Rechercher
Rechercher

Société - Coronavirus

Quels seraient les enjeux d’un déconfinement progressif ?

Toute reprise possible de l’activité économique devrait s’accompagner, selon les spécialistes, d’un respect de la distanciation sociale.

Un vendeur de masques de protection à Beyrouth. Reuters/Mohammad Azakir

Si le gouvernement de Hassane Diab semble se diriger vers une prolongation de deux semaines de la mobilisation générale (voir par ailleurs), l’option d’un futur déconfinement progressif a néanmoins été abordée hier, afin de contrer la crise économique qui fait rage dans le pays et de permettre aux commerçants et aux journaliers de pouvoir survivre. Décrétée le 15 mars initialement pour une durée de 15 jours, la mobilisation générale, qui prévoit la fermeture de tous les commerces non essentiels, de l’aéroport de Beyrouth et des établissements scolaires et universitaires, a déjà été prolongée à plusieurs reprises. Elle devrait en principe prendre fin le 26 avril prochain.

Dans cette optique, le gouvernement s’est réuni hier avec la Commission nationale pour les maladies infectieuses et contagieuses, afin d’étudier la possibilité de mettre en place au besoin un déconfinement progressif, mais aucune décision finale n’a été prise à ce sujet. Interrogé par L’Orient-Le Jour, Abdel Rahman Bizri, médecin spécialiste en maladies infectieuses et membre de la commission en question, a révélé que les médecins consultés ont demandé aux autorités « de patienter ». « Idéalement, il faudrait prolonger la mobilisation générale de deux semaines au moins. Mais le gouvernement fait face à une situation économique difficile. On pourrait se diriger, en raison de cette situation, vers une réouverture de certains petits commerces qui survivent au jour le jour, à condition de bien organiser le déconfinement », révèle le Dr Bizri, qui est également membre de la « Task Force Covid-19 », un rassemblement de spécialistes des maladies infectieuses issus des différents hôpitaux libanais travaillant en coordination avec l’ordre des médecins.

Par contre, le déconfinement progressif ne devrait pas s’appliquer aux écoles, aux fonctionnaires, ni aux restaurants et cafés, selon le médecin. Une liste de commerces supposément autorisés à ouvrir dès lundi a circulé hier sur les réseaux sociaux, avant que le ministère de l’Intérieur ne publie un démenti dans l’après-midi.

Plusieurs réserves

« Nous préférons que la mobilisation générale soit maintenue, mais la décision revient au gouvernement, souligne le Dr Bizri. Nous avons émis plusieurs réserves, notamment concernant une réouverture rapide de l’aéroport après le 26 avril. Il devrait également y avoir davantage de tests PCR au Liban. »

Le Dr Bizri insiste en outre sur le respect de la distanciation sociale durant le mois de ramadan (qui commence dans une dizaine de jours). « Nous recommandons aux autorités de travailler de pair avec les instances religieuses pour empêcher la tenue de fêtes et de grands rassemblements pendant le ramadan. Nous voulons que les gens puissent poursuivre leurs activités, mais nous voulons les aider à prendre les précautions nécessaires », indique-t-il.

Parmi les recommandations, en cas de futur déconfinement progressif pour certains métiers, la nécessité d’organiser l’accueil des clients. « Chez le coiffeur par exemple, il ne faudra pas avoir plus de deux clients à la fois. Le mieux est de travailler sur rendez-vous et de procéder à la désinfection après chaque client, sans oublier de porter des masques », conseille Dr Bizri. Il appelle par ailleurs les banques à protéger les employés et les clients et à privilégier les opérations informatisées, pour éviter de manipuler beaucoup de papier. Le médecin recommande enfin que les autorités imposent un nombre maximum de passagers dans les taxis.



Si le gouvernement de Hassane Diab semble se diriger vers une prolongation de deux semaines de la mobilisation générale (voir par ailleurs), l’option d’un futur déconfinement progressif a néanmoins été abordée hier, afin de contrer la crise économique qui fait rage dans le pays et de permettre aux commerçants et aux journaliers de pouvoir survivre. Décrétée le 15 mars...

commentaires (2)

Peut-être, on pourrait diminuer les restrictions. Une constatation préliminaire qui circule très récemment: le virus est vite détruit sous l'effet des rayons ultra-violets du soleil qui dénaturent son ARN, constatation du DHS (department of homeland security),mais en attente d' être publiée. Les pays ensoleillés bénéficieraient, d'ailleurs, ça explique pourquoi dans ces pays le virus n'a pas fait des ravages comme les pays du Nord, mais, cela dépendra probablement des saisons.

Esber

09 h 42, le 18 avril 2020

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Peut-être, on pourrait diminuer les restrictions. Une constatation préliminaire qui circule très récemment: le virus est vite détruit sous l'effet des rayons ultra-violets du soleil qui dénaturent son ARN, constatation du DHS (department of homeland security),mais en attente d' être publiée. Les pays ensoleillés bénéficieraient, d'ailleurs, ça explique pourquoi dans ces pays le virus n'a pas fait des ravages comme les pays du Nord, mais, cela dépendra probablement des saisons.

    Esber

    09 h 42, le 18 avril 2020

  • DECONFINEMENT AVEC MESURES SANITAIRES ET DISTANCIATION !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    13 h 34, le 17 avril 2020

Retour en haut