Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Prix du pain : le ministre de l'Economie sanctionne des boulangeries, le président de la fédération démissionne

"Les boulangeries doivent admettre que nous nous trouvons dans un Etat de droit où les cartels ne sont pas tolérés", dit Raoul Nehmé.

Le ministre libanais de l'Economie, Raoul Nehmé, effectuant une tournée dans des boulangeries à Zalka, le 21 avril 2020. Photo Twitter/@RaoulNehme

Le ministre libanais de l'Economie Raoul Nehmé, a sanctionné plusieurs boulangeries mardi matin à l'issue d'une tournée d'inspection, sur fond de tensions autour du prix du pain dans un cadre de crise économique et financière, ce qui a poussé le président de la fédération des syndicats des boulangeries du pays à démissionner en guise de protestation.

M. Nehmé a débuté sa tournée à Zalka, dans le Metn, au nord de Beyrouth. Sur Twitter, le ministre de l'Economie a annoncé, documents à l'appui, que "huit boulangeries ont passé un accord pour fixer le poids du paquet de pain à 900 grammes (au lieu de 1.000g, ndlr), alors que dans certaines régions, le paquet est vendu à 1.750 livres libanaises". Dénonçant un "cartel", Raoul Nehmé a dit : "Les boulangeries doivent admettre que nous nous trouvons dans un Etat de droit où les cartels ne sont pas tolérés. Nous ferons tout ce qui est nécessaire pour sanctionner les contrevenants", a prévenu M. Nehmé.  Selon l'Agence nationale d'information (Ani, officielle), les paquets de pain de 900g ont été confisqués dans les branches des boulangeries Wooden Bakery à Zalka, Moulin d'Or à Mansourié, Pain d'Or à Baabda, et Chamsine à Khaldé. Des contraventions ont également été dressées. 

Réagissant à ces mesures, le président de la fédération des syndicats des boulangeries, Ali Ibrahim, a présenté sa démission mardi. Il avait succédé en février dernier à son père, Kazem Ibrahim, qui avait lui aussi démissionné sur fond de crise autour du prix du pain. Selon un communiqué rapporté par l'Ani, Ali Ibrahim revient sur "la réalité amère que connaît notre secteur, depuis le début de la flambée du dollar américain, et l'insouciance des responsables qui n'ont pas cherché à trouver de solutions au secteur". "Nous avons été surpris aujourd'hui par une attaque virulente de la part du ministère de l'Economie contre les boulangeries à travers tout le territoire libanais, comme s'il s'agissait d'une grande mascarade, sans justice ni droit, et comme si toute la crise du pays se résumait à la crise du prix du paquet de pain, sans comparer cela aux prix des autres marchandises qui ont nettement augmenté", a-t-il déploré.  "À l'ombre de cette injustice, je présente ma démission de la fédération des syndicats des boulangeries du Liban et de celle des syndicats des boulangeries arabes, en espérant que les responsables mettront un terme à cette mascarade qui touche un secteur vital de l'économie (...)", a annoncé Ali Ibrahim. 


(Lire aussi : Prix du pain : ce qui coince entre la filière et le ministère de l’Économie)


La fédération des syndicats des boulangeries au Liban a surpris les Libanais en annonçant jeudi qu’elle allait désormais arrêter de distribuer du pain aux supermarchés et aux autres supérettes, au profit des boulangeries. Dimanche soir, elle s'est néanmoins rétractée. Cette décision qu’elle comptait mettre en œuvre a été justifiée en invoquant un désaccord avec le ministère de l’Economie et du Commerce concernant la fixation du prix du pain, dans un contexte de crise économique, financière et de liquidités, qui a fortement déprécié la valeur de la livre par rapport au dollar chez les changeurs (plus de 3.000 livres pour un dollar la semaine passée, du jamais vu depuis les années 1990), dopant au passage l’inflation. Selon le dispositif, c’est désormais une commission comprenant des représentants du ministère, des minotiers et des boulangers qui est chargée de trancher en prenant en compte les prix du blé, de la levure mais aussi des sacs, de la facture d’énergie, etc. Or le problème, selon une source au ministère qui s’est confiée à L’Orient-Le Jour, est que les membres de la commission chargée de fixer les prix ne sont pas parvenus à trouver un terrain d’entente concernant le prix de vente en gros (soit celui auquel les boulangeries cèdent leur marchandise aux autres revendeurs).

Lundi, des distributeurs de pain fabriqué par les boulangeries et destiné à être écoulé par les commerces ont manifesté à Qab Elias, dans la Békaa-Ouest, pour protester contre la hausse du prix du paquet de pain à 1.250 livres libanaises pour les distributeurs, diminuant ainsi leur marge.


Pour mémoire

Un nouveau mécanisme de fixation du prix du pain dans les tuyaux


Le ministre libanais de l'Economie Raoul Nehmé, a sanctionné plusieurs boulangeries mardi matin à l'issue d'une tournée d'inspection, sur fond de tensions autour du prix du pain dans un cadre de crise économique et financière, ce qui a poussé le président de la fédération des syndicats des boulangeries du pays à démissionner en guise de protestation.M. Nehmé a débuté sa tournée...

commentaires (1)

Wow! A Taiwan la présidente s'excuse car des marins de la marine militaire taïwanaise ont testé positif au covid et chez nous ... Personne ne s'excuse pour la famine qui s'abat doucement sur le peuple avec le prix du dollar complètement indomptable grâce aux plans farfelues de la clique au gouvernement... Yallah tous aux cours de chinois ...

Wlek Sanferlou

18 h 13, le 22 avril 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Wow! A Taiwan la présidente s'excuse car des marins de la marine militaire taïwanaise ont testé positif au covid et chez nous ... Personne ne s'excuse pour la famine qui s'abat doucement sur le peuple avec le prix du dollar complètement indomptable grâce aux plans farfelues de la clique au gouvernement... Yallah tous aux cours de chinois ...

    Wlek Sanferlou

    18 h 13, le 22 avril 2020

Retour en haut