Littérature

Les livres conseillés pour l’été 2020

L’académie Goncourt et le jury du prix Renaudot proposent leurs listes d’ouvrage recommandés aux lecteurs francophones, entre autres coups de cœur.

Les livres conseillés pour l’été 2020

Pour aider les vacanciers-lecteurs à choisir les livres qui les accompagneront en villégiature, l’académie Goncourt et le jury du prix Renaudot ont chacun publié une liste de recommandations de lecture.

Papa (Seuil) de Régis Jauffret, le livre le plus intime de l’auteur de Microfictions, est le seul roman à figurer dans les deux sélections. Les Goncourt conseillent également le premier roman très sensible d’Anne Pauly, Avant que j’oublie (Verdier), un récit tragi-comique plein de tendresse et d’empathie autour de la maladie et de la mort du père de la narratrice. Le livre, qui est aussi un formidable hommage aux gens de peu, vient de recevoir le convoité prix du livre Inter.

On n’oubliera pas Et toujours les forêts (JC Lattès), fiction postapocalyptique racontant l’effondrement d’un monde terriblement semblable au nôtre, récompensé au printemps par le grand prix RTL/Lire et le prix de la Closerie des lilas. Ce livre, signé par la romancière Sandrine Collette, résonne familièrement après l’épidémie de coronavirus.

Toujours parmi les livres primés, il serait dommage de passer à côté du délicat Âme brisée (Gallimard) de l’écrivain francophone d’origine japonaise Akira Mizubayashi, récompensé par le prix des Libraires.

En attendant les livres de la rentrée, pourquoi ne pas lire les romans pénalisés par le confinement et la fermeture des librairies?

Parmi eux, on peut citer Never(s) (P.O.L.) de Frédérique Berthet, histoire d’amour épistolaire d’un couple séparé par la guerre, ou le réjouissant Flambeur de la Caspienne (Flammarion) de Jean-Christophe Rufin qui raconte une nouvelle aventure d’Aurel le consul, cette fois en Azerbaïdjan.

Sorti quelques jours seulement avant le confinement, Chanson bretonne. L’enfant et la guerre. Deux contes (Gallimard) de J.M.G. Le Clézio mérite lui aussi qu’on y revienne.

On peut évidemment se fier aux valeurs sûres de l’édition qui caracolent déjà en tête des ventes. Les amateurs de best-sellers ne manqueront pas de glisser dans leur valise les nouveaux titres de Guillaume Musso et Joël Dicker, respectivement La vie est un roman (Calmann-Lévy) et L’énigme de la chambre 622 (éd. de Fallois). S’il reste de la place, on ne peut que conseiller La vallée (XO), le nouveau thriller de Bernard Minier, ou Il était deux fois (Fleuve noir) de Franck Thilliez.

Côté étranger, on ne peut passer à côté de Retour de service (Seuil) de John le Carré ni du nouveau roman d’Elena Ferrante, La vie mensongère des adultes (Gallimard).

Hilarant, bien ficelé et féministe

Dans la série Un été avec, coédité par France Inter et Les Équateurs/Parallèles, Antoine Compagnon propose Un été avec Pascal, et c’est passionnant. Toujours du côté des classiques, on se fera assurément plaisir en retrouvant les romans et récits du « lion » Joseph Kessel, enfin édités dans la Pléiade.

Genre incontournable des vacances, le polar offre l’embarras du choix. On peut citer Banditi (JC Lattès) d’Antoine Albertini, un très noir polar corse, ou l’hilarant, bien ficelé et féministe L’amitié est un cadeau à se faire (Gallmeister) de l’Américain William Boyle.

Parmi les coups de cœur du moment, il y a Les services compétents (P.O.L.) de Iegor Gran, le fils du dissident soviétique Andreï Siniavski, qui rend un hommage original, touchant et malicieux à son père dans ce livre à la fois drôle et terrifiant. Mais aussi Alpinistes de Staline (Stock) de Cédric Gras, captivante et tragique histoire des frères Abalakov, pionniers de l’alpinisme en Union soviétique.

Côté BD, l’Association des critiques et journalistes de bande dessinée (ACBD) a publié une liste des « 10 indispensables de l’été » dans laquelle on trouve notamment Peau d’homme (Glénat), bouleversant et subtil témoignage contre l’homophobie. Cet album, qui nous plonge dans l’Italie de la Renaissance, est l’ultime album du scénariste Hubert, disparu à 49 ans en février dernier, et du dessinateur Zanzim.

Parmi les autres titres recommandés, il y a aussi L’homme qui tua Chris Kyle (Dargaud) de Fabien Nury (dessin) et Brüno (scénario), documentaire troublant sur l’Amérique d’aujourd’hui, et Payer la terre (Futuropolis) de Joe Sacco sur la lutte des Amérindiens du Nord-Ouest canadien.

Alain JEAN-ROBERT/AFP


Pour aider les vacanciers-lecteurs à choisir les livres qui les accompagneront en villégiature, l’académie Goncourt et le jury du prix Renaudot ont chacun publié une liste de recommandations de lecture.

Papa (Seuil) de Régis Jauffret, le livre le plus intime de l’auteur de Microfictions, est le seul roman à figurer dans les deux sélections. Les Goncourt conseillent également...

commentaires (0)

Commentaires (0)