Rechercher
Rechercher

Aide

Florence Parly lance l’opération « Amitié » de soutien au Liban

Florence Parly lance l’opération « Amitié » de soutien au Liban

Le Tonnerre à son arrivée dans le port de Beyrouth au Liban, le 14 août 2020, dans le cadre de son déploiement humanitaire. Photo marine nationale française

En cette mi-journée particulièrement chaude, personne au port de Beyrouth ne peut rater l’étincelant porte-hélicoptères amphibie Tonnerre. Face au géant, un soldat libanais murmure : « Ce bateau pourrait transporter toute l’armée libanaise, et il y aurait encore de la place. » Déployé par la France dans le cadre de l’opération « Amitié » de soutien au Liban, ce navire aux dimensions pharaoniques (200 mètres de long) a accosté hier au port avec, à son bord, plusieurs centaines de tonnes d’aide humanitaire.

Le gouvernement français offre au Liban plusieurs véhicules de lutte contre les incendies, du matériel pour la reconstruction, mais aussi des produits alimentaires ou des médicaments. Des entreprises françaises se sont aussi mobilisées, à l’instar de Saint-Gobain qui fait don de plusieurs tonnes de verre.

Mais ce navire abrite également un hôpital de 50 lits et 700 militaires français prêts à être déployés. Parmi eux, des soldats du génie de l’armée de terre, spécialistes de la démolition et de la reconstruction, qui doivent participer à la réhabilitation des quartiers beyrouthins sinistrés par l’explosion du 4 août au port de Beyrouth, ainsi qu’un détachement de plongeurs démineurs de la marine nationale. L’un des objectifs de la mission de ces soldats étant de travailler au déblaiement du port pour le rendre opérationnel le plus vite possible.

Dans son allocution, Florence Parly, la ministre des Armées, a rappelé l’attachement de la France à ce que l’aide humanitaire fournie « arrive à tous d’une façon transparente et efficace ». C’est d’ailleurs à l’armée libanaise, qu’une assez large partie de la population considère comme fiable, que reviendra la tâche de distribuer l’aide française.

La ministre a enfin confirmé la visite du président français Emmanuel Macron au Liban le 1er septembre prochain à l’occasion du centenaire du Grand Liban. « Le président de la République veut s’assurer que l’aide, que nous venons d’envoyer, a bien été reçue par la population sans problèmes », précise Florence Parly. La ministre a par ailleurs confirmé avoir réitéré au président Michel Aoun l’attachement de la France à la formation d’un « gouvernement de mission » capable de prendre des « décisions courageuses » et de « lancer des réformes profondes » afin de faire face à la crise économique et réussir le pari de la reconstruction de Beyrouth.


En cette mi-journée particulièrement chaude, personne au port de Beyrouth ne peut rater l’étincelant porte-hélicoptères amphibie Tonnerre. Face au géant, un soldat libanais murmure : « Ce bateau pourrait transporter toute l’armée libanaise, et il y aurait encore de la place. » Déployé par la France dans le cadre de l’opération « Amitié » de...

commentaires (2)

C'est ça la différence entre parler, en s'exprimant avec des larmes de crocodile, des diplomates du monde entier, est agir vite et bien.

DAMMOUS Hanna

18 h 20, le 15 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • C'est ça la différence entre parler, en s'exprimant avec des larmes de crocodile, des diplomates du monde entier, est agir vite et bien.

    DAMMOUS Hanna

    18 h 20, le 15 août 2020

  • MAIS QU'EST CE QU'ILS ONT CES FRANCAIS ? GOUVERNEMENT D'UNION NATIONAL ? UNION AUTOUR D'1 GOUVERNEMENT NATIONAL ? GOUVERNEMENT D'ENTENTE ? GOUVERNEMENT POUR LES REFORMES ? GOUVERNEMENT DE MISSION ? GOUVERNEMENT CAPABLE DE PRENDRE DES DECISIONS "COURAGEUSES" ?

    gaby sioufi

    09 h 31, le 15 août 2020