Rechercher
Rechercher

Réactions

Tirs de joie vs manifestations contre la désignation de Hariri

Les Libanais ont accueilli de façon diverse la désignation de Saad Hariri à la tête du nouveau gouvernement. Alors que dans les fiefs du courant du Futur, les partisans du leader sunnite ont exprimé leur joie par des tirs en l’air qui ont fait six blessés, à Beyrouth et dans le Metn, des rassemblements de protestation ont été organisés.

C’est notamment à Tarik Jdidé et à Tripoli que des tirs de joie ont été entendus. Une source militaire anonyme a confirmé à Abby Sewell, notre collègue à L’Orient Today, que six personnes ont été blessées par des balles perdues. Après ces tirs, le courant du Futur a appelé ses partisans à éviter ce type de manifestations. « Avec la désignation de Saad Hariri pour former le cabinet à l’issue des consultations parlementaires qui ont eu lieu aujourd’hui, une nouvelle page s’est ouverte, consacrée au sauvetage du pays, à l’arrêt de l’effondrement et à la reconstruction de Beyrouth », indique un communiqué publié par la formation du Premier ministre désigné. Et de poursuivre : « Le Futur appelle ses partisans dans toutes les régions à observer la phase post-désignation dans cet état d’esprit et à s’exprimer en tenant compte de la situation délicate du pays sur les plans politique, social et sanitaire, en respectant les lois et en évitant tout acte allant à l’encontre de ces considérations, conformément à la culture du parti ».

Dans la Békaa-Ouest ainsi qu’à Haba, dans le Akkar, des convois de voitures ont été organisés en guise de célébration. À Saïda, des jeunes ont accroché une banderole rendant hommage à Saad Hariri, rapporte notre correspondant sur place Mountasser Abdallah.

Parallèlement, une trentaine de manifestants se sont rassemblés en soirée au niveau de la maison des Kataëb, à Saïfi, ainsi qu’à Jal el-Dib, pour protester contre le retour de M. Hariri au Sérail. À Saïfi, ils ont bloqué la route à l’aide de bennes à ordures et lancé des slogans comme : « Ni Hariri ni Moustaqbal, nous n’accepterons aucun d’eux » et « Saad Saad Saad, n’en rêve même pas ».

À Jal el-Dib, les protestataires ont réclamé la chute de la classe dirigeante « dans sa totalité et de manière définitive ».


Les Libanais ont accueilli de façon diverse la désignation de Saad Hariri à la tête du nouveau gouvernement. Alors que dans les fiefs du courant du Futur, les partisans du leader sunnite ont exprimé leur joie par des tirs en l’air qui ont fait six blessés, à Beyrouth et dans le Metn, des rassemblements de protestation ont été organisés.

C’est notamment à Tarik Jdidé et...

commentaires (0)

Commentaires (0)