X

À La Une

Coronavirus au Liban : vers une prolongation de deux semaines de la mobilisation générale

crise

Pour ce qui est de l’aéroport, il devrait rester fermé mais des vols seraient autorisés à titre exceptionnel, pour rapatrier les Libanais bloqués à l’étranger.

OLJ
25/03/2020

Le gouvernement de Hassane Diab, qui doit tenir jeudi une réunion, devrait renouveler pour deux semaines la mobilisation générale au Liban pour la lutte contre le coronavirus, incluant la fermeture de l’aéroport, mais aussi les renforcer, rapporte notre correspondante Hoda Chedid.

Le Conseil des ministres tiendra jeudi à 11 heures une réunion au palais présidentiel à Baabda pour débattre, selon son ordre du jour, d’une « éventuelle prolongation de l’état de mobilisation générale pour faire face à la propagation du coronavirus ». Il doit également fixer le tarif des tests et de du traitement du coranavirus, évoquer la situation économique sociale, financière et monétaire dans le pays, ainsi que les différentes nominations.

Le gouvernement devrait prolonger pour deux nouvelles semaines –soit jusqu’au 12 avril- l’état de mobilisation générale décrété le 15 mars et renforcer les restrictions sur les transports au cours de cette période. Le Conseil des ministres débattra de l’opportunité de limiter les déplacements des citoyens pendant des heures fixes, une option qui n’est pas encore retenue. Pour ce qui est de l’aéroport, il devrait rester fermé mais des vols seraient autorisés à titre exceptionnel, pour rapatrier les Libanais bloqués à l’étranger. Cette question a été soulevée mercredi par le président du Parlement Nabih Berry lors de son entretien avec le Premier ministre. M. Berry a souligné que le gouvernement doit déployer tous les efforts possibles afin que les expatriés libanais puissent retourner dans leur pays le plus vite possible.

Une réunion du Conseil supérieur de la défense doit auparavant avoir lieu à 10h à Baabda pour discuter des mesures générales de mobilisation et de couvre-feu et soumettre les recommandations appropriées au Conseil des ministres.

Le dimanche 15 mars, le Conseil des ministres avait proclamé à l’issue d’une réunion extraordinaire l’état « d’urgence sanitaire » au Liban et décrété la « mobilisation générale », précisant des mesures de confinement et notamment la fermeture de l’aéroport et des frontières pour une période de deux semaines, jusqu’au 29 mars. Une semaine plus tard, le 21 mars, le Premier ministre avait appelé les Libanais à un couvre-feu « auto-proclamé » et demandé aux institutions militaires et sécuritaires de mettre en place un plan pour contraindre les gens à rester chez eux, afin de limiter la propagation du nouveau coronavirus, estimant que les mesures de confinement imposées par les autorités n’étaient pas fermement respectées par la population.

Le Liban a enregistré mercredi 29 nouveaux cas de contamination au coronavirus et un nouveau décès, le bilan total s'établissant désormais à 333 cas dont six décès, selon le ministère de la Santé.


Lire aussi
Pourquoi le gouvernement Diab exclut toujours l’état d’urgence

Diab pour un renforcement des contrôles dans les régions ne respectant pas le confinement


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Tony BASSILA

Le Liban paie le prix fort des hésitations et du manque de leadership politique. Les frontières aériennes et terrestres auraient dû être scellées dès le début de l'épidémie lorsque l'Iran a déclaré une urgence médicale massive il y a plus de 3 semaines.

Antoine Sabbagha

Difficile à supporter la prolongation de deux semaines de la mobilisation générale mais on n 'a pas le choix .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA PREMIERE MOBILISATION N,A PAS ETE SUIVIE. ESPERONS LE CONTRAIRE POUR LA SECONDE. SEULES LES BANQUIERS ONT MIS A LEUR PROFIT LA PREMIERE MOBILISATION. ILS ONT MEME ABOLI LE DROIT A RETIRER LES MINCES SOMMES ADMISES PAR LES GENS DURANT LES JOURS DE CONFINEMENT.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants