Rechercher
Rechercher

Liban

Diab : Le gouvernement travaille sans relâche pour alléger le fardeau des citoyens

Le président du Conseil écarte à nouveau toute démission éventuelle du gouvernement ou de certains ministres.

Diab : Le gouvernement travaille sans relâche pour alléger le fardeau des citoyens

Le Premier ministre, Hassane Diab, reçu à Dar el-Fatwa par le mufti de la République, Abdellatif Deriane, en présence du ministère de l'Intérieur, Mohammad Fahmi, le 11 juillet 2020. Photo ANI

Le Premier ministre libanais, Hassane Diab, a affirmé samedi que son gouvernement "travaille sans relâche" pour limiter les effets de la crise économique et financière que traverse le pays, la pire de son histoire, sur les citoyens.

Il a également qualifié de "fake news" les informations concernant une éventuelle démission du cabinet ou de certains ministres. Il y a deux semaines, le cabinet Diab semblait sur le point de tomber, après avoir perdu le soutien de ses parrains. Cela avait finalement été écarté. 

"Le cabinet travaille sans relâche pour réduire le fardeau des citoyens, notamment en fournissant des aides financières aux familles défavorisées et en apportant son aide aux secteurs industriel, agricole, aux petites et moyennes entreprises, ainsi qu'aux écoles", a déclaré le président du Conseil à l'issue d'une réunion avec le mufti de la République, Abdellatif Deriane, à Dar el-Fatwa, à laquelle a également participé le ministre de l'Intérieur, Mohammad Fahmi. Les trois hommes ont également évoqué le "panier" de denrées alimentaires subventionnées qui couvre "plus de 80 à 90 % des besoins des citoyens", selon M. Diab. 

L'éditorial de Issa GORAIEB

Et les réformes, bordel ?

Le panier alimentaire est un mécanisme initialement mis en place en mai afin de subventionner les importations de certains produits pour tenter de limiter l’inflation sur certaines denrées alimentaires de base et des matières premières destinées à l’agriculture locale. Il a été étendu cette semaine, avec la promesse que la Banque du Liban (BDL) injecterait les devises nécessaires dans le secteur bancaire pour rendre le mécanisme opérant. Il devrait être actif dès lundi, a indiqué cette semaine le ministre de l’Agriculture et de la Culture, Abbas Mortada.

Aide des Etats-Unis
Le Premier ministre et le mufti ont par ailleurs abordé la longue réunion tenue vendredi au Sérail entre Hassane Diab et l'ambassadrice américaine à Beyrouth, Dorothy Shea. "L'ambassadrice a affirmé sa volonté d'aider le Liban à avancer dans divers dossiers", a indiqué le chef de l'exécutif. 

Lors de cette réunion, Mme Shea avait rappelé les constantes proclamées par le Groupe international de soutien au Liban (GIS) réuni à Paris le 12 décembre 2019, à la suite du vote de confiance accordé au gouvernement Diab. Le GIS avait alors conditionné toute aide au Liban à des conditions bien précises : retour à la Constitution, à l’accord d’entente nationale, à la déclaration de Baabda du 11 juin 2012 concernant la distanciation par rapport à la politique des axes, ainsi qu’à l’attachement aux résolutions du Conseil de sécurité, et en premier lieu à la résolution 1559 sur le désarmement des milices.

Lire aussi

« Subventionnez les serviettes périodiques ! »

La réunion au Sérail a eu lieu alors qu'il y a quelques jours les rapports entre la présidence du Conseil et l’ambassade US étaient au plus mal et que Hassane Diab avait critiqué les missions diplomatiques américaine et saoudienne au Liban les accusant, sans les nommer, de s'ingérer dans les affaires libanaises. Le chef du gouvernement faisait notamment référence à la polémique autour des propos hostiles au Hezbollah de l'ambassadrice des Etats-Unis au Liban, Dorothy Shea. A la suite de ces propos, un juge de Tyr avait émis un jugement interdisant toute interview de la diplomate. A l'issue d'un entretien, avec le chef de la diplomatie libanaise, Nassif Hitti, Mme Shea avait affirmé que la page avait été tournée. Vivement critiqué pour sa démarche, le juge en question, proche du Hezbollah, avait présenté sa démission après avoir été déféré devant l'Inspection judiciaire.

Plus tard dans la journée, le ministre de l'Industrie, Imad Hoballah (Hezbollah), a également défendu le gouvernement, en s'en prenant aux formations politiques qui le critiquent. "Notre gouvernement essaie de se débarrasser de la saleté des gouvernements auxquels vous avez participé ou que vous avez soutenus", a-t-il écrit sur Twitter, soulignant que le cabinet Diab "est patient et travaille avec détermination". 


