Rechercher
Rechercher

Politique - ONU

L'explosion de Beyrouth est le résultat de "l'hégémonie du Hezbollah", affirme le roi Salmane

"Réaliser les aspirations du peuple libanais, notamment la sécurité, la stabilité et le bien-être, nécessite de désarmer le Hezbollah terroriste", affirme le monarque saoudien, dans un discours devant l'Assemblée générale de l'ONU.

L'explosion de Beyrouth est le résultat de

Le roi Salmane d'Arabie saoudite, le 25 septembre 2019. Photo d'archives AFP

Le roi Salmane d'Arabie saoudite a affirmé mercredi, à l'Assemblée générale de l'ONU, que la déflagration meurtrière au port de Beyrouth, le 4 août, était le résultat de l"hégémonie du Hezbollah sur la décision politique au Liban par la force des armes", appelant par là à désarmer le parti chiite, le seul à avoir gardé son arsenal après la fin de la guerre civile en 1990.

"Hégémonie"
Dans un message vidéo enregistré à l'occasion, en raison de la pandémie du coronavirus, le souverain wahhabite a évoqué, entre autres questions, la crise au Liban. "Nous nous tenons au côté du peuple libanais frère qui a subi une catastrophe humanitaire en raison de l'explosion au port de Beyrouth", a souligné le roi Salmane dans son discours. "Cela est le résultat de l'hégémonie du Hezbollah, groupe terroriste affilié à l'Iran, sur la prise de décision au Liban, par la force des armes, provoquant la paralysie des institution étatiques et constitutionnelles", a fustigé le monarque saoudien, dont le pays est l'ennemi juré de l'Iran dans la région. "Réaliser les aspirations du peuple libanais, notamment la sécurité, la stabilité et le bien-être, nécessite de désarmer le Hezbollah terroriste", a insisté le roi Salmane.

Baha' Hariri réagit
Réagissant aux propos du monarque saoudien, Baha' Hariri, frère de l'ex-Premier ministre libanais Saad Hariri, qui souhaite s'imposer sur la scène sunnite locale, a affirmé que l'Arabie saoudite "assure une nouvelle fois qu'il n'y a pas de solution au Liban sans le désarmement du Hezbollah qui assume la responsabilité de l'effondrement, et dernièrement l'explosion au port de Beyrouth". "Après les propos du Gardien des deux lieux saints, nous insistons sur l'application des décisions internationales et sur le désarmement des milices au Liban, à leur tête le Hezbollah", a conclu Baha' Hariri, en accompagnant son message sur Twitter d'une photo de lui avec le roi Salmane.

Lire aussi

Dépôts de nitrate d'ammonium du Hezbollah en Europe : la France dubitative

La déflagration du port a fait 194 tués et 6.500 blessés, selon un bilan encore provisoire. Neuf personnes restent par ailleurs disparues, selon les autorités. L'explosion a également laissé 300.000 personnes sans abri et détruit des quartiers entiers de Beyrouth. La double déflagration a été causée, selon les explications officielles, par l'incendie d'un stock de 2.750 tonnes de nitrate d'ammonium entreposé sans précaution depuis sept ans dans un hangar du port.

Selon plusieurs observateurs, les différentes formations politiques libanaises ont leurs entrées au port de Beyrouth, où elles sont pointées du doigt pour des pratiques de corruption. Les détracteurs du Hezbollah accusent le parti chiite d'être également présent au sein du port, certains affirmant que la formation chiite y stockerait des armes. Des accusations dont le Hezbollah s'est défendu à plusieurs reprises.

Jeudi, le coordinateur pour le contre-terrorisme auprès du département d’État américain, Nathan A. Sales, avait affirmé que le Hezbollah possède depuis 2012 plusieurs dépôts d'explosifs et de nitrate d’ammonium en Europe, notamment en France, en Italie, en Grèce, en Espagne et en Suisse. Paris s'était toutefois montré dubitatif face aux accusations américaines contre le parti chiite.


