Rechercher
Rechercher

Politique - Visite

Le Drian aux autorités libanaises : Aidez-vous, et la France et ses partenaires vous aideront

"L'heure est grave. Le Liban est dans une situation très préoccupante. La crise économique et financière fait rage", a déclaré le chef de la diplomatie française lors d'un point presse après un entretien avec son homologue Nassif Hitti.
Le Drian aux autorités libanaises : Aidez-vous, et la France et ses partenaires vous aideront

Le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, lors d'un point presse le 23 juillet 2020 au palais Bustros. Photo REUTERS/Aziz Taher

Le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, en déplacement officiel au Liban, a appelé jeudi les autorités du pays à mettre en oeuvre les réformes attendues pour que la France et la communauté internationale l'aident à surmonter la plus grave crise économique de son histoire moderne.

La visite officielle de deux jours qu'effectue M. Le Drian intervient dans un contexte explosif au Liban, qui vit une crise marquée par une dépréciation inédite de sa monnaie, une flambée des prix, des licenciements à grande échelle et des restrictions bancaires sur les retraits et les transferts à l'étranger. Près de la moitié de la population libanaise vit sous le seuil de pauvreté et 35% de la population active est au chômage, selon des statistiques officielles. Le ras-le-bol a déclenché en octobre 2019 un soulèvement populaire inédit contre l'intégralité d'une classe politique accusée de corruption et d'incompétence, quasi inchangée depuis des décennies. Le pays, en défaut de paiement depuis début mars, a adopté un plan de relance fin avril et promis des réformes. Toutefois, des négociations initiées à la mi-mai avec le Fonds Monétaire international (FMI) pour obtenir une aide financière sont toujours au point mort.

"Vous connaissez l'expression 'Aide-toi, et Dieu t'aidera'. J'ai envie de vous dire : aidez-vous, et la France et ses partenaires vous aideront", a lancé le ministre français des Affaires étrangères lors d'un point presse au palais Bustros à l'issue d'un entretien avec son homologue libanais Nassif Hitti. Plus tôt dans la journée, M. Le Drian s'était déjà entretenu avec le président Michel Aoun, le Premier ministre Hassane Diab et le président du Parlement, Nabih Berry.

"Pas d'alternative au FMI"

"Si je suis ici, (...) c’est tout d’abord pour affirmer que la France se tient et se tiendra toujours aux côtés du Liban et des Libanais. Nous avons avec ce pays, vous le savez, un lien très particulier. Entre nous, il y a une histoire partagée (...). Il y a aussi entre nous des liens humains très forts qui irriguent nos deux sociétés. (...) C'est aussi au nom de ces liens que je suis venu porter un message de vérité : l'heure est grave. Le Liban est dans une situation très préoccupante. La crise économique et financière fait rage. Elle a des conséquences concrètes dramatiques pour les Libanais, qui s’appauvrissent de jour en jour. Ce que nous voulons éviter, c'est que cette crise remette en cause le modèle de tolérance du pays", a déclaré le chef de la diplomatie française devant une "forêt de micros", comme il l'a fait remarquer. "Je viens donc ici marquer la détermination qui est la nôtre, celle de la France, de rester aux côtés des Libanais, en particulier dans ces moments difficiles".

"Il est aujourd'hui urgent et nécessaire de s'engager de manière concrète sur la voie des réformes. Les attentes que j'exprime ne sont pas seulement celles de la France, mais aussi celles des Libanais et de l'ensemble de la communauté internationale", a poursuivi M. Le Drian. "La France est prête à se mobiliser pleinement aux côtés du Liban. Des actes concrets sont attendus depuis trop longtemps. C'est le message que je suis venu transmettre à toutes les autorités libanaises (...) Et comme je l'ai dit au Sénat (le 8 juillet dernier), aidez-nous à vous aider !", a lancé le ministre des Affaires étrangères.

