Rechercher
Rechercher

Communautés

Une délégation d’Amal chez Deriane avec un message d’ouverture

Concordance de vues à Dar el-Fatwa sur la préservation de l’unité islamique.

Une délégation d’Amal chez Deriane avec un message d’ouverture

Entourant le mufti Abdellatif Deriane, les députés Ghazi Zeaiter, Ali Hassan Khalil, Mohammad Khawaja et Ali Bazzi. Photo ANI

Une délégation du groupe parlementaire du président de la Chambre Nabih Berry a été reçue hier par le mufti de la République, le cheikh Abdellatif Deriane, à Dar el-Fatwa. Une visite qu’il faut placer dans le contexte de la tension latente sunnito-chiite à cause du bras de fer engagé entre Amal et le Hezbollah, et les anciens chefs de gouvernement sunnites, autour du processus de mise en place du cabinet de Moustapha Adib.

Composée des députés Ali Hassan Khalil, Ghazi Zeaiter, Mohammad Khawaja et Ali Bazzi, la délégation au nom de laquelle M. Khalil s’est exprimé a mis l’accent sur l’unité islamique au moment où le pays traverse une des pires crises de son histoire. « Nous avons affirmé devant le cheikh Deriane que nous sommes des partenaires dans la bataille pour sauver ce pays et renforcer le climat de stabilité qui y règne », a indiqué le député.

Après avoir fait part des vœux du mufti de voir cette unité consolidée, M. Khalil a rappelé que les crises politique, économique et financière se sont accentuées après l’explosion au port, « imposant à toutes les forces politiques de nouveaux agendas ». « Le défi le plus grand aujourd’hui est de former un gouvernement fort, capable d’entreprendre les missions qui lui sont demandées », a-t-il ajouté, qualifiant de positive « l’atmosphère » entourant les tractations autour de la naissance d’un nouveau gouvernement. « Nous y réagirons avec le maximum d’ouverture et de sens des responsabilités », a encore dit le parlementaire, en référence notamment à l’initiative lancée mardi par le chef du courant du Futur Saad Hariri, qui avait concédé à Amal et au Hezbollah l’octroi du portefeuille des Finances à un chiite indépendant qui devrait être cependant nommé par le Premier ministre désigné, Moustapha Adib.

Ali Hassan Khalil a aussi réaffirmé « l’attachement de M. Berry à contribuer à la réussite de l’initiative française dans toutes ses étapes, à commencer par la formation d’un gouvernement jusqu’à aboutir à une conférence internationale d’appui au Liban, en passant par la réalisation des réformes aux niveaux de l’exécutif et du Parlement ».

Il a en outre souligné le souci du mouvement Amal de « favoriser le succès de la mission de Moustapha Adib et de lui apporter tout le soutien nécessaire à l’avenir ».


Une délégation du groupe parlementaire du président de la Chambre Nabih Berry a été reçue hier par le mufti de la République, le cheikh Abdellatif Deriane, à Dar el-Fatwa. Une visite qu’il faut placer dans le contexte de la tension latente sunnito-chiite à cause du bras de fer engagé entre Amal et le Hezbollah, et les anciens chefs de gouvernement sunnites, autour du processus de...

commentaires (5)

Et quand termes choisis, ces choses-là sont dites...

Hughes Leroy

16 h 39, le 25 septembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Et quand termes choisis, ces choses-là sont dites...

    Hughes Leroy

    16 h 39, le 25 septembre 2020

  • Et qu'en termes choisis, ces choses-là sont dites...

    Hughes Leroy

    16 h 38, le 25 septembre 2020

  • Quelle hypocrisie...comment peut-il, Hassan Khalid, prétendre faciliter la tâche du premier ministre ???? Berry et Nassrallah n’arrêtent pas de lui mettre des bâtons dans les roues et ils prétendent l’aider? C’est une mascarade...

    mokpo

    08 h 15, le 25 septembre 2020

  • A voir toute la pourriture politique locale souhaiter la réussite de l'initiative Macron, on commence à être tentés de souhaiter son échec.. En réalité cette initiative est volontairement viciée à la base car elle occulte délibérément l'essentiel: l'organisation de législatives anticipées. Le régime républicain français est en train d'afficher au grand jour sa complicité avec les gros et petits poissons locaux et l'Axe de l'Imposture. Qui est-ce qui tient plus que tout à cette absurdité de distinguer la branche militaire de la branche politique du Parti de l'Imposture ?

    Citoyen libanais

    07 h 59, le 25 septembre 2020

  • - "nous sommes des partenaires dans la bataille pour sauver ce pays et renforcer le climat de stabilité qui y règne" - "Le défi le plus grand aujourd’hui est de former un gouvernement fort, capable d’entreprendre les missions qui lui sont demandées " - "Nous y réagirons avec le maximum d’ouverture et de sens des responsabilités". Trois petites phrases qui ne manquent pas de saveur dans la bouche s'un représentant du Hezbollah lequel s'acharne depuis bientôt un mois, avec son confrère et vassal Amal , à bloquer la formation d'un gouvernement qui ne correspondrait pas à ses exigences

    Yves Prevost

    06 h 53, le 25 septembre 2020