Rechercher
Rechercher

Société - Explosions du port

Ghazi Zeaïter et Ali Hassan Khalil ne comparaîtront pas aujourd’hui devant Sawan

Selon le code de procédure pénale, le juge d’instruction peut délivrer un mandat d’amener à leur encontre.
Ghazi Zeaïter et Ali Hassan Khalil ne comparaîtront pas aujourd’hui devant Sawan

Le bras de fer politico-judiciaire se poursuit entre le juge d’instruction près la Cour de justice Fadi Sawan et les responsables inculpés vendredi, dans le cadre de son enquête sur la double explosion au port de Beyrouth survenue le 4 août. Les deux députés du mouvement Amal Ghazi Zeaïter et Ali Hassan Khalil, qui étaient censés comparaître devant lui lundi mais qui n’avaient pas répondu à leur convocation, sont appelés à nouveau à se présenter aujourd’hui devant le magistrat. Ils n’ont cependant pas l’intention d’obtempérer pour les mêmes motifs qu’ils avaient invoqués vendredi, lorsqu’ils avaient dénoncé « une démarche inconstitutionnelle » et « une politisation du dossier ». De confession chiite, les deux hommes sont soutenus par le camp de Nabih Berry et le Hezbollah qui avaient contesté la démarche de M. Sawan. En tant que respectivement ancien ministre des Transports et ancien ministre des Finances, ils devraient être interrogés sur leurs responsabilités dans le stockage de 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium, emmagasinés depuis 2014 dans l’enceinte du port.

Outre les deux députés, Fadi Sawan avait inculpé l’ancien ministre des Transports, Youssef Fenianos, et le chef du gouvernement sortant, Hassane Diab. Refusant d’être interrogé, M. Diab avait quitté dimanche le Grand Sérail où, conformément à la loi, le juge d’instruction était censé se rendre pour l’interroger. Le Premier ministre sortant a ainsi regagné son domicile pour ne pas avoir à recevoir le magistrat. Insistant toutefois pour l’auditionner, ce dernier a reporté l’audience à vendredi. Quant à Youssef Fenianos, il s’est rendu hier à l’audience qui lui avait été fixée, sans savoir qu’elle avait été reportée à demain, jeudi.

L'édito de Issa Goraïeb

Touche pas à mon brigand !

L’Orient-Le Jour a tenté sans succès de joindre MM. Zeaïter et Khalil. C’est leur confrère du groupe parlementaire berryste, Kassem Hachem, qui nous a confirmé qu’ils ne comptent pas se rendre aux audiences qui leur ont été fixées. Et pour cause : « La façon de traiter l’affaire est contraire aux règles constitutionnelles. » « Si les deux parlementaires acceptent d’être interrogés demain (aujourd’hui), cela signifierait qu’ils reconnaissent la constitutionnalité de la démarche de Fadi Sawan. Or ils la réfutent. »

M. Hachem invoque d’abord l’article 40 de la Constitution, selon lequel un membre du Parlement ne peut, pendant la session parlementaire ordinaire, être poursuivi ou arrêté pour infraction pénale qu’après une autorisation de la Chambre, sauf en cas de flagrant délit. Interrogé sur la question, l’ancien président du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) et du Conseil d’État (CE), Ghaleb Ghanem, affirme que le texte constitutionnel est clair en ce sens. « En l’espèce, les députés ne peuvent faire l’objet de poursuites pénales puisqu’ils bénéficient de leur immunité parlementaire », indique-t-il, soulignant toutefois qu’ « ils auraient pu eux-mêmes, ou par l’intermédiaire de leurs avocats, présenter des exceptions de forme pour contester la décision du juge d’instruction ».

Lire aussi

Diab refuse de répondre au juge Sawan, une nouvelle audience fixée à vendredi

L’autre argument dont s’arment les parlementaires inculpés est le fait qu’en tant qu’anciens ministres, ils ne sont susceptibles d’être mis en accusation que si la Chambre des députés entreprend une démarche en ce sens. « Selon l’article 70 de la Constitution, la poursuite des ministres relève du Parlement », note M. Hachem, rappelant qu’« en cas de manquement grave aux devoirs de leur charge, ils peuvent être mis en accusation à la majorité des deux tiers des membres de l’Assemblée plénière ». « Cette prérogative ne relève donc pas de la justice pénale ordinaire ou de la Cour de justice », poursuit-il, soulignant que « c’est la Haute Cour de justice chargée de juger les chefs d’État et les ministres qui serait, le cas échéant, chargée de les juger ». Dans ses propos, le député berryste considère donc qu’il s’agit d’actes liés à des manquements aux devoirs de ministre et tranche ainsi sur la qualification des délits ou crimes dont ses confrères seraient accusés.

