Pandémie

Coronavirus : des millions de personnes menacées d'insécurité alimentaire au Liban, prévient HRW

 "Très peu de familles peuvent se permettre de continuer à vivre comme avant la crise sans aucune aide financière du gouvernement", prévient Aya Majzoub, chercheuse au sein de l'ONG.

Un client équipé d'un masque et de gants de protection fait ses courses dans un supermarché à Zalka, au nord de Beyrouth, le 7 avril 2020. Photo REUTERS/Mohamed Azakir

Des millions de personnes sont menacées d'insécurité alimentaire au Liban, pays touché par une grave crise économique exacerbée par le nouveau coronavirus, a alerté mercredi Human Rights Watch (HRW), appelant les autorités à établir un plan d'assistance urgent.

Le Liban, qui compte officiellement jusqu'ici 575 cas dont 19 décès, a décrété mi-mars un état d'urgence sanitaire et un confinement général pour lutter contre la pandémie de Covid-19.

"Le confinement pour ralentir la propagation de (la maladie) Covid-19 a aggravé la pauvreté et les difficultés économiques qui sévissaient au Liban avant l'arrivée du virus", a déclaré Lena Simet, chercheuse à HRW, dans un communiqué de l'ONG. "Des millions de personnes résidant au Liban risquent d'avoir faim", a averti le communiqué, dans un pays où 45% de la population vit sous le seuil de la pauvreté, selon les autorités. "Beaucoup de gens ont perdu leurs revenus et si le gouvernement n'intervient pas, plus de la moitié de la population pourrait ne plus pouvoir se procurer de la nourriture ou des produits de première nécessité", a poursuivi Mme Simet.



(Lire aussi : Éclipse d’étoile, l'édito de Issa GORAIEB)

Selon Aya Majzoub, chercheuse sur le Liban à HRW, de nombreuses personnes ayant perdu leurs sources de revenus en raison de la crise ne disposent pas d'épargne. "Très peu de familles peuvent se permettre de continuer à vivre comme avant la crise du coronavirus sans aucune aide financière du gouvernement", a-t-elle affirmé.

Fin mars, le gouvernement a lancé un programme d'aides aux familles les plus pauvres qui recevront chacune, à partir de demain, 400.000 livres libanaises - l'équivalent de 140 euros au taux du marché actuel. En tout, le nombre de familles qui seront assistées sera de moins que 200 000 dans tout le Liban, loin du chiffre estimé par l’organisation internationale. Et dans son rapport, HRW fait mention de retard dans ce programme et du fait que les promesses du gouvernementales  "restent floues", soulignant l’action des ONG de la société civile dans des villes telles que Beyrouth, Saïda, Tripoli et autres. Et les ONG ont prévenu HRW qu’elles ne pouvaient plus combler les besoins de toutes les familles ayant besoin d’assistance actuellement.

Selon HRW, le gouvernement devrait envisager de suspendre le paiement des loyers et des prêts immobiliers durant la période de confinement. Avec une population de 4,5 millions d'habitants, le Liban dit accueillir 1,5 million de réfugiés syriens ayant fui le conflit voisin, qui sont également impactés par le confinement, selon Mme Majzoub. "Beaucoup d'entre eux étaient des travailleurs saisonniers -ils travaillaient dans l'agriculture (...) dans le secteur des services-, et ils ne sont plus en mesure de le faire", a-t-elle affirmé.

Lundi, le chef de l'Etat Michel Aoun avait appelé la communauté internationale à apporter un soutien financier à son pays. Le Liban a annoncé en mars son premier défaut de paiement dans l'histoire et croule sous une dette de 92 milliards de dollars, soit 170% du PIB, l'un des ratios les plus élevés au monde.


Lire aussi

Le processus d’aide aux plus démunis sera lancé aujourd’hui avec l’aide de l’armée

Le secteur privé propose un plan de sauvetage chiffré à 6,4 milliards de dollars

« Les mesures, au Liban, sont dignes d’un pays occidental »

« Le Covid-19 est effrayant parce que imprévisible » : Intissar Sleiman, médecin libanaise au cœur de l’enfer lombard


Des millions de personnes sont menacées d'insécurité alimentaire au Liban, pays touché par une grave crise économique exacerbée par le nouveau coronavirus, a alerté mercredi Human Rights Watch (HRW), appelant les autorités à établir un plan d'assistance urgent.

Le Liban,

commentaires (3)

PREMIERE CAUSE, LES PREDATEURS BANQUIERS QUI ONT DEVALISE LES ECONOMIES D,UNE VIE DES DEPOSANTS ET LES ONT POUSSE A LA PAUVRETE ET A LA FAIM AVEC LA BENEDICTION DE LA BDL ET DE L,ETAT LIBANAIS. JE REPETE - IL Y A PLUS DE 40 BILLIONNAIRES ET DEUX A TROIS FOIS PLUS DE MULTIMILLIONNAIRES EN DOLLARS AU LIBAN. SI L,ETAT FAIT PAYER AUX PREMIERS 1 MILLIARD A CHACUN ET 5 MILLIONS AUX SECONDS LA CRISE FINANCIERE SERAIT RESOLUE ET CES GENS RESTERAIENT ENCORE DES MILLIARDAIRES ET DES MULTIMILLIONNAIRES... AU LIEU DE S,ATTAQUER AUX ECONOMIES DES DEPOSANTS. QUE LE PEUPLE S,UNISSE EN UN CRI POUR L,IMPOSER !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

19 h 21, le 08 avril 2020

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • PREMIERE CAUSE, LES PREDATEURS BANQUIERS QUI ONT DEVALISE LES ECONOMIES D,UNE VIE DES DEPOSANTS ET LES ONT POUSSE A LA PAUVRETE ET A LA FAIM AVEC LA BENEDICTION DE LA BDL ET DE L,ETAT LIBANAIS. JE REPETE - IL Y A PLUS DE 40 BILLIONNAIRES ET DEUX A TROIS FOIS PLUS DE MULTIMILLIONNAIRES EN DOLLARS AU LIBAN. SI L,ETAT FAIT PAYER AUX PREMIERS 1 MILLIARD A CHACUN ET 5 MILLIONS AUX SECONDS LA CRISE FINANCIERE SERAIT RESOLUE ET CES GENS RESTERAIENT ENCORE DES MILLIARDAIRES ET DES MULTIMILLIONNAIRES... AU LIEU DE S,ATTAQUER AUX ECONOMIES DES DEPOSANTS. QUE LE PEUPLE S,UNISSE EN UN CRI POUR L,IMPOSER !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    19 h 21, le 08 avril 2020

  • Laisser les expatriés là où ils sont, il est moins dangereux pour eux. Renvoyer les déplacés syriens à leur expéditeur comme les lois internationales le permettent. Si les Chinois déferlent au Liban où résident-ils ?

    Honneur et Patrie

    18 h 57, le 08 avril 2020

  • on ne sait faire que ca appeler la communauté internationale à l aide mais que ce qu il fait le gouvernement aller chercher l argent ou il est chez ceux qui ont ruiner le Liban depuis 30 ans

    youssef barada

    18 h 29, le 08 avril 2020