Rechercher
Rechercher

Politique - Sécurité

Renforts israéliens à la frontière avec le Liban

Un soldat israélien tué et un officier blessé dans un accident de la route à la frontière.

Renforts israéliens à la frontière avec le Liban

Des soldats israéliens près d'un véhicule militaire blindé, le 23 juillet 2020 dans le village israélien de Avivim, à la frontière avec le Liban. Photo AFP / JALAA MAREY

Alors que la tension, déjà vive depuis des mois entre le Liban et Israël, est montée d'un cran ces derniers jours, l'armée israélienne a décidé d'envoyer des renforts d'infanterie à la frontière avec le pays du Cèdre, au lendemain d'un accident à la frontière.

"A la lumière de l'évaluation en cours faite par l'armée, il a été décidé d'envoyer des renforts en infanterie auprès du commandement militaire du Nord", a annoncé jeudi matin sur Twitter Avichay Adraee, le porte-parole arabophone de l'armée israélienne, en référence à la région frontalière entre Israël et le Liban. Il n'a pas donné plus de détails sur la nature des renforts ou le nombre des effectifs.

Mercredi après-midi, un soldat israélien de 20 ans a été tué et un lieutenant blessé dans un accident de voiture dans les fermes occupées de Chebaa, rapportait Times of Israël. Après cet accident, les militaires israéliens ont tiré une salve d'obus fumigènes pour masquer la zone, provoquant des feux dans le secteur. La police militaire israélienne a lancé une enquête.

Jeudi soir, l'armée libanaise a publié un communiqué annonçant que deux avions de reconnaissance israéliens ont violé l'espace aérien libanais au dessus des villages de Kafar Kalla et Aitaroun. 

Ces derniers mois ont été marqués par plusieurs violations de la souveraineté libanaise par Israël, avec des tirs de fusées éclairantes, des incursions en territoire libanais, ainsi que des survols massifs d'avions de chasse, notamment au-dessus de la capitale. Dimanche, l'armée israélienne avait réussi à prendre le contrôle d'un drone envoyé depuis le Liban-Sud et qui était utilisé pour tourner une vidéo commémorative de la guerre de juillet 2006.

Lire aussi

Shea en visite au Liban-Sud pour « comprendre la complexité de la mission de la Finul »

La Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul), est chargée de faire respecter le cessez-le-feu en vigueur entre le Liban et Israël depuis 2006, date du dernier conflit entre les deux pays. Le mandat de la Finul doit être renouvelé le 31 août et certains pays, comme les Etats-Unis et Israël, voudraient voir son champ d'action élargi à la surveillance de la frontière syro-libanaise et que lui soient attribuées des prérogatives plus vastes pour surveiller les actions du Hezbollah au Liban.

Dans ce contexte, la tension est nettement montée dans la nuit de lundi à mardi suite à des frappes israéliennes près de Damas, en Syrie, au cours desquelles un combattant du Hezbollah, Ali Kamel Mohsen, a été tué, selon le parti chiite. Cinq combattants pro-iraniens ont été tués dans des frappes israéliennes au sud de Damas, avait indiqué pour sa part l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), faisant aussi état de onze blessés parmi lesquels sept soldats syriens, selon l’AFP. Selon l’OSDH, des missiles israéliens ont ciblé lundi soir des dépôts d’armes ainsi que des positions militaires du régime syrien et des milices pro-iraniennes alliées, au sud de la capitale syrienne.

Pour mémoire

Le Hezbollah menace de frapper des « cibles précises » en Israël

Depuis la mort du combattant du Hezbollah, des partisans du parti chiite mènent campagne sur les réseaux sociaux pour que la formation pro-iranienne riposte, rappelant une promesse de son chef, Hassan Nasrallah, dans un récent discours de se venger si jamais Israel tuait des combattants de la formation.

Depuis le début du conflit en Syrie en 2011, Israël a mené des centaines de frappes aériennes contre les forces de Damas, mais aussi contre celles de l’Iran et de groupes pro-Téhéran, comme le Hezbollah notamment, qui combattent aux côtés du régime du président Bachar el-Assad.

