Rechercher
Rechercher

Politique - Crise

Schenker : Le gouvernement libanais va devoir prendre des décisions très compliquées

"Il revient au gouvernement libanais de décider à qui revient le poste de gouverneur de la banque centrale, le Liban est un Etat souverain", affirme le haut responsable US. 

Le secrétaire d'Etat adjoint pour le Proche-Orient, David Schenker. Capture d'écran d'une vidéo diffusée sur le site du département d'Etat US.

Le Liban va devoir "faire des choix difficiles qui prouvent son engagement à mener des réformes", a affirmé mercredi le secrétaire adjoint américain aux Affaires politiques du Proche-Orient, David Schenker, soulignant dans un entretien à la chaîne d'informations al-Hadath que la décision de démettre ou pas le gouverneur de la Banque centrale libanaise (BDL), Riad Salamé, revenait au gouvernement de Hassane Diab. Ces déclarations ont été faites alors que le pays traverse sa pire crise économique de ces 30 dernières années et que M. Salamé est accusé autant par la rue que par certaines formations politiques d'avoir couvert la corruption politique pendant des années. 

L'exécutif libanais doit "travailler rapidement et lancer les réformes", a souligné David Schenker, invitant le cabinet à approuver dès que possible le plan de relance actuellement à l'étude. "Il faut prendre des mesures afin de placer le Liban dans une position qui permette aux institutions internationales de l'aider et de recevoir des aides conditionnées", a-t-il déclaré. Pour recevoir ces aides, a précisé le responsable américain, qui n'a pas évoqué un éventuel soutien US, le Liban doit prouver "qu'il est prêt à faire des choix compliqués et à prendre des mesures qui prouvent qu'il s'engage à 100% à mener des réformes, a-t-il ajouté. Des choix difficiles, la réforme du secteur de l'électricité, des télécommunications et des douanes, commencer à collecter les taxes alors que beaucoup de Libanais sont sans travail... Ces décisions vont être très compliquées à prendre mais elles sont essentielles", a ajouté M. Schenker. 


Lire aussi

Le sauvetage du Liban passe par un nouveau contrat social


Le gouvernement devrait approuver le plan de relance appelé à faire face à la crise, alors que l'inflation galopante et la dépréciation de la livre libanaise ont provoqué un regain du mouvement de contestation. 

Concernant la relation entre les Etats-Unis et le gouverneur de la BDL, le diplomate a indiqué que "le Trésor américain a travaillé de manière sérieuse pendant des années" avec Riad Salamé, concernant notamment les sanctions imposées aux banques et institutions financière du pays liées au Hezbollah et à la fermeture de comptes. "Il revient au gouvernement libanais de décider à qui revient le poste de gouverneur de la banque centrale, le Liban est un Etat souverain", a-t-il déclaré.  


"Le droit de manifester"

Par ailleurs, un responsable du Département d'État a assuré mercredi, selon des propos rapportés sur le site al-Horra, que Washington soutenait le droit du peuple libanais de manifester pacifiquement, alors que ces derniers jours, les Libanais ont à nouveau investi les rues pour exprimer leur désespoir et leur colère face à la dégradation de la situation socioéconomique, l'inflation et la dévaluation galopante de la livre libanaise.

"Nous soutenons le droit du peuple libanais de manifester pacifiquement, et nous sympathisons avec ses demandes légitimes de réformes réelles et durables qui traitent les problèmes structurels et stimulent l'économie", a déclaré le responsable qui a souhaité conserver l'anonymat. "Ceux qui interrompent ces efforts avec violence et actions provocatrices sapent le discours civil", a-t-il ajouté. Et de noter que "les manifestations non confessionnelles et pacifiques des six derniers mois reflètent les demandes du peuple libanais pour la réforme, la transparence, la stabilité économique et la prospérité qu'il mérite". Il a ainsi indiqué que les manifestants devraient "s'abstenir de toute violence ou acte provocateur, tout en tenant compte de la distanciation sociale dans le contexte de la pandémie du coronavirus" et a ajouté que les États-Unis regrettaient les informations faisant état de pertes en vies humaines.

Le calme semblait revenu mercredi dans les rues du Liban, après une longue nuit de manifestations virant aux émeutes dans plusieurs grandes villes du pays, comme Tripoli et Saïda, et ayant fait, selon l'armée libanaise, 81 blessés dans ses rangs. Du côté des manifestants, Fawaz Fouad Samman, 26 ans a succombé mardi à des blessures par balles, infligées la veille, lors d'affrontements entre manifestants et forces de l'ordre. Les protestataires et les forces de l'ordre se sont affrontées dans ces villes alors que la rue se mobilise, malgré la pandémie de coronavirus.