Les cas intermédiaires

L’ancien magistrat Ghaleb Ghanem estime au contraire qu’« au vu des poursuites qu’il a lancées, Fadi Sawan a probablement jugé que les accusés n’ont pas commis leurs actes en leur qualité de ministres ». La problématique qui se pose est de savoir si le juge d’instruction qualifie les actes commis comme un manquement grave aux devoirs de ministre, en l’occurrence que les ministres concernés n’ont pas géré le service public dans le respect de la Constitution.

Dans ce cas, le Parlement, puis la Haute Cour chargée de juger les chefs d’État et les ministres seront compétents. Si les actes sont qualifiés comme des crimes de droit commun, il appartiendra aux tribunaux pénaux ordinaires ou d’exception (Cour de justice) de les juger. Enfin,« M. Sawan peut considérer que les actes ont été perpétrés dans le cadre de l’exercice des fonctions de ministre, sans que pour autant ils ne résultent de ces fonctions », explicite M. Ghanem. « La nuance a été définie dans une jurisprudence datant de 2000. L’assemblée plénière de la Cour de cassation a en effet jugé que ces cas intermédiaires relèvent également de la compétence des tribunaux pénaux ordinaires ou d’exception », note-t-il, rappelant à cet égard que « Ali Abdallah, ancien ministre de l’Agriculture, avait été jugé en 2003 par les tribunaux pénaux parce qu’il avait profité de son poste de ministre pour commettre un délit ». M. Abdallah avait détourné une partie du financement d’un projet agricole, cédant à son frère un cheptel de plusieurs milliers de vaches laitières qu’il était supposé confier à de petits éleveurs et cultivateurs.

L'édito de Michel Touma

Questions cherchent réponses


Pour revenir aux députés qui n’entendent pas être interrogés aujourd’hui, l’ancien président du CSM affirme que le code de procédure pénale donne au juge d’instruction le pouvoir d’émettre à leur encontre un mandat d’amener, le cas échéant. « Les choses n’iraient pas jusque-là », juge pour sa part M. Hachem, indiquant que le président de la Chambre a adressé lundi une lettre à Fadi Sawan, via le procureur général près la Cour de cassation, Ghassan Oueidate, dans laquelle il lui demande de fournir au Parlement des documents sur lesquels il s’était basé pour décider d’auditionner en tant qu’inculpés les responsables concernés. » « Les documents demandés devraient bientôt parvenir à la Chambre qui prendra une décision après les avoir étudiés. »

« En tout état de cause, l’enjeu est que l’enquête puisse aboutir à des résultats », martèle de son côté Ghaleb Ghanem, souhaitant que Fadi Sawan « ne revienne pas sur ses décisions et poursuive ses investigations jusqu’à prononcer un acte d’accusation ».


Le bras de fer politico-judiciaire se poursuit entre le juge d’instruction près la Cour de justice Fadi Sawan et les responsables inculpés vendredi, dans le cadre de son enquête sur la double explosion au port de Beyrouth survenue le 4 août. Les deux députés du mouvement Amal Ghazi Zeaïter et Ali Hassan Khalil, qui étaient censés comparaître devant lui lundi mais qui n’avaient pas...

commentaires (5)

Bof... Arrêtez cette comédie... où certains prétendent, pendant un temps, suivre la loi alors que d'autres s'en moque et vis versa! Kelloun yaané kelloun! La seule solution est le pavé, la rue où tout les libanais doivent investire jusqu'au départ de toutes la clique sur un Titanic spécialement conçu pour eux! La révolution française a prit des décennies avant de s'accomplir, essayons de raccourcir notre parcours!

Wlek Sanferlou

13 h 25, le 16 décembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Bof... Arrêtez cette comédie... où certains prétendent, pendant un temps, suivre la loi alors que d'autres s'en moque et vis versa! Kelloun yaané kelloun! La seule solution est le pavé, la rue où tout les libanais doivent investire jusqu'au départ de toutes la clique sur un Titanic spécialement conçu pour eux! La révolution française a prit des décennies avant de s'accomplir, essayons de raccourcir notre parcours!

