Rechercher
Rechercher

Économie - Crise

Le Liban n'est pas à proprement parler "en faillite", selon Salamé

La situation financière actuelle était due aux répercussions de nombreux facteurs, notamment des crises régionales, selon le gouverneur de la BDL.

Le Liban n'est pas à proprement parler

Le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé. Photo d'archives AFP / Joseph Eid

Le gouverneur de la Banque centrale, Riad Salamé, a réaffirmé mardi que le Liban n'était pas à proprement parler "en faillite", mais que la situation financière actuelle était due aux répercussions de nombreux facteurs, notamment des crises régionales, alors que le pays traverse depuis plus d'un an la pire crise économique et financière de son histoire moderne.

"Malgré les défaillances et la stagnation dues à la pandémie de coronavirus, et le fait que l'Etat n'a pas pu honorer le remboursement de ses dettes extérieures, ce qui a eu un impact direct sur les flux de capitaux étrangers, la Banque centrale a montré qu'elle avait travaillé de manière professionnelle", a déclaré M. Salamé lors d'une réunion avec des représentants de l'association des déposants. Cette association - différente de la ligue des déposants qui s'appelle à présent union - s'est créée en avril, mois durant lequel la BDL a publié plusieurs circulaires qui ont modifié le régime de change libanais.

"Le Liban n'est pas un pays en faillite, mais le secteur financier souffre des répercussions de la crise régionale ainsi que du fait que le pays a été la cible, ces trois dernières années, de campagnes de diffamation, utilisées comme moyens de pression dans le cadre des divisions régionales, et des pertes financières dues à l'accumulation du déficit budgétaire pendant les cinq dernières années", a souligné le responsable. Et d'affirmer que tous ces facteurs avaient eu un impact sur "le taux de change de la monnaie nationale", en chute libre depuis l'été dernier et qui tournait aujourd'hui sur le marché noir aux alentours de 7.500 livres pour un dollar. 

Lire aussi

Le déclenchement de l’audit juricomptable n’est plus pour demain

Les déclarations du gouverneur restent alignées sur une position qu’il maintient depuis le début de la crise, et que tous les indicateurs semblent contredire : le PIB du pays devrait se contracter de 20 à 25 % en 2020, selon les différentes estimations mises à jour ; les réserves en devises de la BDL ont atteint un niveau critique qui ne lui permet plus de maintenir longtemps ses différents mécanismes de subventions sur les importations mis en place depuis le début de la crise ; et l’État a fait défaut en mars sur ses obligations en devises (les eurobonds) sans qu’un accord n’ait été trouvé avec ses créanciers, entre autres marqueurs. Les déposants vivent en outre depuis plus d’un an avec d’importantes restrictions bancaires affectant leurs avoirs en devises qui n’ont toujours pas été légalisées, alors que les négociations lancées en mai par le gouvernement de Hassane Diab avec le Fonds monétaire international pour décrocher une assistance financière n’ont pas abouti. Enfin, la classe politique n’a toujours pas formé de nouveau gouvernement, près de trois mois après la démission du précédent dans le sillage de la double explosion – non élucidée – qui a ravagé le port et plusieurs quartiers de Beyrouth, pour des dégâts chiffrés en milliards de dollars.

Concernant les blocages des dépôts dans les banques du pays, le gouverneur de la BDL a souligné que cette dernière avait "depuis le début de la crise, octroyé des prêts en dollars et en livres libanaises aux banques afin de leur permettre de répondre aux demandes en liquidités". "Pour pouvoir permettre à leurs clients de bénéficier de leurs dépôts, les banques doivent appliquer les différentes circulaires publiées par la Banque centrale", a exhorté dans ce contexte M. Salamé, qui a déclaré qu'il était temps "pour les banques et leurs actionnaires de prendre leurs responsabilités". Et de rappeler une série de mesures préconisées par la BDL à ces fins, comme l'augmentation de capital de 20 % et la récupération de 15 à 30 % de versements de plus de 500.000 dollar effectués à l'étranger, entre juillet 2017 et août 2020. Riad Salamé a par ailleurs indiqué que 10 milliards de dollars étaient actuellement "stockés" chez les Libanais, ce qui nécessitait la mise en place de nouveaux systèmes d'organisation des banques afin de rétablir la confiance des déposants. 


Le gouverneur de la Banque centrale, Riad Salamé, a réaffirmé mardi que le Liban n'était pas à proprement parler "en faillite", mais que la situation financière actuelle était due aux répercussions de nombreux facteurs, notamment des crises régionales, alors que le pays traverse depuis plus d'un an la pire crise économique et financière de son histoire moderne. "Malgré les...

commentaires (6)

Ca ne saurai tarder, hélas.

Desperados

22 h 18, le 10 novembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Ca ne saurai tarder, hélas.

    Desperados

    22 h 18, le 10 novembre 2020

  • Vous n'êtes pas en faillite Cher Monsieur mais en cessation de paiement . Quel différence pour ces pauvres Libanais ?

    DRAGHI Umberto

    20 h 21, le 10 novembre 2020

  • C'est bien ça, Mr Salamé: connaissez-vous la chanson: ...Mais à part ça, Mme la Marquise, tout va très bien, tout va très bien...? Mais que racontez-vous aux honnêtes gens? : que tout notre probléme n'est pas de notre faute, et seulement dû à des causes régionales, sinon on ne serait pas en faillite? Mais de qui vous moquez-vous? d'ou venait cette pseudo-richesse du pays, à part de mendier de gros déposants arabes et de la diaspora de déposer leur argent chez nous, en les alléchant avec des taux d'intérêt scandaleux, puis de les distribuer à toutes les mafias politiques ambiantes en augmentant le déficit national de plus de 90 milliards de $?...Vos ingéniéries financiéres douteuses ont bien montré leurs limites et tout s'est écroulé comme un château de cartes lorsque vous n'étiez plus capable de rembourser les intérêts de vos prêts et que tous vos déposants vous ont retiré cette manne, dévoilant ainsi une vraie arnaque à la Ponzi scheme.....Il aurait mieux valu que vous gardiez le silence, ne serait-ce que par respect pour les centaines de milliers de personne de la classe moyenne qui voient leurs économies de toute une vie s'envoler sous vos yeux, surtout que vous n'êtes pas non plus, en odeur de sainteté!

    Saliba Nouhad

    19 h 48, le 10 novembre 2020

  • ET SI TU REND L'ARGENT BLOQUÉS AUX GENS, EST CE QU'IL RESTERA QUELQUE CHOSE ? EN SUPPOSANT QUE CET ARGENT EXISTE ENCORE DANS LES BANQUES. SACRÉ IRRESPONSABLE SALAMÉ.

    Gebran Eid

    19 h 42, le 10 novembre 2020

  • Etonnant lui aussi, il ne veut pas d'audit, ou bien à la Libanaise ... là où il n'y a ni coupable ni responsable et encore moins de problèmes de malversations et d'arrangements entre amis.

    Zeidan

    18 h 42, le 10 novembre 2020

  • Le Liban n'est pas à proprement parler "en faillite". LOL. Il ne le deviendra que lorsqu’il ne restera plus rien, mais alors rien de rien, à voler au peuple Libanais. La devise des dirigeants Libanais: lorsqu’il y en a pour deux il y en a pour moi... et: tant qu’il y a des sous, il y a de l’espoir...

    Gros Gnon

    18 h 00, le 10 novembre 2020

Retour en haut