Le Premier ministre libanais, Hassane Diab, a affirmé samedi que son gouvernement "travaille sans relâche" pour limiter les effets de la crise économique et financière que traverse le pays, la pire de son histoire, sur les citoyens.

Il a également qualifié de "fake news" les informations concernant une éventuelle démission du cabinet ou de certains ministres. Il y a deux...

commentaires (9)

Voir le verre au tiers plein. Quand on a soiffff!

Massabki Alice

11 h 46, le 12 juillet 2020

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Voir le verre au tiers plein. Quand on a soiffff!

    Massabki Alice

    11 h 46, le 12 juillet 2020

  • Ah bon! Bizarre! On n’avait pas remarqué!

    Nadine Naccache

    08 h 00, le 12 juillet 2020

  • "Le gouvernement travaille sans relâche". Si c'est vrai, au vu des résultats, il serait peut-être préférable alors, qu'il ne travaille pas du tout!

    Yves Prevost

    06 h 52, le 12 juillet 2020

  • TITRE QU,IL FAUT COMPRENDRE A L,ENVERS. QUEL TOUPET ET QUELLE RIGOLADE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    21 h 49, le 11 juillet 2020

  • il fait ce qu il peut le pauvre vieux cad il peut rien , excuse, il peut mendier comme bientot la plupart des libanais. vous savez avec 3 % on peut faire beaucoup de choses on verra apres l avis de ses parrains 1 le Hesballa (chiite) 2 le mufti (sunnite) 3 le patriach (maronite) ........... il y a 18 communautés aux liban quand il auront donner leurs accords on sera dans le trou merci la France merci l Amérique qui sait bientot on sera obligé de dire merci l Iran merci Assad

    youssef barada

    15 h 11, le 11 juillet 2020

  • Notre voisin du nord va enfin pouvoir recevoir tous ces produits soutenus par la BDL a un prix ridicule et augmenter le portefeuille de certains de nos dirigeants ou meme des partis ( avec S ) Mr Diab ne se rend meme pas compte que n'ayant pas fait parti de la corruption avant son arrivee, il y plonge la tete la premiere dedans en acceptant toutes ces pseudo reformes identiques aux precedents regimes LA VERITE LA BDL SOUTIENT PETROLE FARINE NOURRITURES MEDICAMENTS ETC.. AVEC DE L'ARGENT APPARTENANT AUX DEPOSANTS ENCORE. QUAND TOUT CELA SERA FINI ( ET TRES VITE CAR NOTRE VOISIN DU NORD A DE PLUS GRAND BESOIN QUE LE LIBAN) ON ACCUSERA LE VOISIN DU SUD D'AVOIR VOLE L'ARGENT DES LIBANAIS

    LA VERITE

    14 h 58, le 11 juillet 2020

  • C’est exactement ce que je reproche à cette bande de loufoques qui se croient être des ministres : ils travaillent sans relâche, peut être mais n’arrivent à aucun résultat, sûrement

    Liberté de Penser

    14 h 57, le 11 juillet 2020

  • Vraiment! Ce PM, est l'extension du Hezbollah, Amal et le Vassal CPL, "Les Cons Politiciens Libanais!" Un ministre qui se vente de 97% de ses realisations ont ete atteintes, et bien je crois que Notre Diablotin a oublié, que nous lisons l'arabe de droite a gauche, donc 3% de realisation. Je ne blame pas Diab pour cette situation, car lui est arrive apres. Et comme nous savons que ce n'est pas lui qui tire les ficelles... Il avait peut-être de bonnes intentions, mais nous un avons des subterfuges Perçants qui l'empeche tres probablement de faire quoi que ce soit. Le but est de pousser le peuple a bout et d'accepter l'aide des Perceurs coute que coute! Le délégué principale des Perceurs au Liban, nous a fait retourner à l'âge de pierre économiquement... en moins de 20 ans les Perceurs ont réussi ce qu'une guerre civile n'a jamais été capable de faire... Crier encore Labayka ya Perceur!!! Yalla Crier mes moutons con patriotes!

    Marwan Takchi

    14 h 22, le 11 juillet 2020

  • "... la promesse que la Banque du Liban (BDL) injecterait les devises nécessaires dans le secteur bancaire pour rendre le mécanisme opérant ..." - Il serait de bon ton d’au moins demander l’accord des propriétaires de ces devises, à savoir les déposants. Ya3ni nous...

    Gros Gnon

    13 h 51, le 11 juillet 2020