Rechercher
Rechercher

Architecture

Nagi Sfeir remporte le premier prix architectural de Property Awards Arabia & Africa

Sélectionnée pour la qualité et l’originalité de son travail architectural, une tour à Lagos et un cabinet d’avocats à Achrafieh, l’agence NS, et avec elle le Liban, s’est distinguée dans le cadre de ce concours de professionnels.

Nagi Sfeir remporte le premier prix architectural de Property Awards Arabia & Africa

Nagi Sfeir, architecte urbaniste entre Beyrouth, les pays arabes, l’Afrique et l’Europe. Photo NS&a

Propagation du coronavirus, faillite économique et politique, catastrophes et épreuves en tout genre... Rien n’est épargné aux Libanais. Heureusement, grâce aux acteurs de la société civile, l’on trouve encore quelques bonnes nouvelles pour garder le moral.

Ces derniers jours, elle nous vient de Nagi Sfeir. L’architecte s’est vu décerner, en novembre, le prix du meilleur design architectural à l’International Property Awards for Arabia & Africa, pour son bâtiment Omo Ekko High Rise Hotel en cours de construction à Lagos, au Nigeria. Il remporte aussi un second prix dans la catégorie Architecture intérieure, pour les bureaux d’avocats IAA (Issa Abi Younès et Associés), conçus à Achrafieh. Répartis par régions, Afrique, Arabie, Asie-Pacifique, Caraïbes et Europe, les International Property Awards sont le rendez-vous annuel incontournable des acteurs de l’immobilier résidentiel et commercial. Ils ont été créés en 1995 afin de récompenser les meilleures réalisations architecturales. Marque d’excellence de renommée mondiale, ces prix sont ouverts aux professionnels de l’immobilier dont les travaux sont jugés par un jury de professionnels venus du monde entier. La cérémonie de la remise des prix aux lauréats devait avoir lieu à Londres, mais le Covid-19 et les mesures sanitaires qu’elle implique en ont décidé autrement. C’est donc en virtuel, sur la plate-forme de visioconférence Zoom, que Nagi Sfeir et ses associés (Ns&a) ont reçu leur double trophée.


Premier prix d’architecture pour Omo Ekko High Rise Hotel conçu par Nagi Sfeir et Associés. Photo NS&a


En compétition avec 200 autres dossiers, le projet Omo Ekko High Rise Hotel a raflé le 1er prix d’architecture. Il a été réalisé, à Lagos, la plus grande ville du Nigeria, un des pays-clés dans l’histoire africaine de la diaspora libanaise, où plusieurs familles – dont les Atrib, commanditaires du projet – se sont déjà fait un nom dans le monde des affaires. Inscrit au cœur des Virgin Islands, aux abords de la lagune, Omo Ekko Hotel (qui signifie The Hotel) allie la beauté du site à la qualité de l’architecture. Le projet est composé de deux tours de hauteurs différentes qui s’emboîtent, déclinant 200 unités résidentielles, allant des studios d’une ou de deux pièces, à des appartements « interconnectés pour une grande flexibilité », explique M. Sfeir. Pour lui, « l’architecture se veut puriste, nette, avec un jeu subtil de transparence qui laisse filtrer la lumière là où il faut, quand il le faut ». Les matériaux utilisés sont de la terra cotta, des panneaux composites en aluminium, un vitrage à valeur thermique réfléchissante élevée. Par ailleurs, « un système de récupération de l’énergie de climatisation rend le projet assez green et à faible impact environnemental », assure l’architecte lauréat. Le bâtiment de 26 étages, qui offre une vue imprenable sur la ville et les environs, compte au total 25 000 m2 de construction, avec des terrasses en espaces privilégiés, une piscine miroir au 20e niveau ; et au roof top, un restaurant libanais, Salma, « promis à être le lieu incontournable de la night life de la ville, avec une vue à 360 degrés sur les alentours ».


