Rechercher
Rechercher

Politique - Liban-Sud

Vives tensions après la mort d’un partisan d’Amal suite à une dispute avec le Hezbollah

Vives tensions après la mort d’un partisan d’Amal suite à une dispute avec le Hezbollah

Des fidèles chiites rassemblés dans la banlieue sud de Beyrouth à l’occasion des commémorations de la Achoura. Photo d’archives Anwar Amro/AFP

Un partisan du mouvement Amal (du président du Parlement, Nabih Berry) est décédé et dix autres personnes ont été blessées lors d’une dispute qui a dégénéré, jeudi soir, entre des proches de ce parti et des membres du Hezbollah, dans un village proche de Saïda, sur fond de commémoration de la Achoura dont le début était prévu hier.

H. Kh., originaire de Loubieh, dans le caza de Zahrani, est décédé des suites de ses blessures jeudi soir après avoir été pris pour cible par des tirs, a confirmé notre correspondant dans le Sud, Mountasser Abdallah. Les funérailles du jeune homme de 24 ans se sont tenues hier, en présence de responsables d’Amal. Toute participation de dirigeants du Hezbollah à l’enterrement a été rejetée par les habitants.

L’origine de la dispute qui a opposé les deux partis chiites, pourtant alliés sur la scène politique, remonte à mercredi soir. Selon des sources citées dans le quotidien The Daily Star, des partisans d’Amal ont attaqué le cheikh Nehmé Matar, proche du Hezbollah, suite à l’affichage par des membres de ce parti de banderoles commémorant la Achoura. Lors de cette première attaque, les partisans du parti de Nabih Berry ont tiré au-dessus de la tête du cheikh, sans le blesser, et l’ont frappé. Ce dernier a porté plainte dans la journée de jeudi et, quelques heures plus tard, alors qu’il sortait d’une mosquée de Loubieh, il est tombé dans une embuscade tendue par des membres d’Amal qui l’ont roué de coups à l’aide de bâtons.

Vague de colère

Notre correspondant précise que la dispute a dégénéré lorsque des partisans du Hezbollah, qui voulaient défendre le cheikh, sont intervenus et ont tiré avec des armes automatiques. C’est lors de cet affrontement que H. Kh., membre d’Amal, a été touché au dos et est mort de ses blessures. Trois autres personnes, toutes membres d’Amal, ont été blessées au niveau des jambes. Selon des habitants locaux, cet incident a provoqué une vague de colère dans le village où plusieurs voitures ont été incendiées et une maison détruite. Les violences se sont calmées après l’intervention de l’armée. Deux personnes ont été livrées à la troupe par le Hezbollah et trois autres restent recherchées. Hier, l’armée était toujours largement déployée dans le village, où la situation restait tendue mais contrôlée, notamment après le retrait de tous les partisans du Hezbollah de la localité.

Dispute à Khaldé...

Par ailleurs, une dispute a éclaté jeudi après-midi à Khaldé, à la sortie sud de Beyrouth. Selon la chaîne de télévision LBCI, la dispute a commencé lorsque des jeunes ont enlevé des drapeaux commémorant la Achoura. Le calme est toutefois revenu dans la ville après le déploiement de l’armée. La chaîne libanaise base ses informations sur des vidéos de caméras de surveillance placées sur les lieux. Plus tôt, des informations rapportaient que la dispute avait éclaté après que des personnes ont brandi des photos de Salim Ayache, condamné par le Tribunal spécial pour le Liban dans l’affaire de l’attentat du 14 février 2005 au cours duquel l’ancien Premier ministre Rafic Hariri avait trouvé la mort.

... et à Saadnayel

Des habitants de Taalabaya ont coupé jeudi la route principale de la localité pour protester contre une dispute qui a dégénéré en échanges de tirs durant la nuit, rapporte notre correspondante dans la Békaa, Sarah Abdallah. Vers 1h30, des dealers de drogue se sont disputés avec des habitants de la famille Zeaïter et des échanges de coups de feu et de lancers de grenade ont eu lieu.

Les tirs ont touché deux mosquées de Saadnayel. Le président du conseil municipal de cette localité, Hussein Choubassi, a alors appelé jeudi, lors d’une conférence de presse, les forces de sécurité et l’État « à assumer leurs responsabilités ». « Il n’est pas permis de jouer avec la sécurité de la région », a-t-il également dit, accusant certains de vouloir provoquer des discordes dans la ville.

Le député Hezbollah de Zahlé, Anouar Jomaa, a critiqué ce qui s’est produit à Saadnayel. Il a affirmé qu’il ne fallait « permettre à personne d’exploiter tout problème individuel afin de (...) détruire le tissu social de la région ».


Un partisan du mouvement Amal (du président du Parlement, Nabih Berry) est décédé et dix autres personnes ont été blessées lors d’une dispute qui a dégénéré, jeudi soir, entre des proches de ce parti et des membres du Hezbollah, dans un village proche de Saïda, sur fond de commémoration de la Achoura dont le début était prévu hier.H. Kh., originaire de Loubieh, dans le caza de...

commentaires (9)

Déjà entre eux de la même communauté ils n’arrivent pas à s’entendre alors comment voulez qu’ils le fassent avec des gens qui sont à des années lumière de leurs croyances et de leurs archaïsmes?

Sissi zayyat

11 h 35, le 24 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Déjà entre eux de la même communauté ils n’arrivent pas à s’entendre alors comment voulez qu’ils le fassent avec des gens qui sont à des années lumière de leurs croyances et de leurs archaïsmes?

    Sissi zayyat

    11 h 35, le 24 août 2020

  • Euhhhhh, la photo, j'ose espérer qu'elle n'est pas récente... Masques, distanciation, confinement, ca leur parle j'espère.

    Desperados

    20 h 50, le 22 août 2020

  • Je croyais qu'ils savaient moi !!!

    Zeidan

    20 h 02, le 22 août 2020

  • Ça doit être un complot contre eux. Ha ha ha s’ils peuvent s’entretuer jusqu’au dernier ça nous facilitera la tâche.

    Sissi zayyat

    14 h 16, le 22 août 2020

  • Rififi chez les voyous qui s'entre-dévorent. C'est ainsi que l'on libérera la Palestine.....Assez de surenchère.... Derriere les barreaux, TOUS !

    Tabet Karim

    10 h 08, le 22 août 2020

  • Des voyous de part et d'autre. Qui plus est, bénéficiant d'une impunité juridique par la seule force des armes.

    Tony BASSILA

    09 h 29, le 22 août 2020

  • quel malheur,ces milices montées.

    Marie Claude

    08 h 31, le 22 août 2020

  • Ce n'est pas le premier accrochage entre les deux partis chiites. En 1988, une véritable guerre avait fait 600 morts et abouti à la domination totale du Hezbollah sur la région Sud. Les cadres de Amal ayant été éliminés.

    Yves Prevost

    07 h 30, le 22 août 2020

  • Voila ceux qui nous gouvernent... des milices en état profond de décomposition et du kell miin 2ido 2elo ! Dans n importe quel pays, la police, meme pas l'armée, aurait deja boucler le secteur et envoyer une bonne partie en prison. Vous vous des armes, voila le résultat ! Jamais ils ne servent contre Israël en effet

    Aboumatta

    02 h 36, le 22 août 2020

Retour en haut