Rechercher
Rechercher

Liban

Macron de retour à Beyrouth "pour bâtir les conditions de la reconstruction et de la stabilité"

"Ma position est toujours la même : l'exigence sans ingérence", a affirmé le président français aux journalistes qui l'attendaient à l'AIB.

Macron de retour à Beyrouth

Le président français, Emmanuel Macron, à sa sortie de l'avion, le 31 août 2020 à l'aéroport de Beyrouth. Photo REUTERS/Gonzalo Fuentes

Le président français, Emmanuel Macron, est arrivé lundi soir à Beyrouth pour sa deuxième visite au Liban depuis la double explosion tragique du 4 août afin de tenter de résoudre une crise politique profonde et célébrer le premier centenaire de la proclamation du Grand Liban.

L'avion présidentiel, dont les hublots étaient décorés des drapeaux français et libanais, a atterri à l'aéroport de Beyrouth à 21h00 locales (18h00 GMT), a constaté un correspondant de l'AFP. L'appareil est passé devant les 10 Alpha jets de la patrouille de France, qui effectuera une démonstration de vol aux couleurs du drapeau libanais mardi à l'occasion du centenaire de la naissance du Liban dans ses frontières actuelles. Accompagné du ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, et du ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, M. Macron a été accueilli sur le tarmac par le chef de l'Etat libanais, Michel Aoun.

Lire aussi

Au Liban, la mission (quasi) impossible d’Emmanuel Macron

"Libanais, vous êtes comme des frères pour les Français. Je vous en ai fait la promesse : je reviens à Beyrouth pour faire le point sur l'aide d'urgence et bâtir avec vous les conditions de la reconstruction et de la stabilité", a écrit sur Twitter le président français à son arrivée dans la capitale libanaise.

MM. Macron et Aoun se sont brièvement entretenus dans le salon d'honneur de l'aéroport.

Le président français, Emmanuel Macron (g), le 31 août 2020 en compagnie de son homologue libanais, Michel Aoun, à l'aéroport de Beyrouth. Photo AFP / POOL / GONZALO FUENTES

Le chef de l'Etat français arrive au Liban quelques heures à peine après la nomination de Moustapha Adib au poste de Premier ministre, après la démission du cabinet de Hassane Diab le 10 août, six jours après la double explosion qui a dévasté le port de Beyrouth et de nombreux pans de la capitale, faisant 190 morts et plus de 6.500 blessés, selon un bilan encore provisoire.

"Exigence sans ingérence"

"Je suis heureux de revenir, comme je l'avais promis, au Liban et d'être ici ce soir à Beyrouth, comme je m'y étais engagé le 6 août dernier", a déclaré aux journalistes le président Macron, à sa descente d'avion. "Revenir d'abord pour rendre compte de l'aide internationale, de l'aide humanitaire qui a suivi l'explosion et sur laquelle je m'étais engagé", a-t-il expliqué. "Nous avons, le 9 août, quelques jours après, sous l'égide des Nations unies et de la France, organisé une conférence internationale pour organiser l'aide avec un souhait qui était la transparence, le travail avec la société civile, l'implication des ONG. J'aurai l'occasion demain de me rendre au port pour faire le point sur ce sujet et l'ensemble des projets. On regardera également les éléments de coopération d'urgence en matière sanitaire en allant notamment à l'hôpital Rafic Hariri, car je n'oublie pas que le Liban est touché aussi par le Covid-19. J'aurai l'occasion aussi (d'aborder) les sujets d'école, d'éducation, de reconstruction (...) et de revenir sur le soutien au peuple libanais. (...)", a poursuivi M. Macron

