Coronavirus

Le déconfinement par étapes commence aujourd’hui, avec plusieurs zones d’ombre

L’Aéroport international de Beyrouth devrait rouvrir à partir du 8 juin, avec la dernière phase du processus.

Les commerces alimentaires, dont les pâtisseries, pourront reprendre leurs activités de 5h à 21h à partir d’aujourd’hui. Ali Hashisho/Reuters

À partir d’aujourd’hui, les activités vont commencer à reprendre progressivement au Liban, après six semaines de confinement, alors que la pandémie de coronavirus semble contenue pour le moment. Le pays a enregistré dimanche trois nouveaux cas de contamination au Covid-19 seulement, selon le dernier bilan du ministère de la Santé. Si ces chiffres pourraient être revus à la hausse aujourd’hui, en raison du fait que la plupart des laboratoires sont fermés le dimanche, la tendance, ces derniers jours, est néanmoins considérée comme encourageante. Ce qui a poussé les autorités à mettre en place un plan de déconfinement progressif dont la première phase débutera aujourd’hui. La mobilisation générale a toutefois été prolongée jusqu’au 10 mai. Le déconfinement se fera par étapes, selon une circulaire du ministre de l’Intérieur Mohammad Fahmi : la deuxième phase sera lancée le 4 mai, la troisième le 11, la quatrième le 25 et la dernière le 8 juin. C’est à cette date que l’Aéroport international de Beyrouth devrait rouvrir, selon le directeur de l’Aviation civile Fadi el-Hassan, et que le secteur de l’enseignement, les centres de loisirs et les lieux de culte devraient reprendre leurs activités. Pour leur part, les personnes de plus de 65 ans sont obligées de rester confinées et ne pourront sortir qu’en cas d’extrême nécessité. Il n’est toutefois pas précisé comment l’application de cette mesure sera vérifiée.


Supermarchés, professions libérales et taxis...
Dans le détail, la circulaire du ministère de l’Intérieur prévoit l’ouverture sur des horaires plus longs, dès aujourd’hui, des supermarchés et épiceries, des fromageries, des marchands de quatre-saisons, des boucheries et des poissonneries, à savoir de 5h à 21h, le couvre-feu ayant été retardé d’une heure.

De leur côté, les professions libérales manuelles (charpentiers, plombiers, couturiers, électriciens, garagistes, vitriers, carreleurs, etc.) pourront reprendre le travail les lundis, mardis et mercredis, de 8h à 17h. Les commerces de détail comme les magasins de vêtements, de meubles, de jouets et les fleuristes pourront pour leur part rouvrir leurs portes les jeudis, vendredis et samedis, de 8h à 17h. Toutefois, les centres commerciaux de plus de 100 m² resteront fermés jusqu’à la quatrième phase du déconfinement.

Les pâtisseries, magasins d’épices et restaurants vendant des plats préparés et de restauration rapide pourront reprendre leurs activités chaque jour de 5h à 21h, mais ne pourront pas servir des consommateurs sur place.

Les restaurants doivent attendre la deuxième phase, le 4 mai, pour pouvoir accueillir des clients sur place. Dans un premier temps, au maximum un nombre de clients équivalant à 30 % de leur capacité totale.

Les librairies pourront ouvrir de 8h à 14h (elles étaient autorisées jusqu’à 11h), les cliniques et laboratoires médicaux de 7h à 17h.

Les agents de change, LibanPost, les blanchisseries et les animaleries devront respecter un horaire quotidien de 8h à 17h, en limitant le nombre de clients à l’intérieur des lieux.


(Lire aussi : Toujours aucun scénario pour les épreuves officielles du bac et du brevet)



Circulation alternée
Les mesures de circulation alternée restent par ailleurs en vigueur : les véhicules dont les plaques se terminent par un numéro impair pourront circuler les lundis, mercredis et vendredis, et ceux munis de plaques se terminant par un numéro pair les mardis, jeudis et samedis. Tous les véhicules seront toutefois de nouveau autorisés à circuler le dimanche.

Concernant les déplacements en taxi et dans les véhicules privés, seules trois personnes sont autorisées par voiture. Dans les bus et les vans, qui doivent avoir une capacité d’au moins 14 personnes, seuls 7 passagers sont autorisés.

Les hôtels pourront rouvrir, à condition de respecter les mesures sanitaires recommandées et d’assurer une désinfection régulière. Les entreprises de production de films pourront également travailler de 8h à 17h.

Les magasins de vente en gros de fruits et légumes et de volailles, viandes et poissons pourront, eux, ouvrir de 3h à 17h, en assurant un contrôle des entrées et sorties des clients via deux accès séparés. Les entrepôts de produits alimentaires seront de leur côté tenus d’ouvrir entre 5h et 17h.

Toutes les industries et les entrepôts de médicaments et de matériel médical pourront opérer 24h/24, sous certaines conditions, notamment le respect de la distanciation entre les employés et une désinfection régulière des lieux.

