Rechercher
Rechercher

Société - Contestation au Liban

Roukoz s'en prend à Bassil : Ceux qui disent qu'on ne les a pas laissé travailler doivent démissionner

Une marche initiée par le Bloc national et soutenue par différents groupes de la thaoura s'est élancée devant le siège de la "Voix du Liban".

Roukoz s'en prend à Bassil : Ceux qui disent qu'on ne les a pas laissé travailler doivent démissionner

Le général à la retraite Chamel Roukoz, répondant à une question, le 17 juillet 2020. Photo joao Sousa

Le général à la retraite Chamel Roukoz s'en est pris vendredi sans le nommer au chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, devant plusieurs centaines de personnes rassemblées sur la place des Martyrs, dans le centre-ville de Beyrouth, dans une tentative de relance du soulèvement du 17 octobre contre la classe dirigeante.

Dans la soirée, une marche organisée par le Bloc national et soutenue, celle-ci, par plusieurs organisations de la révolution, est parallèlement partie avec quelques dizaines de personnes du siège de la radio "La Voix du Liban", sur la place Sassine, à Achrafieh, et doit sillonner les rues de Beyrouth pour réclamer notamment la démission du ministre des Affaires sociales, Ramzi Moucharrafiyé.

Ces mobilisations sont organisées alors que le Liban n'en finit plus de s'enfoncer dans une crise économique et financière sans précédent, que l'inertie du gouvernement à lancer d'indispensables réformes empêche l'obtention d'aides internationales, et que la répression des libertés se fait de plus en plus sévère.

"Jusqu'à mon dernier souffle"
"La traîtrise, c'est d'assister à des marchandages, de rester silencieux face à cela et d'oublier la grande cause, celle du peuple et de nation. La traîtrise, c'est d'avoir été aux responsabilités pendant des années et d'accuser les autres de l'échec sous prétexte qu'on ne les a pas laissé travailler. Ils s'honoreraient à démissionner et laisser la place à d'autres qui veulent agir", a déclaré Chamel Roukoz dans un discours offensif, en référence aux propos tenus dernièrement en ce sens par le leader du CPL, l'une des cibles privilégiées de la contestation, qui prétend avoir été empêché d'agir. "Notre bataille est difficile face aux cartels corrompus et aux partis miliciens qui ont détruit le pays (...) J'assure à tout le monde que je lutterai jusqu'à mon dernier souffle pour que le Liban demeure le pays de l’humanité, de la liberté et de la civilisation", a-t-il assuré.

Rassemblement le 17 juillet 2020 sur la place des Martyrs, dans le centre-ville de Beyrouth, à l'appel du Mouvement des anciens combattants pour le salut du pays. Photo Joao Sousa

Par ailleurs, le général à la retraite et député du Kesrouan a appelé à "mettre fin aux coupures de routes, aux affrontements avec l'armée et les forces de l'ordre, aux insultes". "Nous devons agir ensemble pour exprimer notre attachement au Liban-message", a-t-il souligné, annonçant d'autres rassemblements en région à l'avenir.

Bien que le mouvement "Citoyens et citoyennes dans un État" de l'ancien ministre Charbel Nahas s'est joint à ce sit-in, différents mouvements constitués sur plusieurs des places fortes du soulèvement du 17 octobre, entre autres Baalbeck, Taalabaya, Tripoli, Chevrolet (Furn el-Chebbak), Jbeil, Jal el-Dib et du Akkar, ont affiché leur refus de s'associer à cette manifestation. L'affiche publiée à ce sujet par le "Hirak" de Jbeil souligne notamment son refus que "Chamel Roukoz remplace Gebran Bassil", député également et l'une des figures les plus contestées par les révolutionnaires.

Au début de ce sit-in, Chamel Roukoz avait déclaré qu'il revenait aux Libanais "de se révolter contre l'ensemble de la classe politique", ajoutant que "l'alternative est un gouvernement indépendant composé de personnalités compétentes".

