Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

La livre libanaise a perdu la moitié de sa valeur au marché noir

A 3.000 L.L. pour un dollar, ce taux est le double du taux officiel fixé à 1.507 L.L. pour le billet vert.

Le dollar se vendait mardi à plus de 3.000 L.L. sur le marché noir de change, franchissant une barre symbolique puisqu'il s'agit du double du taux officiel de change autour de 1.500 L.L., alors que le Liban traverse une crise économique et financière sans précédent depuis 30 ans, aggravée par la crise du coronavirus (Covid-19).

Selon le site lebaneselira.org qui compile les données et dessine l'évolution du taux de change depuis novembre dernier sur les marchés officiel, parallèle et noir, les bureaux de change achètent un dollar à 2.925 L.L. et le vendent à 3.000 L.L. Pour mémoire, c'est le prix qu'avait atteint la livre au sortir de la guerre civile, dans les années 1990, avant que la Banque du Liban ne stabilise son taux en 1997.

La crise de liquidités en dollar que traverse le pays, renforcée par les restrictions mises en place par les banques, a contribué à doper le taux livre/dollar sur le marché secondaire depuis fin août 2019.

Le 3 avril, la Banque du Liban a publié deux circulaires pour tenter de préparer le terrain à une officialisation d’un nouveau régime de change. La circulaire n°148, qui doit s’appliquer de manière temporaire et qui s’adresse aux petits déposants, seront autorisés à retirer tout ou partie de leurs fonds à certaines conditions à un taux fixé par une « unité » dont la composition et les prérogatives sont fixées par la circulaire n°149. Selon cette dernière, l’unité en question  doit être composée de représentants de la BDL et des changeurs de catégorie A – ceux qui peuvent importer et exporter des devises.

En attendant qu’elle soit formée, la BDL a unilatéralement fixé à 2.600 livres le taux de change applicable pour les conversions des fonds des « petits » déposants prévus dans le cadre de la circulaire n°148. Selon une source bancaire, ce taux sera appliqué jusqu’à la fin de la semaine avant d’être mis à jour.

Le pays surendetté a annoncé en mars son premier défaut de paiement dans l'histoire, au terme de plusieurs mois d'une baisse des réserves en devises étrangères et d'une dépréciation de la monnaie nationale sur le marché parallèle. Le Liban croule sous une dette publique de 92 milliards de dollars, soit 170% du PIB, l'un des ratios les plus élevés mondialement, tandis que 45 % la population vivrait sous le seuil de la pauvreté, selon le ministère des Finances.


Pour mémoire

Circulaires organisant les retraits des « petits » dépôts : les préparatifs des banques avancent

« Petits » dépôts : le dispositif de retrait au taux du marché pas encore appliqué



Le dollar se vendait mardi à plus de 3.000 L.L. sur le marché noir de change, franchissant une barre symbolique puisqu'il s'agit du double du taux officiel de change autour de 1.500 L.L., alors que le Liban traverse une crise économique et financière sans précédent depuis 30 ans, aggravée par la crise du coronavirus (Covid-19). Selon le site lebaneselira.org qui compile les...

commentaires (5)

Sur les conseils de mon avocat j'ai ouvert un compte en dollars à la Fransabank et du jour au lendemain mon compte a été bloqué, c'est à dire que de déposante je suis devenue otage. J'ai 77 ans de santé précaire opérée 2 fois du poumon en 2018, seule, sans ressource. Je survie en faisant très attention à tout car, ici, je n'ai pas grand chose en banque. Je voudrais rapatrier cet argent que je n'ai pas volé. De la façon la plus illégale on me l'interdit. Voilà je tenais à ce que cela se sache même si nous sommes nombreux dans ce cas. J'espère que tout rentrera dans l'ordre très vite car je ne sais pas comment je vais vivre à mon âge et avec cette maladie.

REZK Sonia

15 h 18, le 15 avril 2020

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Sur les conseils de mon avocat j'ai ouvert un compte en dollars à la Fransabank et du jour au lendemain mon compte a été bloqué, c'est à dire que de déposante je suis devenue otage. J'ai 77 ans de santé précaire opérée 2 fois du poumon en 2018, seule, sans ressource. Je survie en faisant très attention à tout car, ici, je n'ai pas grand chose en banque. Je voudrais rapatrier cet argent que je n'ai pas volé. De la façon la plus illégale on me l'interdit. Voilà je tenais à ce que cela se sache même si nous sommes nombreux dans ce cas. J'espère que tout rentrera dans l'ordre très vite car je ne sais pas comment je vais vivre à mon âge et avec cette maladie.

    REZK Sonia

    15 h 18, le 15 avril 2020

  • La livre libanaise se vendait ce mardi à plus de 3.500 L.L. pour un dollar comme précision . Une vraie descente dans l' enfer .

    Antoine Sabbagha

    19 h 25, le 14 avril 2020

  • QU,EN EST-IL DES PREDATEURS BANQUIERS QUI ONT VERSE PAR LE FAIT ACCOMPLI LA MOITIE DES INTERETS DES COMPTES DOLLARDS DES DEPOSANTS EN L.L. AU TAUX DE 1507 POUR UN DOLLAR CAD ILS ONT VOLE LEURS CLIENTS ILLEGALEMENT... QUI LES JUGERA ? ET LA REDUCTION DES INTERETS DE MOITIE CONTRAIREMENT AUX CONTRATS SIGNES ? OU EST LA JUSTICE ET OU EST L,ETAT SUPPOSE JUSTE ET FORT ? IL N,Y A QUE DES CAVERNES ET LEURS VOLEURS !

    CENSURE CRIMINELLE. NI ABONNEMENT NI SOUTIEN.

    19 h 01, le 14 avril 2020

  • pour un bon patriote que je suis j ai voulu( vivant à l étranger) déposer mon argent à la banque au Liban en livres libanaises , pas de chance j ai perdu la moitié des mes économies pour l instant ( 15 millions de livres) que dieux punisse les voleurs.

    youssef barada

    16 h 08, le 14 avril 2020

  • 3.000 avec Aoun en 1990...auj,3.000 avec Aoun aussi,...

    Marie Claude

    15 h 39, le 14 avril 2020

Retour en haut