"Nous aurons l'occasion demain de pas seulement commémorer les cent ans du Grand Liban, mais aussi d'en tirer toutes les leçons et de nous projeter vers l'avenir. Et enfin, et peut-être surtout, l'objectif de cette visite est de faire le point d'étape sur la situation politique. Ma position est toujours la même : l'exigence sans ingérence. J'ai vu qu'un processus s'était enclenché ces dernières heures, qui a permis de faire émerger une figure en tant que Premier ministre. Il ne m'appartient aucunement ni de l'approuver ni de l'adouber. C'est la souveraineté libanaise qui est ici en jeu. Mais de m'assurer que c'est bien un gouvernement de mission qui sera formé au plus vite pour mettre en œuvre les réformes que nous connaissons au service des Libanaises et des Libanais. La réforme des marchés publics, de la justice, lutte contre la corruption, la réforme de l'énergie et de l'électricité, la réforme du port, une meilleure gestion de la Banque centrale et du système bancaire. Autant de réformes indispensables sur lesquelles de mon côté je me suis engagé, pour que, si elles sont prises par un gouvernement de mission, la communauté internationale, et en premier chef la France, puisse s'engager en soutien du Liban et des Libanais", a conclu le président français.

Macron reçu par Feyrouz

Le convoi présidentiel français est arrivé peu après 22h à Rabieh où le président Macron est reçu à dîner par l'icône de la chanson libanaise Feyrouz. Un groupe de manifestants anti-pouvoir, dont certains sont hostiles à la venue du chef de l'Etat français, s'est rassemblé non loin du domicile de Feyrouz afin de d'exprimer sa colère devant le président Macron. "Libres, libres, libres, nous sommes un peuple libre", ont crié des protestataires. "Nous sommes contre l'ingérence extérieure et vous soutenez les mêmes responsables. Nous ne voulons pas de Moustapha Adib", a affirmé l'une des manifestantes au micro de la chaîne LBCI.

Plus tard dans la soirée, M. Macron a été reçu par l’ancien Premier ministre Saad Hariri à la résidence des Pins, celle de l'ambassadeur français au Liban. Dans un communiqué publié par le bureau de presse de M. Hariri, "la réunion a porté sur les derniers développements politiques, la situation au Liban et les relations bilatérales entre les deux pays".

Le président français, Emmanuel Macron (d), le 31 août 2020, avec l'ancien Premier ministre Saad Hariri à la Résidence des Pins. AFP / POOL / GONZALO FUENTES

Mardi, Emmanuel Macron doit participer à une séquence de célébration du centenaire du Grand Liban, à la réserve de Jaj où il plantera un cèdre. Il effectuera ensuite un déplacement au port de Beyrouth. Il sera ensuite reçu à déjeuner au palais de Baabda par le président Aoun. L'après-midi, Emmanuel Macron se rendra à l'hôpital gouvernemental Rafic Hariri de Beyrouth, l'établissement étant en première ligne dans la lutte contre le Covid-19. M. Macron s'entretiendra ensuite avec le patriarche maronite, Béchara Raï, à la résidence des Pins. Suivront des entretiens avec les principaux dirigeants politiques libanais. Le président français conclura son déplacement par une conférence de presse à 19h15.


Le président français, Emmanuel Macron, est arrivé lundi soir à Beyrouth pour sa deuxième visite au Liban depuis la double explosion tragique du 4 août afin de tenter de résoudre une crise politique profonde et célébrer le premier centenaire de la proclamation du Grand Liban.

L'avion présidentiel, dont les hublots étaient décorés des drapeaux français et libanais, a...

commentaires (3)

MERCI PRESIDENT MACRON. LE NOTRE COMME S,IL OU PLUTOT IL N,EXISTE PAS.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

23 h 35, le 31 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • MERCI PRESIDENT MACRON. LE NOTRE COMME S,IL OU PLUTOT IL N,EXISTE PAS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    23 h 35, le 31 août 2020

  • "... les 10 Alpha jets de la patrouille de France, qui effectuera une démonstration de vol aux couleurs du drapeau libanais mardi à l'occasion du centenaire de la naissance du Liban ..." - Où et à quelle heure svp?

    Gros Gnon

    23 h 27, le 31 août 2020

  • Ne le laissez pas repartir ! Qu’il s’installe à Baabda !

    LeRougeEtLeNoir

    23 h 03, le 31 août 2020