Lire aussi

Chamel Roukoz à « L’OLJ » : Nous demandons des comptes au pouvoir dans son ensemble

"Les prochaines étapes seront douloureuses", avait affirmé de son côté le général à la retraite Georges Nader, "parmi elles, la désobéissance civile totale pour faire tomber le système au pouvoir". Cette manifestation entendait "demander des comptes au pouvoir en place dans son ensemble" et réitérer les principales revendications des manifestants, à savoir : un gouvernement indépendant ; l’adoption d’une nouvelle loi électorale à même d’assurer une représentation juste et équitable ; la tenue d’élections législatives ; ainsi que la réforme de la justice.

Contre la répression et la corruption
Parallèlement, une marche de protestation, lancée par le Bloc national et rassemblant plusieurs groupes de la thaoura, "contre la répression, les voyous et les attaques des autorités contre les activistes" est partie du siège de la radio "La Voix du Liban", sur la place Sassine, à Achrafieh, en direction du Palais de Justice. Elle doit par la suite se diriger vers le ministère des Affaires sociales, dans le quartier de Badaro.

Rassemblement devant le siège de la Voix du Liban, à Achrafieh, le 17 juillet 2020. Photo M.H.

Les revendications de cette action concernent notamment la démission du ministre du Tourisme et des Affaires sociales, Ramzi Moucharrafiyé, réclamée depuis plusieurs jours par la rue, et la levée de son immunité ministérielle. Des gardes du corps et des proches du ministre sont impliqués dans le passage à tabac il y a deux semaines de l'activiste et avocat Wassef Haraké, et de plusieurs autres "révolutionnaires". Cette marche aura également pour objectif de réclamer "une enquête financière" afin d'identifier les personnes qui ont "pillé les fonds des Libanais et provoqué la crise actuelle". Dans un message diffusé sur les réseaux sociaux, le secrétaire général du Bloc national, Pierre Issa, appelle les Libanais à se mobiliser massivement. Il souligne que "la liberté d'expression est la dernière ligne de défense" des citoyens et de leur identité, affirmant que "tous sont concernés" par cette cause "primordiale".

Lire aussi

Une centaine de militants de la société civile lancent le Front civique national

En plus du Bloc national, une dizaine d'organisations soutiennent cet appel à manifester, notamment les groupes de la société civile "Li Haqqi", "Le Liban se révolte" ou encore le regroupement des "jeunes et étudiants du Parti communiste libanais".


Le général à la retraite Chamel Roukoz s'en est pris vendredi sans le nommer au chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, devant plusieurs centaines de personnes rassemblées sur la place des Martyrs, dans le centre-ville de Beyrouth, dans une tentative de relance du soulèvement du 17 octobre contre la classe dirigeante.Dans la soirée, une marche organisée par le Bloc national et...

commentaires (12)

C’est une OPA sur la révolution...

Alexandre Husson

23 h 15, le 17 juillet 2020

Tous les commentaires

Commentaires (12)

  • C’est une OPA sur la révolution...

    Alexandre Husson

    23 h 15, le 17 juillet 2020

  • C’est bien qu’il se démarque du CPL seulement voilà je pense que les retraites de militaire surtout à partir de lieutenant sont vraiment bien haut comment se peut il qu’un général parent en retraite empoche pour certains plus d’un millions de $ et reçoit toujours sa pension et après sa mort sa femme et après elle s’il a une fille non mariée elle reprend le flambeau ... c’est tout simplement aberrant ... et non JE SUIS CONTRE LE FAIT QU’ON GARDE CES PRIVILÈGES Mais chapeau Mr Roukoz pour votre courage et votre honnêteté

    Bery tus

    22 h 03, le 17 juillet 2020

  • "... Chamel Roukoz s'en est pris vendredi sans le nommer au chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil ..." —- je donnerais gros pour assister à un de leurs déjeuners de famille :-D

    Gros Gnon

    21 h 20, le 17 juillet 2020

  • "sans le nommer", l'ennui c'est que vos accusations n'ont aucun poids tant que cette Omertà est pratiquée.

