Rechercher
Rechercher

Environnement

La collecte des déchets a repris depuis hier à Beyrouth et au Mont-Liban

La collecte des déchets a repris depuis hier à Beyrouth et au Mont-Liban

Les déchets sont collectés depuis hier. Photo d’archives Sawratcom

Depuis la double explosion, mardi, au port de Beyrouth, les ordures puis les débris dus aux ravages du souffle s’entassaient dans les quartiers de la capitale et du Mont-Liban. Walid Bou Saad, directeur de Ramco, la société qui collecte les déchets de cette partie du Liban pour le compte du gouvernement, explique que le drame n’est pas étranger à ces retards dans le ramassage. « Le centre de tri de la Quarantaine, qui tombe dans le périmètre du port, a été excessivement endommagé par l’explosion, explique M. Bou Saad. On nous a demandé de ne plus collecter les ordures depuis mardi. Même la route qui mène vers le centre est totalement coupée par les débris. Nous avons cru comprendre qu’un minimum de travaux a été entrepris pour déblayer les lieux, et nous avons été autorisés à recommencer le ramassage d’ordures à partir d’aujourd’hui (hier) à 16h30. »

M. Bou Saad promet que la situation s’améliorera significativement à partir de cet après-midi, quand les équipes de la société auront retrouvé leur rythme de croisière et collecté une grande partie des sacs-poubelle empilés. Il précise cependant que la collecte des remblais et du verre brisé n’est pas du ressort de Ramco.

« Je sais que de nombreux propriétaires sont en train de déblayer leurs maisons gravement touchées par l’explosion, mais je les prie de ne pas placer ces débris et ces remblais, notamment le verre, dans les bennes, mais sur le trottoir à côté, dit-il. Le verre brisé ralentit considérablement notre travail parce que nos ouvriers sont obligés de se protéger et d’agir prudemment. J’ai cru comprendre que l’État allait assigner la tâche de rassembler les débris de verre à une autre société. »

Les déchets collectés par Ramco sont enfouis dans la décharge de Bourj Hammoud-Jdeidé, dont la durée de vie a été prolongée depuis trois mois.


Depuis la double explosion, mardi, au port de Beyrouth, les ordures puis les débris dus aux ravages du souffle s’entassaient dans les quartiers de la capitale et du Mont-Liban. Walid Bou Saad, directeur de Ramco, la société qui collecte les déchets de cette partie du Liban pour le compte du gouvernement, explique que le drame n’est pas étranger à ces retards dans le ramassage....

commentaires (0)

Commentaires (0)