Rechercher
Rechercher

Liban

Hariri : "Je ne comprends pas où nous mène Diab avec cette diplomatie"

"Il est inacceptable de priver la capitale d'électricité, a dénoncé l'ancien PM. Ils ont fait un audit de la Banque du Liban, qu'ils le fassent pour toutes les institutions de l'Etat".

Hariri :

L'ancien Premier ministre libanais Saad Hariri en octobre 2019 à Beyrouth. Photo d'archives Dalati et Nohra via AFP)

L'ancien Premier ministre et chef du courant du Futur, Saad Hariri, a critiqué mercredi le chef du gouvernement Hassane Diab, affirmant qu'il ne comprenait pas "où nous mène le Premier ministre avec cette diplomatie envers nos amis" en référence aux  déclarations faites la veille par M. Diab, au sujet de la visite au Liban du ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, dont il avait dit qu'elle n'avait "rien apporté de nouveau". "Je ne comprends pas où le Premier ministre Hassane Diab nous mène avec cette diplomatie envers nos amis. Comment le Premier ministre se permet-il de telles déclarations à l'égard d'une nation amie, en qui les Libanais voient une mère aimante ? Ces déclarations nous désolent", a regretté Saad Hariri, lors d'une discussion avec des journalistes à la Maison du Centre.

Mardi, M. Diab avait estimé que "la visite du ministre français des Affaires étrangères n’a rien apporté de nouveau". "Il manquait d’informations concernant le processus de réformes du gouvernement. Le fait qu’il ait lié toute aide au Liban à la concrétisation de réformes et à la nécessité de passer par le Fonds monétaire international (FMI) confirme qu’il y a toujours une décision internationale de ne pas aider le Liban", avait déclaré le chef du gouvernement en ouverture du Conseil des ministres.

"Qu'ils travaillent!"
"Le Drian était porteur d'un message au Liban : +Aidez-vous et nous vous aiderons+". Mais le gouvernement a estimé qu'ils (les autorités françaises, ndlr) ne savent rien. Le gouvernement lui-même ne sait rien", a fustigé M. Hariri. "Ils ont la majorité au Parlement et au gouvernement. Qu'ils travaillent!", a aussi lancé M. Hariri en référence à la classe politique au pouvoir.
Plus tôt en journée, le leader maronite et chef des Forces libanaises, Samir Geagea, avait lui aussi qualifié d'"inacceptables" les prises de position du Premier ministre au sujet de la visite de Jean-Yves Le Drian.

Saad Hariri s'est également penché sur la grave pénurie de courant qui frappe tout le pays ces dernières semaines, sur fond d'insuffisance en hydrocarbures et de difficultés financières dans le pays. "Il est inacceptable de priver la capitale d'électricité, a-t-il estimé. Ils ont fait un audit de la Banque du Liban, qu'ils le fassent pour toutes les institutions de l'Etat".

Lire aussi

Congrès du Futur : rendez-vous après le verdict du TSL

Les Libanais ont été privés de courant presque toute la nuit de lundi à mardi en raison d’un problème technique sur le réseau d’Électricité du Liban (EDL) lié au déséquilibre entre la consommation (3 400 mégawatts) et la production. Et le rationnement sévère du courant dans tout le pays a provoqué, mercredi, une série de défaillances dans le centre-ville de Beyrouth, suite à l'arrêt des générateurs du central d'Ogero situé au niveau de la place Riad el-Solh. 

"De qui se moque-t-on ?"
Concernant les bombardements israéliens lundi au Liban-Sud, M. Hariri a affirmé que "personne ne sait ce qui s'est passé dans le Sud, mais est-ce qu'il est 
nécessaire, avec le renouvellement (du mandat) de la Finul, que le Hezbollah commette un acte pareil ? De qui se moque-t-on ? L'armée et la Finul sont là-bas, où est le gouvernement pour nous dire ce qui s'est passé ?". "En plus du problème économique, nous créons un autre problème, a regretté le chef du courant du Futur. Si nous nous dirigeons vers une guerre, l'Etat n'en est même pas au courant. Le principal problème aujourd'hui ce sont les questions relatives aux conditions de vie, devons-nous créer un nouveau problème ? Concentrez-vous sur les questions économiques, sinon personne ne pourra résister ou tenir bon", a prévenu le député.