Le Liban va devoir "faire des choix difficiles qui prouvent son engagement à mener des réformes", a affirmé mercredi le secrétaire adjoint américain aux Affaires politiques du Proche-Orient, David Schenker, soulignant dans un entretien à la chaîne d'informations al-Hadath que la décision de démettre ou pas le gouverneur de la Banque centrale libanaise (BDL), Riad Salamé, revenait au...

commentaires (6)

Le liban souverain ?? En voilà un scoop. Merci pour vos efforts, ainsi qu’à la terre entière, cependant: Au liban , les responsables sont les valets de pays divers. Ils sont IMMATURES, ils sont INCOMPÉTENTS, ils sont MALHONNÊTES Ils sont MERCANTILES, ils sont PROFITEURS à titre personnel... même pas pour leur pays. Voilà à qui vous avez à faire M.Shenker. Pas besoin d’argent.. le fric de l’état est deja dans leurs poches. C’est à eux de payer. Ni le liban.. ni vous,.ni CEDRE, ni les libanais. En vous disant SHOUKRAN SHENKER.?

radiosatellite.online

13 h 59, le 29 avril 2020

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Le liban souverain ?? En voilà un scoop. Merci pour vos efforts, ainsi qu’à la terre entière, cependant: Au liban , les responsables sont les valets de pays divers. Ils sont IMMATURES, ils sont INCOMPÉTENTS, ils sont MALHONNÊTES Ils sont MERCANTILES, ils sont PROFITEURS à titre personnel... même pas pour leur pays. Voilà à qui vous avez à faire M.Shenker. Pas besoin d’argent.. le fric de l’état est deja dans leurs poches. C’est à eux de payer. Ni le liban.. ni vous,.ni CEDRE, ni les libanais. En vous disant SHOUKRAN SHENKER.?

    radiosatellite.online

    13 h 59, le 29 avril 2020

  • QUE DES ENCOURAGEMENTS A H DIAB. MAGNIFIQUE. AGREE. ACQUIS. BRAVO.JE SUIS POUR ( MOI, IMAGINEZ ) RESTE A SAVOIR SI DIAB & CO ONT VRAIMENT LES MOYENS DE LEUR POLITIQUE. QUELLES EQUIPES INEXISTANTES A CE JOUR DEVRONT S'ACHARNER A UN TRAVAIL DE TITAN DES ANNEES DURANT POUR DEFRICHER LES MONTAGNES DE POURRITURES DIVERSES...... BREF, LE MIRACLE LIBANAIS PEUT ENCORE SE REPRODUIRE ! MALGRE LA CRASSE POLITIQUE -MALGRE KELLOUN YAANI KELLOUN !

    gaby sioufi

    13 h 52, le 29 avril 2020

  • Un échec & mat bien ficelé, le pion qui est en jeu est: le gouverneur de la BDL, 1. L’exécutif vire le gouverneur il vassalisera comme prévu l’économie-politique du Liban au profit de l’axe Irano-syrien, il s’en suivra des sanctions et une crise provocant une guerre civil avec un résultat. 2. L’exécutif & l’axe parrain n’ose pas le faire, mais sabotera toutes les reformes possibles au nom de l’injustice que provoquera la reforme. La crise devient intenable s’en suit une guerre civil avec un résultat. Le résultat probable : l’occupation du pays par un très puissant voisins en accord avec la plus grande puissance du monde annulant ainsi l’hégémonie de l’Iran sur la méditerranée, sans devoir le faire difficilement à 1200-km. Avec l’œil complice de la Russie qui garde sa part dans la région

    DAMMOUS Hanna

    12 h 59, le 29 avril 2020

  • Il y a 2 équations simples à appliquer si nous voulons survivre en tant qu’état et en tant que peuple, tout le reste est littérature et perte de temps. 1) Le seul moyen d’éviter le naufrage total voire la famine est de demander l’aide au FMI 2) Le seul moyen de débloquer ces fond FMI est de désarmer le Hezbollah et l’intégrer dans l’état libanais Ensuite l’édifice pourri s’effondrera de lui-même vu que tous les corrompus sont protégés par les armes de la milice (électricité, télécom, masse de fonctionnaires etc…) Il est temps que les vrais libanais toutes confessions confondues comprennent cela et prennent enfin leur courage à 2 mains et cette fois aillent jusqu’au bout on a en assez des compromis faciles et douteux. Le monde entier (à part l’Iran qui a d’autres chats à fouetter en ce moment et le dictateur voisin qui est lui-même devenu si faible qu’il ne compte plus) est avec nous et nous appuiera si nécessaire mais nul ne fera le travail à notre place.

    Liban Libre

    12 h 38, le 29 avril 2020

  • Bi amrak sidi.

    FRIK-A-FRAK

    12 h 00, le 29 avril 2020

  • la langue du bois vous etes souverain mais faite ce que je vous dit sinon ?

    youssef barada

    11 h 50, le 29 avril 2020

Retour en haut