Le roi Salmane d'Arabie saoudite a affirmé mercredi, à l'Assemblée générale de l'ONU, que la déflagration meurtrière au port de Beyrouth, le 4 août, était le résultat de l"hégémonie du Hezbollah sur la décision politique au Liban par la force des armes", appelant par là à désarmer le parti chiite, le seul à avoir gardé son arsenal après la fin de la guerre civile en...

commentaires (11)

A une lointaine époque, en France, ils ont décapité un Roi inoffensif qui cela ne le méritait, non plus Dame Antoinette ...... A l'instar de ces révolutionnaires à géomètrie variable de l'époque, qui se sont libérés sans aide extérieure, souvenez-vous de la période intermédiaire, celle de La Terreur, que quelques ingrats dans ces colonnes semblent préférer à certains efforts bien intentionnés.

Lillie Beth

18 h 07, le 24 septembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • A une lointaine époque, en France, ils ont décapité un Roi inoffensif qui cela ne le méritait, non plus Dame Antoinette ...... A l'instar de ces révolutionnaires à géomètrie variable de l'époque, qui se sont libérés sans aide extérieure, souvenez-vous de la période intermédiaire, celle de La Terreur, que quelques ingrats dans ces colonnes semblent préférer à certains efforts bien intentionnés.

    Lillie Beth

    18 h 07, le 24 septembre 2020

  • Entre dictateurs des coeurs balancent .....

    Lillie Beth

    17 h 48, le 24 septembre 2020

  • "Réaliser les aspirations du peuple libanais, notamment la sécurité, la stabilité et le bien-être, nécessite de désarmer le Hezbollah terroriste". Une évidence ... sauf, semble-t-il pour nos dirigeants!

    Yves Prevost

    09 h 43, le 24 septembre 2020

  • Quelqu’un qui fait vivre 250.000 Libanais chez lui et qui a soutenu la Livre en 2006 et qui a offert trois milliards de Dollars en 2016 à l’armée Libanaise que le Hezbollah nous a obligé de refuser ,eh bien ce Roi profond respect et allons critiquer ceux qui nuisent au Liban pas ceux qui nous ont tendu la main. Mais nous sommes un pauvre peuple profondément confessionalisé et c’est en fonction de notre éducation que nous raisonnons mais pas en fonction de nos intérêts!. Ce qui veut dire ? On est fou ....tu..... bye bye les amis il n y a de place au Liban que pour l’Iran ou la Turquie!!!!

    PHENICIA

    01 h 49, le 24 septembre 2020

  • On punit tous les libanais sans distinction, et on attend la fin du règne des milices. D'ici là, le Liban serait un autre pays non reconnaissable.

    Esber

    19 h 30, le 23 septembre 2020

  • Il donne des leçons de politique en plus. Il a oublié le journaliste saoudien qu'il a mis en conserve. Ils ont peur de rien ces dictateurs.

    Citoyen

    19 h 15, le 23 septembre 2020

  • Vexé de n'avoir pas la part principale d'hégémonie Sa Majesté le Roi? Fichez nous tous la paix... avec cette guerre d'influences de toutes les puissances des quatre coins du monde. Qu'en avez réellement à faire du peuple libanais?

    Sybille S. Hneine

    19 h 12, le 23 septembre 2020

  • A QUAND LA LIBERATION ?

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    18 h 39, le 23 septembre 2020

  • "... "Réaliser les aspirations du peuple libanais, notamment la sécurité, la stabilité et le bien-être, nécessite de désarmer le Hezbollah terroriste" ..." -.- Oui? Et... il a le mode d’emploi, sa majesté?

    Gros Gnon

    18 h 34, le 23 septembre 2020

  • Translation: Vous ne verrez pas un sou tant que le Hezbollah controle le pays.

    hrychsted

    18 h 26, le 23 septembre 2020

  • Si chacun de ces braves personnes pouvaient mieux s'occuper de leurs peuples et nous laisser tranquille sans jeter de l'huile sur le feu ça nous ferait le plus grand bien, car tous ces discours venant de l'Iran, de l'Arabie saoudite ou d'ailleurs ne sont pas faite dans l'intérêt du Liban et des Libanais, ils se livrent à leurs guerres sur notre territoire. Alors de grâce, tous autant que vous êtes oubliez vos conseils et vos avis à deux sous.

    Zeidan

    18 h 24, le 23 septembre 2020

Retour en haut