Rechercher
Rechercher

Vie quotidienne

Sit-in à Saïda contre le rationnement de l’eau

Les manifestants appellent le ministre de l’Énergie et de l’Eau à « partir » s’il est incapable d’assumer ses responsabilités.

Sit-in à Saïda contre le rationnement de l’eau

« L’Office du vol de l’eau du Liban », ont écrit les manifestants à l’entrée du bâtiment de l’Office des eaux du Liban-Sud. Photo M.A.

Ils étaient plusieurs jeunes du bureau estudiantin de l’Organisation populaire nassérienne et des habitants de Saïda à observer hier un sit-in devant l’Office des eaux du Liban-Sud, en guise de protestation contre le rationnement de l’eau dans la ville et ses environs, comme contre « l’indifférence » dont continuent à faire preuve les responsables. L’armée et les Forces de sécurité intérieure étaient déployées dans le périmètre.

« Pour pouvoir assurer l’eau, non aux mafias du mazout, des générateurs et de l’électricité, non à un gouvernement qui protège les mafias », « Un ministre faible devant les mafias du fuel », « Non à un ministre qui ne peut assurer l’approvisionnement en eau », « Le Liban est le pays de l’eau, mais nous n’avons pas d’eau »… Autant de slogans brandis par les manifestants qui ont également dénoncé la politique de l’Office des eaux et appelé le ministre de l’Énergie et de l’Eau Raymond Ghajar « à assurer l’approvisionnement en eau aux habitants ou à s’en aller ».

Des manifestants brandissant des pancartes qui dénoncent le rationnement de l’eau à Saïda et ses environs. Photo M.A.

« Nous refusons le rationnement quasi total de l’eau observé dans la majorité des régions et quartiers de Saïda et ses environs et nous rejetons la politique de l’indifférence adoptée par les parties concernées à l’Office des eaux, qui refusent d’assumer leurs responsabilités devant le peuple et ne prennent guère en considération les plaintes déposées par les habitants », a lancé un jeune. Donnant lecture d’un communiqué au nom des protestataires, il a expliqué qu’en raison du rationnement de l’eau, de nombreux habitants ont dû acheter le précieux liquide, « ce qui a augmenté encore plus leurs dépenses, à l’ombre de la crise socio-économique qui sévit dans le pays ». « Malgré cela, l’Office des eaux continue de percevoir les taxes, sous risque de couper l’approvisionnement », a ajouté le jeune homme. Il a enfin appelé M. Ghajar à « assumer ses responsabilités » ou à « partir, s’il est incapable de le faire ».

Par ailleurs, en raison du rationnement du courant électrique et de la pénurie de mazout, le travail a été interrompu au sérail de Saïda où l’internet et les ordinateurs ne fonctionnaient pas hier.

La réponse de l’Office des eaux

De son côté, l’Office des eaux du Liban-Sud a expliqué que le rationnement de l’eau courante est « dû au rationnement sévère du courant électrique et à la pénurie de mazout ». Dans un communiqué, le prestataire public a expliqué qu’il « recourt à différentes alternatives pour assurer l’eau aux habitations » et a appelé les parties concernées à « assumer leurs responsabilités » et à soutenir l’office pour trouver des solutions au problème.


Ils étaient plusieurs jeunes du bureau estudiantin de l’Organisation populaire nassérienne et des habitants de Saïda à observer hier un sit-in devant l’Office des eaux du Liban-Sud, en guise de protestation contre le rationnement de l’eau dans la ville et ses environs, comme contre « l’indifférence » dont continuent à faire preuve les responsables. L’armée et les...

commentaires (1)

RATIONNEMENT DE L,EAU. LE RATIONNEMENT DE L,AIR RESPIRABLE VA ARRIVER A SON TOUR. C,EST LE BORDEL !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

06 h 39, le 08 juillet 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • RATIONNEMENT DE L,EAU. LE RATIONNEMENT DE L,AIR RESPIRABLE VA ARRIVER A SON TOUR. C,EST LE BORDEL !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    06 h 39, le 08 juillet 2020