Rechercher
Rechercher

Coronavirus au Liban

Sept décès et 634 nouveaux cas de contamination

Le ministre sortant de la Santé organise une réunion pour mettre sur pied un "plan d'urgence" afin de faire face à la propagation du virus en milieu carcéral.

Sept décès et 634 nouveaux cas de contamination

Un soignant désinfectant l'aile de l'hôpital de campagne italien réservée au traitement des malades du coronavirus, à Hadath, le 8 septembre 2020. Photo AFP / ANWAR AMRO

Le Liban a enregistré sept décès et 634 nouveaux cas de contamination au coronavirus au cours des dernières 24 heures, selon le bilan du ministère de la Santé publié mercredi. Cette hausse quotidienne du nombre de patients atteints du Covid-19 fait grimper à 26.083 le nombre de cas cumulés depuis l’apparition de la pandémie dans le pays en février, dont 259 décès. Au total, 9.634 patients se sont rétablis, alors que 426 personnes sont encore hospitalisées, dont 120 en soins intensifs.

En outre, le tribunal de Jdeidé (Metn) a été fermé pour une journée, afin d'y mener une opération de désinfection après la contamination d'un juge.

"Mesures audacieuses"
Alors que des cas de coronavirus ont été déclarés au cours du week-end dans la prison de Roumieh, le ministre sortant de la Santé, Hamad Hassan, a organisé dans l'après-midi une réunion consacrée à mettre sur pied "un plan d'urgence" pour faire face à la propagation en milieu carcéral. M. Hassan a appelé les autorités concernées à "prendre des mesures audacieuses". Il a souligné que les cas peu sévères ou moyennement graves seront placés à l'isolement au sein même des prisons, tandis que les cas graves seront hospitalisés "dans plusieurs centres de soins" du pays. 

Réagissant également à la question de l'entrée de la pandémie dans les prisons, le leader druze et chef du Parti socialiste progressiste (PSP) Walid Joumblatt a appelé, sur Twitter, à ce que la loi d'amnistie générale soit adoptée, déplorant qu'"en ce moment même, le coronavirus envahit la prison de Roumieh, comme résultat de la négligence et de la surpopulation carcérale. Le plus grand crime a été de refuser la loi d'amnistie générale et pour cette raison j'appelle à ce qu'elle soit adoptée exceptionnellement, au-delà de toute considération politique ou confessionnelle." a-t-il poursuivi.

Lire aussi

Dans les prisons, « la situation est toujours contrôlable, mais il faut agir vite »

Il y a deux semaines, le gouvernement sortant avait décidé de rouvrir quasiment l'ensemble des secteurs du pays, alors même que les nouveaux cas et le nombre de décès s'envolent depuis plusieurs semaines. Interrogé par L'Orient-Le Jour, Salim Adib, professeur d’épidémiologie et de santé publique à l’Université américaine de Beyrouth, a estimé que "les bases scientifiques pour la fermeture et la réouverture du pays ne sont pas claires". Conformément à la décision du ministère de l'Intérieur, les boîtes de nuit, les cinémas et les théâtres, ainsi que les marchés en plein air, les jardins publics, les salles des fêtes, le Casino du Liban, les cybercafés et les salles de jeux électroniques ont pu rouvrir. Cependant, les piscines et les terrains de sport couverts, ainsi que les parcs d'attraction en intérieur restent fermés. Quant au couvre-feu, il s'étend désormais de 1h à 6h.


Le Liban a enregistré sept décès et 634 nouveaux cas de contamination au coronavirus au cours des dernières 24 heures, selon le bilan du ministère de la Santé publié mercredi. Cette hausse quotidienne du nombre de patients atteints du Covid-19 fait grimper à 26.083 le nombre de cas cumulés depuis l’apparition de la pandémie dans le pays en février, dont...

commentaires (0)

Commentaires (0)