Alors que la tension, déjà vive depuis des mois entre le Liban et Israël, est montée d'un cran ces derniers jours, l'armée israélienne a décidé d'envoyer des renforts d'infanterie à la frontière avec le pays du Cèdre, au lendemain d'un accident à la frontière."A la lumière de l'évaluation en cours faite par l'armée, il a été décidé d'envoyer des renforts en infanterie auprès...
commentaires (8)

Israel ne peut violer la souveraineté libanaise avec impunité. Il faut une riposte ferme.

Jean abou Fayez

15 h 56, le 24 juillet 2020

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • Israel ne peut violer la souveraineté libanaise avec impunité. Il faut une riposte ferme.

    Jean abou Fayez

    15 h 56, le 24 juillet 2020

  • IL FAUT RENFORCER LES PREROGATIVES DE LA FINUL

    LA LIBRE EXPRESSION

    22 h 06, le 23 juillet 2020

  • A se demander si Israel n'a pas besoin du Hezbollah pour exister...et vice-versa !

    In Lebanon we (still) Trust

    17 h 47, le 23 juillet 2020

  • Le cauchemar d’Israël est le désarmement du Hezb, car l'ennemi a besoin d'une ceinture de sécurité chiite, pour ne pas trouver les islamistes à ses portes. Et le Hezb a besoin de justifier.... Donc sans se parler et sans coordonner et en détestant l'un l'autre, les 2 parties ont des intérêts communs a maintenir le statu-quo. Il n'y a que le peuple qui souffre et la souveraineté du pays qui se raréfie.

    Shou fi

    17 h 40, le 23 juillet 2020

  • Si le Hezbollah ose riposter, a constater les frappes chirurgicales de l’armée Israélienne en Iran et en Syrie, ce sera pourrait être la dernière fois qu'il le fera car cette fois il est claire que plus personne ne veut entendre parler du Hezbollah et la riposte lui sera fatale.

    Pierre Hadjigeorgiou

    13 h 38, le 23 juillet 2020

  • MAUVAIS SIGNE.

    LA LIBRE EXPRESSION

    13 h 12, le 23 juillet 2020

  • Ils font ce qu'ils doivent faire pour se protéger des conseillers militaires intégristes de l'armée iranienne et sa milice iranienne, branche libanaise, qui est de notre côté et qui passe son temps à guerroyer en syrie, liban et tous les pays arabes mais jamais à partir de l'iran !!!! On menace à cors et à cris, on aboie puis on s'étonne de la réaction du voisin du Sud. On voit la paille dans l'oeil du voisin mais pas la poutre sur notre dos.

    LE FRANCOPHONE

    11 h 50, le 23 juillet 2020

  • Depuis la guerre de la Syrie Israël a mené des centaines de frappe contre les forces de Damas mais aussi contre les combattants du HB mais ce dernier n’a jamais riposté depuis la Syrie alors que ses hommes et ses armes s’y trouvent en quantité non négligeable. Il n’a pas de bouclier humain la bas il préfère réserver l’exclusivité de ses ripostes depuis le territoire libanais lieu de sa cachette sous terre et il mise sur la modération des frappes israéliennes pour épargner les vies humaines des libanais qui eux sont contre les provocations du HB mais que ce dernier les utilise ainsi que le Liban comme terrain de guerre et comme bouclier quand ça le chante pour marquer des points. De quel droit il veut déclencher une guerre pour venger son boss depuis le Liban alors que les libanais ne reconnaissent ni l’un ni l’autre. Il peut le venger depuis l’Iran où la Syrie nous libanais n’avons rien à cirer de ces terroristes qui règlent leurs comptes en nous prenant en otage. Il sait pertinemment que ses provocations ne resteraient pas sans réponse de la part des israéliens. Chebaa n’appartient pas au Liban alors qu’il se déplace avec armes et bagages et qu’il aille fire sa guerre depuis le pays qu’il défend, LA SYRIE. Il sait qu’il est pris en tenailles maintenant que les libanais refusent sa présence avec ses armes et son mini état qu’il veut agrandir alors il prepare une guerre avec Israël en pensant ainsi noyer le poisson. Les libanais devraient refuser de se laisser sacrifier.

    Sissi zayyat

    11 h 29, le 23 juillet 2020

Retour en haut