Rechercher
Rechercher

Liban

Crise économique : le plan de réformes est une priorité, estime le n°2 du Hezbollah

Le secrétaire général adjoint du Hezbollah, Naïm Kassem. Photo Ani

Le secrétaire général adjoint du Hezbollah, Naïm Kassem, a estimé mardi que la réussite du plan de réformes économiques était une priorité, défendant la gestion par le gouvernement de Hassane Diab de l'épidémie du Covid-19.

"Le cabinet, qui est né dans un contexte difficile avant d'obtenir la confiance du Parlement pour sauver le pays, a réussi à affronter le coronavirus grâce à des mesures progressives, sages et courageuses, oeuvre à faciliter le rapatriement sûr des Libanais qui le souhaitent et a lancé un plan d'aides sociales pour atténuer la double crise entre le virus et la situation économique", écrit le numéro deux du parti chiite dans un communiqué publié dans la journée, ajoutant que "le bon début du gouvernement dérange ceux qui souhaitent sa chute".

"Néanmoins, la réussite du plan de réformes financières et économiques est une priorité (..) Le gouvernement a plusieurs idées sur la table. Nous estimons qu'il est temps qu'il tranche et adopte un plan global (...) qui trace la voie vers le sauvetage du pays", a-t-il ajouté.

Le Liban est plongé depuis des mois dans une crise économique et financière, fruit de décennies de gestion hasardeuse, de tensions politiques et de chocs régionaux qui ont fragilisé tous les fondements de son modèle économique. Pour lutter contre la propagation du virus, le Liban a imposé des mesures de confinement à toute la population jusqu'au 12 avril, pour le moment du moins, et un couvre-feu quotidien qui s'étend de 19h à 5h.

Dans ce cadre, le gouvernement a lancé, la semaine dernière, un plan "d’aide sociale durable" de 12 milliards de livres (environ 6 millions de dollars, au taux de 2.000L.L./dollar), pour venir en aide aux catégories sociales les plus lésées par les mesures de confinement.



Le secrétaire général adjoint du Hezbollah, Naïm Kassem, a estimé mardi que la réussite du plan de réformes économiques était une priorité, défendant la gestion par le gouvernement de Hassane Diab de l'épidémie du Covid-19.

"Le cabinet, qui est né dans un contexte difficile avant d'obtenir la confiance du Parlement pour sauver le pays, a réussi à affronter le coronavirus...