Les déclarations de M. Hariri interviennent deux jours après des tirs d'artillerie israéliens sur un secteur frontalier et alors que l'armée israélienne a annoncé mardi l'envoi de nouveaux renforts le long de sa frontière avec le Liban. Accusé par Israël d'avoir tenté de s'infiltrer à travers la frontière, le Hezbollah a démenti toute implication dans une telle opération, et a accusé Israël d'avoir unilatéralement ouvert le feu. Le gouvernement libanais a annoncé pour sa part qu'il allait porter plainte contre Tel Aviv à l'ONU.

"Justice doit être faite"
Sur un autre plan, Saad Hariri, dont le gouvernement a démissionné en octobre sous la pression de la rue, a réitéré qu'il ne souhaitait pas redevenir Premier ministre. "Que personne ne me mette des conditions, ou me dise qu'il veut tel ou tel poste", a prévenu le leader sunnite.

Lire aussi

Hariri : La défense du Liban n'est pas du ressort que d'une partie des Libanais

Il a également affirmé que le 7 août, jour du verdict du Tribunal spécial pour le Liban qui juge les assassins de son père, l’ancien Premier ministre Rafic Hariri, tué dans un attentat à la bombe le 14 février 2005, il "aura son mot à dire". "Il faut faire preuve de sagesse, mais justice doit être faite", a-t-il affirmé.
Les suspects jugés par contumace sont tous membres présumés du Hezbollah qui a rejeté toute paternité de l'assassinat et a refusé de les livrer malgré plusieurs mandats d'arrêt émis par le TSL.


L'ancien Premier ministre et chef du courant du Futur, Saad Hariri, a critiqué mercredi le chef du gouvernement Hassane Diab, affirmant qu'il ne comprenait pas "où nous mène le Premier ministre avec cette diplomatie envers nos amis" en référence aux  déclarations faites la veille par M. Diab, au sujet de la visite au Liban du ministre français des...

commentaires (8)

Diab lui même ne sait pas où il s en va , quel hurluberlu

Robert Moumdjian

05 h 14, le 31 juillet 2020

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • Diab lui même ne sait pas où il s en va , quel hurluberlu

    Robert Moumdjian

    05 h 14, le 31 juillet 2020

  • Hariri : "Je ne comprends pas où nous mène Diab avec cette diplomatie" Facile à comprendre quand même: tu nous as pris en enfer et il essaie de nous ramener!

    Fady Abou Hanna

    12 h 11, le 30 juillet 2020

  • OU NOUS MENE-T-IL PAR L,INCOMPETENCE DE CE CABINET DESIGNE PAR LES CORROMPUS, VOLEURS ET INCOMPETENTS SI CE N,EST AU FOND DE L,ABIME.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    23 h 01, le 29 juillet 2020

  • HARIRI ET GEAGEA TROUVENT INACCEPTABLE LE COMPORTEMENT DE DIAB. MAIS NOUS LES PATRIOTES ON A TROUVÉ DEPUIS LONGTEMPS QUE C'ÉTAIT INACCEPTABLE QUE VOUS NOUS AVEZ AMENÉ PAR VOS MAGOUILLES AOUN PRÉSIDENT. VOILÀ LES DÉGATS. ET VOUS N'ÊTES JAMAIS....JAMAIS RESSENTI LE MALHEUR SUITE À VOTRE DÉCISION. ET VOUS N'AVEZ JAMAIS NON PLUS PRÉSENTER DES EXCUSES ENVERS CE PEUPLE RUINÉ. MAIS VOUS CONTINUEZ À NOUS DONNER DES LEÇONS EN POLITIQUE.

    Gebran Eid

    22 h 37, le 29 juillet 2020

  • IL NOUS MENE AU CHAOS. PLUS LIBRE AVIS Y A-T-IL MESDAMES/MESSIEURS LES DEMOCRATES ?

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    22 h 08, le 29 juillet 2020

  • TOUT DROIT AU CHAOS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    21 h 33, le 29 juillet 2020

  • Et où nous avez-vous menés vous et vos prédécesseurs et vos anciens acolytes?? Où est notre argent?? Et où sont vos comptes??

    Sybille S. Hneine

    21 h 01, le 29 juillet 2020

  • Partez tous et point de besoin de diplomatie

    Alors...

    20 h 17, le 29 juillet 2020