Prix d’excellence dans la catégorie Architecture intérieure, pour le cabinet d’avocats Issa Abi Younès et Associés (IAAA), à Achrafieh. Photo NS&a


L’aménagement des bureaux IAA

L’agence NS & Associés a également remporté le prix d’excellence dans la catégorie Architecture intérieure, pour sa conception du cabinet d’avocats Issa Abi Younès et Associés (IAA), à Achrafieh. « Dès l’entrée, les matériaux utilisés donnent le tempo : les grandes dalles de marbre gris au sol contrastent avec la chaleur des éléments verticaux en bois qui créent un écran subtil avec la salle de réunion. Le comptoir, en marbre noir, est la plaque tournante de cet espace », indique l’architecte. Toutefois, « le concept d’aménagement des différentes pièces était assez délicat, fait-il observer. Il convenait d’allier, d’une part, le sérieux des bureaux des principaux associés pour que chaque espace reflète leur personnalité propre avec, d’autre part, un lieu plus décontracté, réservé aux jeunes associés, dont l’esprit et le souffle sont à la pointe de la technologie, avec des parois-vitres, un espace épuré et une qualité de lumière uniforme ». Et de conclure : « Notre objectif est de faire toujours mieux, de toujours mieux satisfaire nos clients, anticipant même leurs besoins quand cela est possible », ajoutant son engagement à investir « dans le potentiel humain qualitatif et les innovations technologiques avancées ».

Bio express

Nagi Sfeir mène sa carrière d’architecte urbaniste entre Beyrouth, les pays arabes, l’Afrique et parfois l’Europe, depuis trois décennies. Diplômé d'un DES en architecture de l'Académie libanaise des Beaux-Arts (ALBA), et titulaire d'un EMBA de l'ESA, il a suivi une formation d'Urbanisme à la Politecnico de Torino, en Italie, avant d'intégrer à Paris l'ESCP Europe, établissement qui dispense un enseignement dans le domaine des sciences économiques, sociales et de management. Sfeir a tout d’abord développé sa pratique au sein du cabinet bien connu de cheikh Pierre el-Khoury and Partners.

En 1998, il fonde Yazigi-Sfeir Atelier avec un associé, avant de créer sa propre agence NS & Associates en 2005. Son équipe est composée d’architectes, d’urbanistes, d’architectes d’intérieur et de dessinateurs.

Parmi ses réalisations, le Boutique Hotel à Oman commandité par le sultan Kabous, sur une surface de 50 000 m2 de terrain ; les projets de développement de chalets à Zaarour comme celui de WinterGreen (40 chalets, 15 000 m2), ou Lakeside (11 chalets, 5 000 m2), et d’autres à Faraya et Faqra dont l’un a été primé aux Arabian Property Awards 2019, catégorie Interior Design. À son actif également, le siège de la banque Audi au Caire, des appartements et des villas à Rabieh, Broummana, Baabdate, Mtein et Yarzé, ainsi que des restaurants un peu partout au Moyen-Orient, comme al-Forno au Koweït, Bahreïn et Dubai ; Gaucho à Dubaï ; la Maison du caviar au Qatar, ainsi que les showrooms de Maserati, Dyson Bose, ou encore Suzuki à Hazmieh.


Propagation du coronavirus, faillite économique et politique, catastrophes et épreuves en tout genre... Rien n’est épargné aux Libanais. Heureusement, grâce aux acteurs de la société civile, l’on trouve encore quelques bonnes nouvelles pour garder le moral. Ces derniers jours, elle nous vient de Nagi Sfeir. L’architecte s’est vu décerner, en novembre, le prix du meilleur design...

commentaires (2)

Bravo,beau boulot,

Muller Bertrand

07 h 14, le 01 décembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Bravo,beau boulot,

    Muller Bertrand

    07 h 14, le 01 décembre 2020

  • Pour la bio il y a erreur: Il faudrait lire DES en Architecture de l ALBA -L Academie Libanaise des Beaux Arts DESS en Urbanisme de l IUA - l institut d Urbanisme de l ALBA EMBA de l’ESA -ESCP EUROPE.

    Naji Sfeir

    07 h 11, le 01 décembre 2020