Rechercher
Rechercher

Explosions de Beyrouth

Raï dénonce ceux qui "lancent des slogans sectaires et qui sont impliqués dans l'explosion du port"

"Nous n'acceptons plus un gouvernement ressemblant aux précédents qui ont mené le pays à l'effondrement et dans lequel les portefeuilles sont la chasse gardée d'un camp ou d'une communauté au nom du Pacte national", affirme le patriarche.

Raï dénonce ceux qui

Le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï. Photo Ani

Le patriarche maronite Mgr Béchara Raï a appelé dimanche les Nations unies à "imposer" une enquête internationale "impartiale et indépendante" sur la double explosion meurtrière du 4 août dernier dans le port de Beyrouth qui avait dévasté des quartiers entiers de la capitale, faisant plus de 190 morts et 6.500 blessés et laissant 300.000 personnes sans abris.

De l'aveu même des autorités, la déflagration a été provoquée par une importante quantité de nitrate d'ammonium stockée depuis plus de six ans "sans mesures de précaution" dans un entrepôt du port. Les principaux dirigeants de l'État, en premier lieu le président de la République Michel Aoun, qui s'oppose à une enquête internationale, avaient été avertis des dangers que représentait cette cargaison. Face à l'indignation provoquée par la tragédie du 4 août, les responsables se sont rejetés la responsabilité. Pour ne rien arranger, un énorme incendie s'est déclaré jeudi, dans ce même port, semant la panique parmi les riverains encore traumatisés par la tragédie du 4 août. Le feu n'a été éteint que près de 24h plus tard. Deux enquêtes locales sont actuellement en cours, l'une sur la catastrophe du 4 août, et l'autre sur l'incendie du 10 septembre. Mais ces enquêtes sont largement critiquées par la population et la communauté internationale qui doutent de leur efficacité et leur indépendance.

Lire aussi

Sans gouvernement "crédible", pas d'aides pour reconstruire, affirme un commissaire de l'UE

"Cette commémoration est l'occasion d'ouvrir un dossier que nous ne refermerons pas tant que nous ne connaîtrons pas la vérité", a déclaré Mgr Raï lors d'une messe à l'occasion du Quarantième de la tragédie. "Les tergiversations de l'enquête locale, les informations contradictoires, les interrogations suscitées et le deuxième incendie ainsi que la négligence des responsables nous poussent à demander une enquête internationale impartiale et indépendante", a-t-il ajouté, et de poursuivre : "La souveraineté n'est pas contradictoire avec la justice. Il est du devoir des Nations unies d'imposer une enquête internationale car l'explosion du port, le peuple tué et la destruction de la capitale constituent un crime contre l'humanité"

Le système "noyé dans l'égoïsme et la corruption"
"Les comploteurs contre Beyrouth et le Liban se sont illustrés en déformant les revendications des révolutionnaires, en les agressant, en lançant des slogans sectaires, en incitant à la haine, ainsi que dans l'épisode de l'explosion du port", a affirmé le patriarche.

Mgr Raï a également évoqué le dossier de la formation du gouvernement. "Pourquoi la formation du cabinet restreint bénéficiant de la confiance des gens est-il semé d'embûches ? N'est pas parce que le système est noyé dans son égoïsme et la corruption ?", s'est-il interrogé. "Nous n'acceptons plus un gouvernement ressemblant aux précédents qui ont mené le pays à l'effondrement, un gouvernement dans lequel les portefeuilles sont la chasse gardée d'un camp ou d'une communauté au nom du Pacte national", a-t-il ajouté, en référence notamment à la volonté du mouvement Amal, le plus proche allié du Hezbollah, de garder le ministère des Finances.

Lire aussi

Bassil : Certains veulent faire échouer l'initiative française

Les grandes formations libanaises s'étaient engagées envers Emmanuel Macron à faciliter la mise sur pied du cabinet afin que le travail puisse être rapidement lancé sur un certain nombre de réformes attendues par la communauté internationale et la rue et qui devraient permettre de débloquer des aides internationales. Toutefois, le délai de deux semaines qui avait été annoncé lors de la visite de M. Macron à Beyrouth le 1er septembre semble de plus en plus difficile à respecter.

Mgr Raï s'est enfin adressé aux familles et proches des victimes de la catastrophe du 4 août. "C'est l'heure de la naissance du nouveau Liban", a-t-il souligné.


Le patriarche maronite Mgr Béchara Raï a appelé dimanche les Nations unies à "imposer" une enquête internationale "impartiale et indépendante" sur la double explosion meurtrière du 4 août dernier dans le port de Beyrouth qui avait dévasté des quartiers entiers de la capitale, faisant plus de 190 morts et 6.500 blessés et laissant 300.000 personnes sans abris. De l'aveu même des...

commentaires (5)

J aimerais voire Raii en pantalon et chemise sans tous les bijoux sur le terrain embrasser les démunis et sinistres du 4 août

Robert Moumdjian

20 h 54, le 13 septembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • J aimerais voire Raii en pantalon et chemise sans tous les bijoux sur le terrain embrasser les démunis et sinistres du 4 août

    Robert Moumdjian

    20 h 54, le 13 septembre 2020

  • DROIT SUR LA LIGNE. NE DEVIEZ PAS MEME D,UN MM.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    16 h 25, le 13 septembre 2020

  • POUR QUE VIVE LE LIBAN IL FAUT AMPUTER SON CORPS DES MEMBRES ATTEINTS DE CANCER ET DE GANGRENE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    16 h 03, le 13 septembre 2020

  • Mgr, pour qu’une enquête internationale ait lieu il faut qu’il ait une plainte. Nous devons porter plainte contre ces irresponsables criminels auprès de l’institution international de justice pour qu’enfin soient entendues les voix des victimes et connaître la vérité. Les criminels n’hésiteront pas à rejeter toute initiative extérieure la qualifiant d’ingérence. Il faut nous prémunir de tout ce qui est en notre possession et notre droit le plus stricte et dans la légitimité la plus totale pour leur clouer le bec et les traduire en justice pour qu’ils paient enfin pour les crimes commis depuis des décennies à ce jour sans être inquiétés.

    Sissi zayyat

    14 h 02, le 13 septembre 2020

  • Courageux le Patriarche continuez

    Eleni Caridopoulou

    13 h 25, le 13 septembre 2020