Rechercher
Rechercher

Partis

Congrès du Futur : rendez-vous après le verdict du TSL

Saad Hariri devrait être présent à La Haye le 7 août pour la séance du Tribunal spécial pour le Liban lors de laquelle sera rendu le verdict sur l’assassinat de son père.

Congrès du Futur : rendez-vous après le verdict du TSL

Saad Hariri s’exprimera après le verdict du TSL. Photo d’archives/Dalati et Nohra

Le congrès du courant du Futur, initialement prévu le 25 juillet et reporté en raison du rebond de la pandémie de coronavirus au Liban, se tiendra après la séance du Tribunal spécial pour le Liban prévue le 7 août prochain à La Haye. Le leader du courant du Futur, Saad Hariri, doit en effet assister à cette séance durant laquelle le TSL doit rendre son verdict dans l’affaire de l’assassinat de son père, l’ex-Premier ministre Rafic Hariri, tué dans une explosion à la camionnette piégée le 14 février 2005. Le congrès du Futur avait été reporté sine die, compte tenu de l’augmentation galopante des cas de contamination au coronavirus ces derniers jours, selon un communiqué publié vendredi dernier par le bureau de presse de M. Hariri. Une décision qui est intervenue alors que les regards étaient braqués sur le leader de la formation haririenne et le discours qu’il devait prononcer pour l’occasion. Et pour cause : selon plusieurs observateurs, M. Hariri devait saisir cette opportunité pour s’en prendre au Hezbollah, deux semaines avant le verdict du TSL, ainsi qu’au tandem Baabda-Courant patriotique libre (CPL) avec lequel les rapports sont gelés depuis la rupture du compromis présidentiel le 14 février dernier. Il devait aussi appuyer l’appel du patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, à la neutralité du Liban dans les conflits régionaux.

Perçue sous cet angle, la décision de reporter le congrès pourrait s’expliquer par une éventuelle volonté de Saad Hariri de ne pas envenimer davantage ses rapports avec la formation de Hassan Nasrallah avant que le TSL ne rende son verdict, d’autant que quatre membres présumés du Hezbollah sont jugés par contumace pour l’assassinat de Rafic Hariri.

Une interprétation rejetée par un analyste politique qui a requis l’anonymat. À L’Orient-Le Jour, il explique que le discours de Saad Hariri avant la tenue de la séance du TSL du 7 août aurait pu vider l’intervention de M. Hariri de son sens politique. Le verdict du TSL constituerait donc un motif pour Saad Hariri pour renouveler ses attaques contre le parti chiite, explique encore cet analyste.

Différends internes ?

Toutefois, des sources politiques informées critiques du courant du Futur affirment que le report du meeting pourrait également s’expliquer par « des différends internes » principalement articulés autour du nouveau partage du pouvoir au sein des instances dirigeantes du Futur, les participants au congrès étant appelés à élire une nouvelle direction à la demande de Saad Hariri. Une façon pour lui de remédier aux lacunes observées lors des législatives de 2018 à l’issue desquelles le courant du Futur avait subi des pertes significatives.

Toujours selon ces sources, la décision de l’ex-Premier ministre d’abolir le secrétariat général du parti pour nommer Ahmad Hariri (son cousin et actuel secrétaire général) vice-président du parti pour les affaires organisationnelles ne ferait pas l’unanimité dans les milieux haririens. On indique aussi que le nom d’Ahmad Hachmié est évoqué pour le poste de vice-président du Futur pour les affaires de Beyrouth et les relations publiques.

Pour mémoire

Un message au Hezbollah et... un geste en direction des FL ?


Ces informations, les milieux proches de la Maison du Centre ne les confirment pas, assurant que le rebond des cas de coronavirus, notamment à Tripoli et Qalamoun, deux grands fiefs haririens au Liban-Nord, est le seul motif du report du congrès partisan. Une source haririenne confie en effet que c’est à la demande d’Ahmad Fatfat, ancien député de Denniyé et chargé d’organiser le congrès, que le Futur a reporté son meeting, sachant que Saad Hariri voulait s’exprimer avant le 7 août, avant le jugement du TSL. Interrogé par L’Orient-Le Jour, Moustapha Allouche assure, de son côté, qu’il « n’existe pas de différends au sein du courant du Futur, mais qu’il y a des divergences de points de vue concernant le discours politique à adopter ». L’ancien député de Tripoli souligne, en outre, que le congrès ne pourra pas avoir lieu avant le 7 août. Selon lui, les réunions des responsables du Futur sont ouvertes pour étudier la possibilité de tenir le congrès d’une façon virtuelle au vu de la flambée du Covid-19.

Concernant le discours attendu de M. Hariri, M. Allouche assure qu’il sera surtout focalisé sur le verdict du TSL et sur le chantier de la réorganisation interne de la formation. Sur le plan strictement politique, Moustapha Allouche déclare que « pour le moment, il n’est pas question de provoquer une discorde sunnito-chiite. Mais Saad Hariri continuera d’attaquer le pouvoir en place sans épargner le Hezbollah ».


Le congrès du courant du Futur, initialement prévu le 25 juillet et reporté en raison du rebond de la pandémie de coronavirus au Liban, se tiendra après la séance du Tribunal spécial pour le Liban prévue le 7 août prochain à La Haye. Le leader du courant du Futur, Saad Hariri, doit en effet assister à cette séance durant laquelle

commentaires (2)

LA VERITE EST CONNUE DES LIBANAIS DES LE DEBUT AVANT MEME QU,IL Y AIT TSL.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

10 h 19, le 28 juillet 2020

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • LA VERITE EST CONNUE DES LIBANAIS DES LE DEBUT AVANT MEME QU,IL Y AIT TSL.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 19, le 28 juillet 2020

  • QUOI DE PLUS RAFRAÎCHISSANT QUE ME REVEILLER UN MATIN, DE LIRE DANS L'OLJ QUE CE PARTI POLITIQUE S'EST AUTO-DISSOUS. SUIVI PAR LES AUTRES ! WOW ! CE SERAIT LA LA VRAIE 1ere VICTOIRE DE KELLOUN YAANI KELLOUN

    gaby sioufi

    09 h 47, le 28 juillet 2020