Rechercher
Rechercher

De la tonte au rasoir

Quelle aubaine que ce coronavirus pour les turlupins calcifiés de la classe dirigeante ! La piétaille ne peut plus vagir à l’aise la gueule ouverte à cause du masque ni tendre la main aux banquiers à cause des gants. Malgré le déconfinement progressif, elle se claquemure à domicile la trouille au ventre, avec pour seule animation une électricité qui danse au gré des rationnements, une monnaie ouistiti qui dégringole au fond des abysses et des étiquettes qui valsent au rythme des prix de produits livrés à la porte. Et cerise couronnant les gâteux gâtés du pouvoir, la fermeture à rallonge de l’AIB qui a fini de transformer le pays en bagne à ciel ouvert.Tant et si bien qu’il ne reste plus au Libanais de base, doté d’une intelligence de base, qu’à se vautrer devant la télé et les réseaux sociaux, et frétiller devant les outrages et appels au meurtre lancés sur des sujets qui ne mangent pas de pain. À croire qu’insulter une divinité ou réagir violemment à l’injure portée à un symbole religieux vont apaiser la faim ou gonfler le bulletin de paie des ahuris qui s’adonnent à ce genre de gesticulation culturelle.

Parallèlement à ces joyeusetés, et comme pour conjurer ces temps de pénuries, les pantins désarticulés du gouvernement placent leurs âneries sous le signe de l’abondance. Plus un jour ne passe sans son lot de bobards servis à une population assommée par la cascade d’inepties. Truc à apprendre pour les profanes : dès que le syndicat des boulangers ou celui des importateurs de carburant commence à jurer qu’il n’y aura pas de pénurie, faudra vite courir rafler les miches à l’étalage ou amener son bahut téter à la station-service la plus proche ; dès que le président de l’Association des banques promet la main sur le cœur qu’il traitera les étudiants libanais à l’étranger comme ses propres enfants, faudra vite mater son nez qui s’allonge et comprendre que plus un fifrelin ne sortira des caisses pour les transferts à l’étranger. Et le reste à l’avenant…

Mais la palme du canular revient incontestablement au Patron barbu, qui n’a de cesse de nous faire miroiter le paradis syro-iranien. Pourtant personne ici-bas n’a souvenance que Damas et Téhéran aient jamais particulièrement inondé le Liban de leurs largesses. Mais ce détail insignifiant ne doit pas trop le tourmenter, au porte-parole personnel de Dieu. Lui milite pour la solidarité des affamés : on enverra promener le FMI, on tendra la main aux Iraniens, on achètera aux Syriens et l’on se partagera la pénurie. Quant aux mauvais coucheurs qui dépriment, ils pourront toujours sublimer devant le film de boules du samedi soir sur al-Manar.

Grâce à lui en juillet 2006, les Libanais se sont fait tondre gratis. Aujourd’hui, ils se font raser de près…

gabynasr@lorientlejour.com

Quelle aubaine que ce coronavirus pour les turlupins calcifiés de la classe dirigeante ! La piétaille ne peut plus vagir à l’aise la gueule ouverte à cause du masque ni tendre la main aux banquiers à cause des gants. Malgré le déconfinement progressif, elle se claquemure à domicile la trouille au ventre, avec pour seule animation une électricité qui danse au gré des rationnements,...
commentaires (11)

Pour paraphraser Rabelais, Gaby Nasr, pour tout dire sommairement, est un vrai satiriste, si jamais il en fut depuis que le monde satirant satira de satirerie. Au reste, savant jusqu'aux dents en matière de calembours...

Georges MELKI

10 h 52, le 15 juin 2020

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • Pour paraphraser Rabelais, Gaby Nasr, pour tout dire sommairement, est un vrai satiriste, si jamais il en fut depuis que le monde satirant satira de satirerie. Au reste, savant jusqu'aux dents en matière de calembours...

    Georges MELKI

    10 h 52, le 15 juin 2020

  • GENIAL COMME TOUJOURS

    LA VERITE

    15 h 36, le 12 juin 2020

  • Ils sont ""durs de la feuille"" nos petits potentats locaux. Il ne leur faut pas une bonne tondeuse pour faire leurs boules à zéro, mais des mots ayant la résonance d’un bâton de dynamite. Je vous prie Monsieur de répéter et plus fort. Ça ne va pas être si simple, je le sais. Question : Qui encore se rase de près comme les …

    L'ARCHIPEL LIBANAIS

    12 h 30, le 12 juin 2020

  • Et j’ajouterai que les deux pelés et trois tondus arrivent à mener la valse et à anéantir ce pays face à des millions de libanais mollassons qui sont divisés et ne croient qu’en leurs vendus et leur prophètes et divinités qui les regardent d’où ils se trouvent médusés et ahuris de voir les crimes qui se commettent en leurs noms. A quand le châtiment?

    Sissi zayyat

    11 h 38, le 12 juin 2020

  • Génial M. Nasr!!!! Honte sans modération, mais pour les insensibles, la honte c'est quoi? Ils vous répondraient: aucune idée!!!! Est-ce que, au départ, la pauvreté et l'exclusion, peuvent engendrer tant de gens sans foi ni loi, qui prétendent mener la lutte pour une vraie justice sociale??

    Zaarour Beatriz

    10 h 27, le 12 juin 2020

  • DU GABY NASR ORIGINAL. CA FAIT RIRE MALGRE LES MALHEURS QUI FRAPPENT LE PAYS EN CASCADES.

    LA LIBRE EXPRESSION PARLE AU PEUPLE.

    10 h 24, le 12 juin 2020

  • j’hésite entre le rire et les larmes. Allez c'est le weekend ! va pour le rire...les larmes pour tous les autres jours de la semaine.

    Lebinlon

    10 h 18, le 12 juin 2020

  • Bravo pour votre article.

    Brunet Odile

    09 h 14, le 12 juin 2020

  • Lire peut être! Comprendre je doute fort!!

    Allam Charles K

    08 h 28, le 12 juin 2020

  • Bon retour Mr.Nasr. Vos analyses nous font non pas chaud au cœur , mais plutôt nous glace le sang ,.. et froid ds le dos , , , , mais on vous lis quand même . Bon courage à tous

    Kelotamam

    03 h 01, le 12 juin 2020

  • Si seulement nos politiciens, banquiers, hommes de Dieu et tous leurs suiveurs pouvaient lire et comprendre les billets de Gaby Nasr. Ils mourront de honte.

    Achkar Carlos

    00 h 57, le 12 juin 2020

Retour en haut