"Avec la conférence CEDRE, nous avions proposé des solutions en échange de réformes (...) Ces demandes de réformes convergent avec les attentes des Libanais (...) Ils ont exprimé avec force leurs aspirations légitimes, leur soif de changement. Ils réclament de la transparence et la fin de la corruption. Cet appel n'a malheureusement pas été jusqu'ici entendu", a déploré le ministre français.

"Ce qui a été fait (...) n'est guère encourageant"

Sur le plan des réformes, le chef de la diplomatie française a déclaré qu'il n'y a "pas d'alternative à un programme du FMI pour permettre au Liban de sortir de la crise". Il a insisté sur l'importance de la réforme "emblématique" du secteur de l'électricité, jugeant que "ce qui a été fait dans ce domaine n'est guère encourageant". M. Le Drian a également souligné la nécessité de lutter contre la corruption sur laquelle "le président Aoun s'est fortement exprimé", contre la contrebande et de travailler sur l'indépendance de la justice. "La France déploie également une action humanitaire à destination des populations les plus vulnérables. Le montant de notre soutien humanitaire direct s’établira cette année à 50 millions d’euros. Nous appuyons principalement les services publics de base, notamment les structures de santé. Mais il revient en premier lieu aux autorités libanaises de mettre en place des filets de protection sociale, don't Nassif Hitti vient de parler, pour l’heure inexistants, et de fournir aux Libanais des services publics et des infrastructures", a encore souligné M. Le Drian, rappelant par ailleurs que la France a apporté au Liban un "soutien financier et en équipement" dans sa lutte contre le coronavirus.

L'impression de Fifi ABOU DIB

Soustraire, diviser, retenir


Sur le plan sécuritaire, le ministre français a indiqué que Paris maintiendra son soutien à l'armée libanaise, "véritable colonne vertébrale de cet Etat", et aux forces de sécurité "qui jouent un rôle dans la stabilité du pays". "Il est essentiel que l’État libanais affirme son autorité sur l'ensemble du territoire, et que tous les responsables respectent la distanciation à l'égard des conflits".

Sur un autre plan, M. Le Drian a salué la "générosité" des Libanais quant à l'accueil des réfugiés syriens. Plus d'un million d'entre eux sont présents sur le territoire libanais après avoir fui le conflit qui ravage la Syrie depuis 2011.

Jean-Yves Le Drian a également évoqué le volet éducation de sa visite. "Je suis venu pour marquer le soutien de la France à la jeunesse libanaise et au milieu éducatif. Cette crise est également celle des écoles françaises et des établissements chrétiens et francophones", a-t-il déclaré. "Soyez assurés que la France se tiendra toujours à vos côtés et mettre tout en oeuvre (...) mais il faut pour cela que les autorités libanaises fassent leur part du chemin", a lancé Jean-Yves Le Drian. "Le plan d’urgence pour l’enseignement français à l’étranger prévoit un segment spécifique pour toutes les familles des 52 établissements du réseau scolaire français au Liban. Nous avons également décidé d’accélérer la mise en place d’une fondation pour les écoles chrétiennes d’Orient qui viendra soutenir tous les établissements francophones du Liban et de la région, dont chacun connaît la tradition d’accueil d’enfants de toutes origines et de toutes confessions", a expliqué le ministre français.

Hitti : Le temps presse et joue contre nous
De son côté, son homologue libanais Nassif Hitti a abondé dans ce sens. "Surmonter les défis est essentiellement de la responsabilité libanaise, et cela passe par la mise en oeuvre de réformes", a-t-il déclaré, avant de poursuivre : "nous devons travailler vite en ce qui concerne les recommandations de la conférence CEDRE. Le temps presse et joue contre nous".

Le ministre libanais des Affaires étrangères, Nassif Hitti, prenant la parole aux côtés de Jean-Yves Le Drian. Photo REUTERS/Aziz Taher

Par ailleurs, le chef de la diplomatie libanaise a réaffirmé l'opposition de Beyrouth à toute modification du mandat de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul), dont la France est l'un des principaux contributeurs. La Finul est chargée de faire respecter le cessez-le-feu en vigueur entre le Liban et Israël depuis 2006, date du dernier conflit entre les deux pays. Son mandat doit être renouvelé le 31 août et certains pays, comme les Etats-Unis et Israël, voudraient voir son champ d'action élargi à la surveillance de la frontière syro-libanaise et que lui soient attribuées des prérogatives plus vastes pour surveiller les actions du Hezbollah au Liban.

