Rechercher
Rechercher

Contestation

La « colère du Grand Liban » embrase le centre-ville

Le rassemblement place des Martyrs était pacifique avant de dégénérer en affrontements avec l’armée et les forces de l’ordre.

La « colère du Grand Liban » embrase le centre-ville

Ils étaient plusieurs centaines à crier leur colère et leur frustration, hier, place des martyrs. Photo João Sousa

Ils étaient plusieurs centaines à se rassembler hier place des Martyrs, pour célébrer à leur façon le centenaire du Grand Liban. Et c’est sous le signe du changement et de la « colère » que les contestataires du mouvement du 17 octobre ont crié une fois de plus leur rejet de la classe politique dirigeante, alors même qu’un nouveau Premier ministre, Moustapha Adib, était nommé la veille et que le président français Emmanuel Macron est en visite au Liban.

Les slogans restent imprégnés de la tragédie de la double explosion du port de Beyrouth le 4 août dernier : en plus d’être taxés de corrompus, les dirigeants sont désormais aussi traités de criminels. « Nous allons évacuer tous les déchets, sans exception », pouvait-on lire sur une banderole brandie par des contestataires, en référence au slogan « Tous sans exception », qui appelle au départ de tous les dirigeants.

Partout, l’ambiance est grave, et peut-être que le symbole le plus criant de cette tristesse qui continue de peser sur la population est ce drapeau libanais dont les deux bandes rouges ont été remplacées par des bandes noires, signe d’un pays à l’agonie. Sur un podium, le mot « Beirut » en anglais est disposé sous forme de couronne mortuaire. Sur un écran géant, des vidéos repassent en boucle l’instant de la terrible explosion, et les slogans qui fustigent la classe dirigeante et revendiquent son départ. C’est sur cette tribune également que de nombreux intervenants se sont succédé pour rappeler les revendications de la rue, notamment l’instauration d’un État laïc et souverain.

Lire aussi

Des groupes de la société civile se rassemblent autour d’un document politique

La manifestation d’hier était la première depuis l’important rassemblement du 8 août, organisé sous le coup de la colère, et marqué par les violences policières qui avaient alors fait des dizaines de blessés. Et la manifestation d’hier a effectivement dégénéré, malgré le calme qui en caractérisait les débuts. Dans les rues latérales, des groupes de jeunes, visiblement très en colère, ont commencé à jeter des pierres en direction des forces de l’ordre, qui n’ont pas réagi immédiatement. Bien préparés et munis de grandes échelles, ces contestataires ont tenté d’escalader les murs érigés pour isoler le siège du Parlement du reste de la ville, symbole, selon eux, de ce système dysfonctionnel. Et s’ils voulaient éclipser, pour un moment du moins, la visite du président français et les célébrations officielles du centenaire, ils ont réussi.

Les gaz lacrymogènes n’ont pas tardé à être employés par une importante force antiémeute contre les manifestants, et les affrontements se sont poursuivis jusqu’en soirée, dans un spectacle devenu tristement coutumier. Selon des témoins sur place, des balles en caoutchouc ont également été tirées sur des manifestants, dans les rangs desquels on déplore plusieurs blessés, évacués par la Croix-Rouge. Et une fois de plus, l’armée et les forces de l’ordre ont éloigné les manifestants de la place en les poursuivant jusqu’à Saïfi et même au-delà.

Non loin de là mais dans un tout autre registre, des manifestants venus plaider la cause de Georges Ibrahim Abdallah, jugé et emprisonné en France depuis de nombreuses années, étaient rassemblés devant l’ambassade de France, rue de Damas. Des échauffourées ont éclaté quand ces contestataires ont tenté de forcer les barrières en métal devant le siège de l’ambassade, mais ils ont été rapidement dispersés par les agents de l’ordre.

Le mot « Beirut » sous forme de slogan mortuaire.

« La thaoura doit se doter d’un leadership »

Auparavant, le rassemblement du centre-ville, auquel avaient convié de nombreux groupes de la société civile, s’était déroulé dans le calme. Kamal, un jeune venu de Saïda, réclamait « que les dirigeants rendent des comptes », et c’est d’ailleurs le nom du mouvement auquel il appartient. « Les responsables célèbrent le centenaire du Grand Liban, mais nous sommes venus rendre hommage aux victimes de l’explosion. Ce centenaire doit marquer le début d’un nouveau système au Liban », affirmait-il. « Si les autorités corrompues ne comprennent pas qu’elles doivent abandonner la décision politique, il y aura de grands problèmes dans le pays », disait-il.

Sanaa Hassan, une femme se revendiquant du groupe « Le Chouf se soulève », affirme sans ambiguïté que les autorités ont « perdu leur légitimité ». « Nous avons perdu confiance en eux », a-t-elle poursuivi, reprochant au président français Emmanuel Macron, en visite au Liban, de « venir aider ces responsables ».

