diplomatie

"Nous avons décidé de tourner la page", affirme Shea après son entretien avec Hitti

Le ministre des AE rappelle les "droits sacrés" de la liberté de la presse et la liberté d'expression, après la décision du juge Mazeh interdisant aux médias au Liban d'interviewer l'ambassadrice US.

L'ambassadrice des Etats-Unis au Liban, Dorothy Shea, reçue lundi par le chef de la diplomatie Nassif Hitti. REUTERS/Mohamed Azakir

L'ambassadrice des Etats-Unis au Liban, Dorothy Shea, a affirmé lundi à l'issue d'un entretien avec le ministre libanais des Affaires étrangères, Nassif Hitti, que la page du "jugement" interdisant aux médias opérant au Liban de recueillir des interviews auprès d'elle était "tournée". Ce jugement avait été émis par le juge des référés de Tyr, Mohammad Mazeh, au lendemain d'une interview dans laquelle la diplomate critiquait vertement le Hezbollah, considéré comme terroriste par Washington. Il a été d'un côté largement critiqué et de l'autre salué par des responsables du parti chiite.

Dans cette interview diffusée vendredi par la chaîne panarabe saoudienne al-Hadath, l'ambassadrice US affirmait notamment que le Hezbollah "empêche toute solution économique" au Liban en crise, prévenant que des sanctions pourraient viser des alliés non-chiites du parti pro-iranien.

L'éditorial de Issa GORAIEB

De mal en pitres

"M. Hitti et moi avons eu un entretien positif (...) Nous avons décidé de tourner la page de cette décision regrettable qui est venue détourner l'attention de la crise économique. L'important, c'est de se concentrer sur ce sujet",  a déclaré Mme Shea dans une très courte déclaration en anglais à l'issue de sa réunion avec le chef de la diplomatie libanaise. Insistant sur le fait que les relations bilatérales entre le Liban et les Etats-Unis restaient "fortes", l'ambassadrice a déclaré que son pays était "prêt à continuer à aider le Liban à condition que le gouvernement prenne les mesures nécessaires pour résoudre la crise économique". Elle a encore insisté sur l'importance de la coopération entre les deux pays dans le but de préserver "nos intérêts communs et nos objectifs partagés, notamment en cette période très compliquée".

Selon notre correspondante Hoda Chedid, Nassif Hitti a, lui, rappelé les "droits sacrés" de la liberté de la presse et de la liberté d'expression et souligné l'importance de la coopération entre Beyrouth et Washington dans le cadre de l'aide à apporter au pays afin qu'il sorte de la crise économique. Les deux responsables ont également eu une discussion "franche" sur les derniers développements sur la scène locale.

Lire aussi

Les dérives judiciaires atteignent un nouveau sommet

Parallèlement à cet entretien, quelques activistes s'étaient rassemblés devant le siège du ministère des AE pour dénoncer les ingérences étrangères dans les affaires libanaises. Plus tôt dans la journée, plusieurs avocats avaient organisé un sit-in de solidarité avec le juge Mazeh devant le Palais de Justice de Beyrouth.

Par ailleurs, l'ambassade d'Iran à Beyrouth a critiqué d'autres propos de Dorothy Shea concernant la situation des médias en Iran, exprimés dans un autre entretien donné dimanche à al-Hadath. Dans cet entretien, Mme Shea avait estimé que "des restrictions peuvent être imposées aux médias en Iran, mais pas dans un pays comme le Liban".

L'ambassadrice des Etats-Unis au Liban, Dorothy Shea, a affirmé lundi à l'issue d'un entretien avec le ministre libanais des Affaires étrangères, Nassif Hitti, que la page du "jugement" interdisant aux médias opérant au Liban de recueillir des interviews auprès d'elle était "tournée". Ce jugement avait été émis par le juge des référés de Tyr, Mohammad Mazeh, au lendemain d'une...

commentaires (9)

L'Ambassadrice des Etats Unis a de bonne foi pris note sans meme faire des recherches , car sauf erreur le Liban comme d'autres Pays n'a pas signé la Convention de Vienne de 1969

DRAGHI Umberto

22 h 38, le 29 juin 2020

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • L'Ambassadrice des Etats Unis a de bonne foi pris note sans meme faire des recherches , car sauf erreur le Liban comme d'autres Pays n'a pas signé la Convention de Vienne de 1969

    DRAGHI Umberto

    22 h 38, le 29 juin 2020

  • Sauf Erreur , le Liban ne fait pas partie des signataires de la Convention de Vienne dont il fait référence . Pa d'autres commentaire.

    DRAGHI Umberto

    22 h 32, le 29 juin 2020

  • Oui, Hitti est diplomate et connaisseur en la matière, et ne peut se tromper.

    Chahine

    20 h 35, le 29 juin 2020

  • Prochaine étape: suspendre voire radier ce petit juge à la noix qui, par la force du hezbollah, s'est donné plein pouvoirs !!! Puis on attend toujours un mot officiel du gouvernement qui critique, stigmatise ce qui a été dit par le juge. On attend des excuses auprès des médias. On attend tjrs des excuses de l'armée à l'encontre des journalistes et photographes tabassés volontairement.. Bref.. Y a tellement de bêtises qu'ils accumulent, qu'on ne sait plus vraiment par où doivent ils commencer par s'excuser. Quoique, ils devraient s'excuser et démissionner tous. Ca serait déjà un bon début et la confiance internationale reviendra envers le liban, sans doute.

    RadioSatellite.co

    20 h 05, le 29 juin 2020

  • LES USA S,EXPRIMENT POUR AIDER LE LIBAN QUAND D,AUTRES REGIONAUX LE FONT POUR S.IMMISCER DANS LES AFFAIRES INTERNES DU PAYS POUR IMPOSER UNE MAINMISE ARCHAIQUE ET NEFASTE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    18 h 40, le 29 juin 2020

  • Tournons la page une tournure diplomatique qui renforce la position US face au gouvernement libanais perdu dans le naufrage du dollar .

    Antoine Sabbagha

    18 h 34, le 29 juin 2020

  • Et c'est encore une fois le fiasco du Gouvernement en plein jour! Merci le Hezb!

    IMB a SPO

    18 h 17, le 29 juin 2020

  • « Protester contre les ingérences étrangères ». Celles de l’Iran ne le sont pas? Celle de la Syrie non plus? De toute façon, notre classe politique et notre administration devront être mis sous tutelle pour sortir de la crise actuelle. Si nous sommes sujets à ces « ingérences » c’est bien parce que ce pays a été mis dans une situation inextricable par la classe politique actuelle et leurs allégeances externes. Sans compter le peuple qui continue à voter comme des moutons pour les mêmes corrompus.

    Bashir Karim

    17 h 39, le 29 juin 2020

  • Choix judicieux de Hitti! Car si c'était l'inverse les conséquences auraient été encore plus Graves. Avant de dénoncer l'Ambassadrice Shea, commencer par dénoncer l'ambassade Iranienne et Syrienne qui s'engagent quotidiennement 7/7, 365 jrs/an dans les affaires Libanaise! Deux poids, deux mesures, comme au temps de l'Occupation Syrienne! Quel Gouvernement!

    Marwan Takchi

    16 h 24, le 29 juin 2020