Parallèlement au déplacement de M. Le Drian au palais Bustros, une poignée de manifestants se sont rassemblés devant le ministère des Affaires étrangères pour interpeller le ministre français. "Soutenez les Libanais ! Pas les corrompus", pouvait-on lire sur l'une des pancartes brandies.


Le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, en déplacement officiel au Liban, a appelé jeudi les autorités du pays à mettre en oeuvre les réformes attendues pour que la France et la communauté internationale l'aident à surmonter la plus grave crise économique de son histoire moderne.La visite officielle de deux jours qu'effectue M. Le Drian intervient dans un contexte...

commentaires (17)

Cessez de donner des conseils vides,La France... vous savez très bien qui sont les corrompus et le vol organisé de l argent des banques par BDL/Banquiers. EXIGEZ que cet argent soit reviré au Liban et réformes suivront ! Nommez les choses par leur nom.

Marie Claude

07 h 36, le 24 juillet 2020

Tous les commentaires

Commentaires (17)

  • Cessez de donner des conseils vides,La France... vous savez très bien qui sont les corrompus et le vol organisé de l argent des banques par BDL/Banquiers. EXIGEZ que cet argent soit reviré au Liban et réformes suivront ! Nommez les choses par leur nom.

    Marie Claude

    07 h 36, le 24 juillet 2020

  • C,EST ESSAYER DE REMPLIR DES BOITES VIDES ET TROUEES.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    20 h 52, le 23 juillet 2020

  • LE REMEDE EST UN : DEGAGEZ-LES DE BONGRE SINON DE MALGRE. MAIS QU,ILS DEGAGENT DE LA GRANDE TETE ET JUSQU,AU PIED.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    20 h 45, le 23 juillet 2020

  • J’espère que le gendre écoute la France lui dire que son projet électrique est inacceptable. Mais autrement, je me questionne sur le timing alors que la frontière sud est en train de bouger. Le ministre français est-il venu transmettre un ultimatum amical avant de se laver complètement les mains de ce bourbier qu’est le Liban du Hezb? L’heure est très grave en effet.

    Michael

    20 h 28, le 23 juillet 2020

  • Aidez nous à continuer à nous remplir les poches!

    Bachir Karim

    19 h 58, le 23 juillet 2020

  • Kamel Mroueh avait dit cette phrase superbe " kol kalimatouka wa' mchi!"...... L'impression avec la visite de Le Drian et toutes ses déclarations est qu'il fait exactement ceci...et à bon entendeur....salut!! ..... Bon sang de bon sang!

    Wlek Sanferlou

    19 h 18, le 23 juillet 2020

  • Le president Aoun s'est fortement exprime contre la corruption. Puis il a mis sa robe et ses pantoufles, il a regarde OTV pour 10 minutes et a entamme sa sieste.

    hrychsted

    18 h 43, le 23 juillet 2020

  • Ha Ha Ha. Très drôle !

    JCT

    18 h 41, le 23 juillet 2020

  • Je suis perdu. Mr. Le Drian se plaint alors que Mr. Diab a déjà accomplit 97% des objectifs!