Lire aussi

Vers un gouvernement sous haute surveillance française

Parmi les manifestants, se trouvait un groupe d’ecclésiastiques venus de différentes régions et de différentes confessions. Il n’est pas très courant de voir des prêtres dans les manifestations… « Je suis descendu dans la rue dès le 17 octobre, assure le père Ayoub Saïd. Nous sommes cependant particulièrement motivés depuis l’explosion mais aussi par la corruption qui devient intenable. L’Église peut-elle être étrangère à la lutte menée par les pauvres pour leurs droits? » Concernant cette « thaoura » qui lui tient tellement à cœur, il estime qu’elle doit enfin « se doter d’un leadership, même collectif, car, sans cela, ils continueront de nous ignorer et d’imposer les présidents de gouvernement qu’ils veulent ». Il a également exprimé la crainte que « le Liban ne soit en train de perdre sa souveraineté en ouvrant la voie aux ingérences dans ces affaires intérieures », plaidant pour la consolidation « d’un État des droits de l’homme ».

Pour Rania Bassil, du parti Sabaa, « la nomination du nouveau Premier ministre n’est qu’une perte de temps, un nouveau visage qui cache mal la bonne vieille caste politique, et le même système clientéliste et corrompu ». « Or nous n’avons plus le luxe du temps ! » s’exclame-t-elle. « Nous revendiquons toujours un gouvernement indépendant, qui organiserait des élections législatives anticipées », martèle-t-elle. Au président français, elle conseille « d’entrer en contact avec la société civile qui, seule, peut lui refléter la réalité du pays », lui demandant de « faire pression pour la formation d’un gouvernement indépendant ».


Ils étaient plusieurs centaines à se rassembler hier place des Martyrs, pour célébrer à leur façon le centenaire du Grand Liban. Et c’est sous le signe du changement et de la « colère » que les contestataires du mouvement du 17 octobre ont crié une fois de plus leur rejet de la classe politique dirigeante, alors même qu’un nouveau Premier ministre, Moustapha Adib,...

commentaires (6)

DONNEZ 15 JOURS DE CHANCE AU PRESIDENT MACRON ET AU P.M. ADIB. CETTE FOIS-CI IL Y A DE L,ESPOIR CAR MACRON A MANIPULE AVEC LES PROMESSES LE BATON TOUT AUSSI.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

16 h 42, le 02 septembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • DONNEZ 15 JOURS DE CHANCE AU PRESIDENT MACRON ET AU P.M. ADIB. CETTE FOIS-CI IL Y A DE L,ESPOIR CAR MACRON A MANIPULE AVEC LES PROMESSES LE BATON TOUT AUSSI.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    16 h 42, le 02 septembre 2020

  • Je trouve interessant que les chefs spirituels descendent dans la rue pour manifester avec les citoyens. Après tout ils devraient prendre part à cette révolution qui pour certains se transformera en guerre civile. Mais la done peut changer si tous les représentants de toutes les communautés sont présents pour leur montrer que ça n’arrivera pas et faire échouer leur projet de division. Si tous les libanais (sauf quelques pour les raisons qu’on connaît) descendent en même temps dans la rue, nous n’avons pas besoin de leaders ou de chef pour nous représenter puisqu’il s’agit d’un mouvement spontané et revendicatif de tous les citoyens. C’est la relève en coulisse qui devait être prête à prendre le relais pour éviter le cahos et l’exploitation de la réussite du mouvement populaire.

    Sissi zayyat

    15 h 46, le 02 septembre 2020

  • Ça suffit ces contestations dans queue ni tête. S’il n’a a pas des actions précises, un programme précis et des dirigeants qui le portent, arrêtez les frais. La contestation avait réuni un million de personnes en Octobre 2019, il ne reste que quelques dizaines aujourd’hui. Il est temps de remettre en question le mouvement est la façon dont il s’organise. Ou est la relève des Samir Kassir, Gebran Tueni et tous ceux qui, par leur sacrifice et engagement personnel, ont botté le derrière des syriens? C’est uniquement en suivant ce chemin que nous pourrons peut être renverser l’ordre établi.

    Bashir Karim

    13 h 01, le 02 septembre 2020

  • Ce n'est pas en cassant que vous allez changer quelque chose dans ce malheureux pays, vous le faites depuis bientôt 10 mois...sans résultat ! Ne pensez-vous pas qu'il faut trouver des méthodes moins spectaculaires...mais plus efficaces ? - Irène Saïd

    Irene Said

    12 h 12, le 02 septembre 2020

  • "perdre sa souveraineté..." mais ça fait longtemps que c'est fait!!!!!! c'est bien pour la retrouver (en partie?) que les Libanais manifestent !J.P

    Petmezakis Jacqueline

    08 h 31, le 02 septembre 2020

  • "perdre sa souveraineté..." mais ça fait longtemps que c'est fait!!!!!! c'est bien pour la retrouver (en partie?) que les Libanais manifestent !J.P

    Petmezakis Jacqueline

    08 h 31, le 02 septembre 2020