La circulaire ne donne cependant aucune précision sur les autres professions libérales, et L’Orient-Le Jour n’a pas pu obtenir d’informations à ce sujet auprès du ministère de l’Intérieur. Le détail de l’évolution des mesures au moment des prochaines phases du déconfinement n’est par ailleurs pas encore clair.



Décision finale le 10 mai
Au total, 24 décès et 707 cas ont été recensés depuis l’apparition de la pandémie dans le pays, le 21 février dernier. Actuellement, 538 personnes sont toujours positives au Covid-19, dont 44 qui sont dans un état critique. Enfin, un total de 145 personnes sont guéries du virus. Le ministre de la Santé, Hamad Hassan, a quand même appelé samedi à la vigilance, malgré les résultats encourageants du confinement. « Une décision finale sera prise concernant la mobilisation générale, une fois que les résultats des dépistages aléatoires à travers le territoire seront examinés le 10 mai », a-t-il déclaré.

La circulaire du ministère de l’Intérieur insiste pour sa part sur la nécessité pour les Libanais de porter des masques lors de leurs déplacements. Dans un communiqué publié hier, le ministre de l’Intérieur a indiqué que les personnes qui le souhaitent pourront désormais obtenir des masques sur les barrages érigés par les forces de sécurité.

À noter qu’une nouvelle vague de rapatriement sera entamée dès demain et permettra le retour de 4 330 Libanais en provenance de 34 pays, ce qui fait craindre une hausse des contaminations. Sur les 2 656 Libanais rapatriés jusqu’à présent, 37 ont été testés positifs au Covid-19.

De son côté, l’Association médicale libanaise et internationale a mis en garde contre une nouvelle vague de contaminations, lors d’une rencontre en ligne sur le coronavirus, avec la participation, entre autres, de son président, le Dr Walid Ahmar, des ministres de la Santé et des Affaires étrangères et du président de l’ordre des médecins à Beyrouth, le Dr Charaf Abou Charaf. Ce dernier a insisté sur le fait que le pays a besoin de matériel médical, dont des respirateurs et des masques, et a affirmé craindre l’apparition de cas de contamination parmi les réfugiés. Pour l’instant, cinq infections au Covid-19 ont été rapportées dernièrement dans le camp de réfugiés palestiniens d’al-Jalil à Baalbeck. Une délégation du Fateh s’est rendue hier dans ce camp et a passé en revue les mesures de prévention mises en place.


Lire aussi

Iman Shankiti, responsable de l'OMS, à « L'OLJ » : Le Liban n’a pas encore atteint le pic du Covid-19

Distanciation sociale, confinement... Quels impacts, aujourd’hui et demain, sur la sexualité ?

Quels seraient les enjeux d’un déconfinement progressif ?



À partir d’aujourd’hui, les activités vont commencer à reprendre progressivement au Liban, après six semaines de confinement, alors que la pandémie de coronavirus semble contenue pour le moment. Le pays a enregistré dimanche trois nouveaux cas de contamination au Covid-19 seulement, selon le dernier bilan du ministère de la Santé. Si ces chiffres pourraient être revus à la...

commentaires (3)

Je pense que le bon sens doit opérer dans cette crise où tout n'est pas élucidé. Inutile de mettre la pression sur les cerveaux pensants et les scientifiques. Ce dont on est certain, c'est que la protection individuelle par la distanciation sociale, le lavage fréquent des mains et le port du masque doit être une obligation de chacun. Et ça on le sait.

Citoyen

11 h 31, le 27 avril 2020

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Je pense que le bon sens doit opérer dans cette crise où tout n'est pas élucidé. Inutile de mettre la pression sur les cerveaux pensants et les scientifiques. Ce dont on est certain, c'est que la protection individuelle par la distanciation sociale, le lavage fréquent des mains et le port du masque doit être une obligation de chacun. Et ça on le sait.

    Citoyen

    11 h 31, le 27 avril 2020

  • Est ce que quelqu’un peut m’expliquer ce que veut dire « en cas d’extrême nécessité «  pour les plus de 65 ans. Encore des mots qui ne veulent rien dire de concret dignes des technocrates de génie que nous avons soit disant au pouvoir. Est ce que les courses alimentaires ou les achats de médicaments sont des cas de nécessité ou d’importante nécessité ou des cas d’extrême nécessité. Tout ce programme de deconfinement est une usine à gaz pondu par des cerveaux brillants que le simple citoyen n’arrive pas à comprendre. En effet, tout le monde n’est pas bac+15 comme nos technocrates et surtout leurs conseillers ...

    Liberté de Penser

    10 h 17, le 27 avril 2020

  • ENCORE FAUT-IL RESPECTER SCRUPULEUSEMENT LES CONSIGNES SANITAIRES POUR LE COVID19.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 44, le 27 avril 2020