    Zovighian Michel

    17 h 53, le 23 juillet 2020

  • Ce que j’entends dans cette phrase, ‘’ aidez-nous pour qu’on puisse vous aider’’   est un message adressé à tous les libanais et non aux politiciens qu’il sait qu’ils sont pourris. Ces libanais qui sont là à subir l’insupportable et leur dire bougez- vous bordel, pour quelques centimes de plus sur l’essence le peuple français est descendu dans la rue et a failli déstabiliser la république solide alors qu’ils ne manquent de rien et ont des privilèges enviés par le monde entier, et vous libanais alors que vous êtes depuis des décennies sous la botte des vendus, manquez de tout et même votre argent est réquisitionné vous ne bronchez pas . Qu’attendez-vous- vous ? qu’un état étranger vienne vous aider...Où est ce peuple courageux, fier et cultivé? Pourquoi tant de mollesse et laxisme alors que vous risquez de perdre votre pays et de le voir remplacé par une dictature où règnera la violence et l’obscurantisme? Révoltez-vous pour qu’on puisse vous venir en aide. VOILÀ CE QUE VEUT DIRE SA PRASE TANT RÉPÉTÉE. MAIS BEAUCOUP PEINENT À COMPRENDRE LES SENS. Comme seule réponse immédiate, le Hitti a cru bon d’ajouter le message appris par les vendus, que le Liban veut l’ONU mais selon leurs conditions. On ajoutera nous libanais, sinon ils risquent de ne plus avoir de ressources et d’armes acheminées de, et vers la Syrie. C’est le pompon. Avec cette équipe on ira très loin. Loin de notre pays c’est sûr

    Sissi zayyat

    17 h 52, le 23 juillet 2020

  • AIDE-TOI. LE CIEL T,AIDERA. ABANDONNE-TOI. LE CIEL T,ABANDONNERA. NI BM NI FMI NI DONATEURS ET INVESTISSEURS NI PERSONNE NE TE FERA L,AUMONE QU,A SES CONDITIONS ECONOMICO-SECURITAIRES CAD POLITIQUES. POINT A LA LIGNE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    16 h 52, le 23 juillet 2020

  • Mr le Ministre Hitti, le Liban n’est pas contre l’extension du mandat de la Finul pour la surveillance des frontières syro-libanaises. Vous et vos sponsors politiques l’êtes. Une aide pour lutter contre les trafics et la contrebande seraient plus que bienvenue.... pourquoi la refuse t on si ce n’est pour continuer les petits trafics entre amis, sous couvert d’une soit disant souveraineté depuis longtemps galvaudée.

    Bachir Karim

    15 h 54, le 23 juillet 2020

  • Mr Le Drian, vous devez être plus sévères et plus durs dans vos mots. Il n'y a plus de place pour la diplomatie.

    carlos achkar

    15 h 41, le 23 juillet 2020

  • Le Drian est le meilleur ministre du gouvernement Français . Est ce que le Hezbollah a écouté ce que le ministre a dit?

    Eleni Caridopoulou

    15 h 20, le 23 juillet 2020

  • autrement dit :je fais semblant ,tu fais semblant ,ils font semblant ;quant à vous ,peuple du Liban ,tournez vous vers le ciel ,il en tombera certainement de quoi vous faire vivre; ça ,c'est de la politique! J.P

    Petmezakis Jacqueline

    15 h 16, le 23 juillet 2020

  • "Ils réclament de la transparence et la fin de la corruption. Cet appel n'a malheureusement pas été jusqu'ici entendu". Eh non! La corruption continue de plus belle ! Et tout spécialement dans le domaine clé de l'électricité, comme en témoigne l'affaire de Selaata et celle du mazout frelaté. "Les résultats (dans ce domaine) ne sont guère encourageants ". C'est la façon diplomatique pour dire qu'ils sont catastrophiques! 5 mois et pas la moindre petite réformette en vue. Et on ose prétendre que ce gouvernement a fait en 5 mois, plus que tous les autres en 10 ans ! De qui se moque-t-il? Espérons (sans trop y croire) que le ministre français saura secouer un peu les nôtres et les réveiller de leur torpeur.

    Yves Prevost

    14 h 56, le 23 juillet 2020

  • Message clair et net de M.Le Drian , la France ne va pas aider le Liban tant que le peuple et gouvernants n 'ont rien en commun et tant que les libanais sont contre leur pays . Triste .

    Antoine Sabbagha

    14 h 32, le 23 juillet 2020

Retour en haut