    Je partage mon avis

    19 h 30, le 17 juillet 2020

  • C'EST BIEN QUE LE COURAGEUX ET L'HONÈTE HOMME ROUKOZ SOIT LÀ, MAIS PAS COMME DÉCIDEUR. IL RISQUE DE PROTÉGER AOUN SON BEAU PÈRE. J'IMAGINE QUE LE SORT RÉSERVÉ À AOUN VA ÊTRE SIMILAIRE DU SORT DE CHAOUSSESKOU, VU SON PARCOURT DESTRUCTIF POUR LE LIBAN DEPUIS 1975.

    Gebran Eid

    19 h 27, le 17 juillet 2020

  • Où était il avant le 17 Octobre ?

    Alors...

    18 h 06, le 17 juillet 2020

  • Messieurs, Dames de l'OLJ : pour mon information personel et je sais aussi pour beaucoup veuillez en résumer imprimer une liste de ce que vous appellez : plusieurs groupes de la thaoura , avec adresse s'il y a ??

    aliosha

    16 h 49, le 17 juillet 2020

  • Insister sur ce genre de revendications c'est de la perte de temps tant que le Hezbollah détient des armes. Son désarmement est la clef de la solution. Quand aux voleurs, menteurs, etc... Une fois les armes parties. ils seront tous tiré par l'oreille et amené devant les tribunaux... Le Liban respirera! A entendre Roukoz et compagnie gesticuler pour rien, me laisse croire que leur rôle c'est justement d’étouffer la fronde populaire d'octobre 2019 en divergeant les revendications vers les accessoires et non l'essence même du problème les armes et le hezbollah!

    Pierre Hadjigeorgiou

    16 h 49, le 17 juillet 2020

  • Cette marche aura également pour objectif de réclamer "une enquête financière" afin d'identifier les personnes qui ont "pillé les fonds des Libanais et provoqué la crise actuelle". pas besoin ni de commission ni d enquete tout le monde les connait

    youssef barada

    15 h 25, le 17 juillet 2020

  • ROUKOZ REMPLACERAIT BASSIL ? TIENT TIENT ! QUI A FAIT SORTIR CE "LAPIN " JE ME LE DEMANDE ?

    gaby sioufi

    14 h 51, le 17 juillet 2020

  • L'union fait la force! Sans une opposition unifiée, constructive et organisée, pas de salut à l'horizon! Les figures qui organisent un soulèvement, devraient faire preuve d' hnnêteté, d'intégrité et de bonne foi! En attendant, que Dieu vienne en aide au peuple libanais, responsable de l'élection de ses députés, donc aussi coupable de la misérable situation actuelle au Liban !!

    Zaarour Beatriz

    14 h 05, le 17 juillet 2020

  • IL FAUT UNE REVOLUTION GENERALE NON PARRAINNEE PAR DES PARTIS OU D,HOMMES PARENTS OU AFFILIES A DES PARTIS. LE PEUPLE REVOLUTIONNAIRE DU 17 OCTOBRE DOIT S,ORGANISER ET SE NOMMER DES LEADERS POUR LE DIRIGER ET LE MENER VERS L,OBTENTION ENTIERE DE SES DROITS DONT LE DROIT DE DEGAGER TOUTES LES CLIQUES DE LA TETE AU PIED QUI ONT GOUVERNE, QUI GOUVERNENT ENCORE DIRECTEMENT ET INDIRECTEMENT DONT LES MILICES IRANIENNES ET LEUR PARAVENT CPL ET CELLES QUI ORBITENT AUTOUR DE CELLES-LA.

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    13 h 04, le 17 juillet 2020

Retour en haut