Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Les Alvarezois

… Ainsi la ministre de la Justice a considéré que le retrait d’Alvarez est « une gifle flanquée aux Libanais ». Comme ça, en général. Mon vieil épicier du quartier, qui ne se connaissait pas d’ennemis, ne l’a pas vu venir, cette gifle. Il en a été bien secoué. Il a tort. Car il faut dire que devenir ministre au Liban (surtout de la Justice), ce n’est pas sorcier. Il suffit de faire cinq ans de droit et tout le reste de travers.

En réalité, il semble que toute la caste politique était d’accord pour faire avorter cette tentative de dévoiler où donc est parti l’argent du pays. Mais cette belle et rare unanimité s’est arrêtée là. Car ils ne sont pas d’accord qui va en assumer la responsabilité. Pour ne pas faire des jaloux, la ministre a donc fait assumer la responsabilité à tous les Libanais. Le Premier ministre a été plus spécifique : ce sont les ténors de la corruption.

Et c’est ainsi que chacun, de cette même caste, y va de son opinion désintéressée, comme observateur extérieur et objectif. Mais, encore une fois, ils s’accordent que sans cet audit, il n’y aura pas d’aide financière internationale et le pays ira à la dérive. C’est une simple constatation placide de leur part qui ne les émeut pas outre mesure. Cette idée saugrenue que « tout le monde est dans la même barque et que si elle coule, elle va entraîner tout le monde » est vraiment dépassée. Car certains pourront très bien se déplacer vers leur yacht, d’autres seront repêchés par un hélico, d’autres encore couleront de beaux jours sous le soleil de la Côte d’Azur. Mais de là où ils sont, ils resteront quand même attentifs aux affaires du pays : qui va occuper tel poste ministériel, comment opérer une telle contrebande, et qui va donner la prochaine gifle aux Libanais. Mon vieil épicier n’est pas au bout de ses claques.

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


… Ainsi la ministre de la Justice a considéré que le retrait d’Alvarez est « une gifle flanquée aux Libanais ». Comme ça, en général. Mon vieil épicier du quartier, qui ne se connaissait pas d’ennemis, ne l’a pas vu venir, cette gifle. Il en a été bien secoué. Il a tort. Car il faut dire que devenir ministre au Liban (surtout de la Justice), ce n’est pas sorcier....

commentaires (0)

Commentaires (0)