    Wlek Sanferlou

    13 h 25, le 16 décembre 2020

  • Alors ce sera à Berry de statuer sur le sort des corrompus après lecture du procès verbal et non le juge. C’est du beau. Et ils viennent tous réclamer que la constitution et les lois de ce pays soient respectées alors qu’ils n’arrêtent pas de les bafouer fort de l’appui de leur allié armé pour transformer ce pays en porcherie qui pue à des km, pendant que Aoun continue à bloquer toutes les issues pour leur porter main forte. Ils savent tous que leur tour arrivera et se cachent derrière leur immunité et leurs lois concoctées à leur mesures pour échapper à la justice d’où leur appui inconditionnel à ces ministres accusés pour corruption et qui continuent à porter le titre de ministre sans être inquiétés alors que dans un vrai pays démocratique ils seraient déjà au chômage. Hémiha haramihas

    Sissi zayyat

    10 h 23, le 16 décembre 2020

  • "... Selon le code de procédure pénale, le juge d’instruction peut délivrer un mandat d’amener à leur encontre ..." - Oui, mais selon le code du "ni perdant ni gagnant", le juge d'instruction peut aller "daller la mer", comme on dit aussi dans notre bel État de droit... Walaw! Vous ne savez pas qui je suis?...

    Gros Gnon

    09 h 39, le 16 décembre 2020

  • D’un seul coup les deux ministres Zaiter et Al Khalil deviennent respectueux des lois et de la constitution et invoquent le droit pour ne pas comparaitre. Les deux responsables ont profite durant des annees de leurs positions aux depens du peuple libanais. Ils sont lies a des affaires mafieuses scandaleuses, reprises par la presse et par plusieurs chaines de televsion, et meriteraient pour differentes raisons d’etre poursuivis par la justice. S’ils etaient si innocents ils auraient insiste eux-memes pour s’expliquer au lieu de se cacher derriere la procedure. Quant au cheval blanc Hassan Diab qui nous disait ne pas faire partie du système politique mafieux, il vient par son refus de comparaitre, de rejoindre le club des premiers ministres corrompus eux aussi qui , peut-etre a l’exception de Tammam Salam, ont beaucoup de choses a cacher. Il ressort des informations diffusees, que le risque d’explosion que representait le nitrate d’ammonium a été signale par de nombreux services securitaires et a plusieurs reprises. Mais comment expliquer qu’autant de responsables aient été mis au courant (y compris Diab et Aoun) mais qu’aucune mesure pratique de parer au crime n’ait été prise ?! y aurait-il une super milice locale qui peut tout paralyser quand ses interets sont en jeux ? C’est au juge Sawan de nous le dire. Appuyons la justice a tout prix

    Goraieb Nada

    08 h 16, le 16 décembre 2020

  • DONC SI JE COMPREND BIEN CE QUE BERRY VEUT DIRE: LES PARLEMENTAIRES PEUVENT VOLER FRAPPER ET MEME TUER MAIS UN JUGE NE PEUT PAS LES INTERROGER SANS L'AVAL DE 2/3 DE LA CHAMBRE GENERAL JOSEPH AOUN QU'ATTENDEZ VOUS POUR PASSER LE KARCHER SUR CES 120 DEPUTES POURRIS PAR LES SOMMES VOLES ET QUI SE PENSENT INTOUCHABLES? LA VERITE AVEC CETTE MENTALITE RIEN NE SERA JAMAIS POSSIBLE AU LIBAN A MOINS DE FAIRE IMMEDIATEMENT DE NOUVELLES ELECTIONS CAR DANS DEUX ANS 75% DE LA POPULATION SERA ENTRAIN DE MENDIER LES 100 DOLLARS DE SES VOTES POUR POUVOIR SE NOURRIR. PEUT ETRE C'EST JUSTEMENT CELA LE BUT DE NASRALLAH ET BERRY QUI EUX AURONT SANS PROBLEME DE L'ARGENT DE L'IRAN POUR PAYER CES VOIX DANS LES REGIONS QU'ILS NE CONTROLENT PAS ENCORE MERCI GEBRAN MERCI CPL MERCI AOUN POUR VOTRE FIDELITE A VOS ACCORDS DE MAR MICHAEL QUI ONT RENDUS LES LIBANAIS MENDIANTS DANS LEUR PROPRE PAYS

    LA VERITE

    01 h 31, le 16 décembre 2020

Retour en haut