Etats-Unis

Coronavirus : Pompeo laisse entendre que Washington pourrait alléger les sanctions contre l'Iran

A plusieurs reprises, Mike Pompeo a assuré que l'aide humanitaire et les biens de première nécessité échappent aux sanctions.

Mike Pompeo à Washington, le 31 mars 2020. Andrew Harnik/ Pool via REUTERS

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a laissé entendre mardi que les États-Unis pourraient envisager d'alléger les sanctions contre certains pays, dont l'Iran, pour faciliter la lutte contre l'épidémie de nouveau coronavirus, a rapporté Reuters. Il n'a toutefois pas détaillé ce que son pays prévoyait de faire.

Interrogé lors d'une conférence de presse sur la possibilité que les États-Unis puissent réévaluer leur position concernant les sanctions, M. Pompeo a répondu : "Nous évaluons constamment toutes nos politiques, alors la réponse est : bien sûr, nous essayons constamment de nous assurer que nos politiques sont correctes. L’aide humanitaire, les appareils médicaux, les équipements, les produits pharmaceutiques, les choses dont les gens ont besoin en ces temps difficiles, ne sont sanctionnés nulle part et à aucun moment à ce que je sache". 

Les propos de M. Pompeo révèlent un changement de ton du Département d'État américain. 

Il y a une dizaine de jours encore, Washington avait ajouté à sa longue liste noire cinq entreprises des Émirats arabes unis -un pays allié- accusées de contourner l'embargo américain contre le pétrole iranien, ou encore plusieurs intérêts économiques iraniens en Irak.

L'Iran est durement frappé par le coronavirus, qui y a fait officiellement 2 898 morts. C'est aussi l’État le plus durement touché par les sanctions américaines, qui l'ont déjà plongé dans une grave crise économique avec leur extraterritorialité dévastatrice: tout pays ou entreprise qui échange avec Téhéran s'expose immédiatement aux foudres de Washington, avec un effet dissuasif certain.

Tandis que le ministre iranien des Affaires étrangères avait accusé les États-Unis sur Twitter de se livrer à une "terreur médicale", la porte-parole de M. Pompeo, Morgan Ortagus, lui a répondu, lundi, sur Twitter : "Arrêtez de mentir. ... Ce ne sont pas les sanctions. C’est le régime". 

A plusieurs reprises, Mike Pompeo a assuré que l'aide humanitaire et les biens de première nécessité échappent aux sanctions. Mais ce plaidoyer peine à convaincre. "Les dérogations humanitaires s'étaient déjà avérées insuffisantes en temps normal", estime Ali Vaez, de l'organisation de prévention des conflits International Crisis Group. Selon lui, "les sanctions ont affaibli la capacité de l'Iran à endiguer la pandémie, et cela ne va pas coûter des vies seulement aux Iraniens, mais aussi à d'autres dans la région et au-delà". "Cette pandémie est extraterritoriale, tout comme les sanctions américaines", constate-t-il.


Lire aussi

L’heure de tendre la main à l’Iran

Coronavirus: l'Iran n'envisage pas une aide des "charlatans" de Washington




Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a laissé entendre mardi que les États-Unis pourraient envisager d'alléger les sanctions contre certains pays, dont l'Iran, pour faciliter la lutte contre l'épidémie de nouveau coronavirus, a rapporté Reuters. Il n'a toutefois pas détaillé ce que son pays prévoyait de faire.

Interrogé lors d'une conférence de presse sur la...

commentaires (3)

"Pompeo laisse entendre que Washington pourrait alléger les sanctions contre l'Iran". Ah Nooon! Une autre apparition télévisée de l'oracle éternel s'annonce donc avec doigt levé et tout et tout... Chouchou, chouchou, where are thou?!!

Wlek Sanferlou

15 h 01, le 01 avril 2020

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • "Pompeo laisse entendre que Washington pourrait alléger les sanctions contre l'Iran". Ah Nooon! Une autre apparition télévisée de l'oracle éternel s'annonce donc avec doigt levé et tout et tout... Chouchou, chouchou, where are thou?!!

    Wlek Sanferlou

    15 h 01, le 01 avril 2020

  • EN CE QUI CONCERNE MEDICAMENTS ET DENREES.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 38, le 01 avril 2020

  • Le monde entier est sous la Merci des grandes puissances . Un geste par ci , un geste par la ne les rendrait pas moins puissantes ou moins dominantes et Non plus plus democrates .

    Lecteurs OLJ

    07 h 11, le 01 avril 2020