document doit être examiné et...
commentaires (4)

durant un temos de crise existentielle, le besoin de se remetre au surnaturel. Culture levantine typique. ce n'est pas un bon signe.

SATURNE

15 h 37, le 17 décembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • durant un temos de crise existentielle, le besoin de se remetre au surnaturel. Culture levantine typique. ce n'est pas un bon signe.

    SATURNE

    15 h 37, le 17 décembre 2020

  • Même auprès de notre seigneur les libanais ont besoin de piston Dr labaki FADI

    fadi labaki

    13 h 39, le 17 décembre 2020

  • "pourchassé par les mamelouks"?! Il ne peut s'agir que d'un lapsus. Les ottomans étaient déjà maîtres de la région depuis près de deux siècles. En réalité, le patriarche Douayhi a été en butte aus persécutions, tantôt du pacha de Tripoli, tantôt des Hamadé (Issa Hamadé l'avait même giflé). Il s'en plaignait au roi Louis XIV en termes poignants: "Ils ont emprisonné les hommes et les enfants et accroché les femmes aux arbres par leurs seins comme nous avons vu de nos propres yeux. (…) tous les lieux et les villages de Jebbé sont entièrement dévastés et leurs habitants dispersés dans de lointaines contrées(…)Nous avons dû maintes fois nous habiller à la façon des laïcs et fuir. Nous avons vécu dans les vallées et les grottes, dans les rocs et les montagnes, sous les intempéries, malgré la vieillesse, pour échapper à leurs mains criminelles"

    Yves Prevost

    07 h 06, le 17 décembre 2020

  • Le dernier de nos soucis

    Robert Moumdjian

    05 h 12, le 17 décembre 2020

Retour en haut