Rechercher
Rechercher

Politique - Coronavirus

Coronavirus : Hassan évoque un « niveau de danger plus élevé » et annonce des mesures plus strictes

Le ministre de la Santé souhaite que les régions de Jbeil et du Kesrouan, « qui ont perdu le contrôle de la situation », soient isolées, alors que le bilan grimpait à 149 cas avérés.

Le président et les membres du gouvernement avaient tous des masques et des gants jetables durant la réunion. Photo Dalati et Nohra

Le ministre de la Santé, Hamad Hassan, a déclaré hier que le « niveau de danger augmente » au Liban face à la propagation du nouveau coronavirus, en raison notamment d’une augmentation des cas de contamination de source inconnue. Le bilan de personnes atteintes a grimpé à 149 cas de contamination, alors qu’il était de 133 la veille.

M. Hassan a donné ces détails durant la réunion du gouvernement qui s’est tenue à Baabda sous la présidence du chef de l’État Michel Aoun, et dont une bonne partie a été consacrée à l’épidémie et aux démarches prises pour l’endiguer. Le ministre de la Santé a mis en garde contre un relâchement des mesures de confinement, constaté hier sur base d’une évaluation de la circulation sur les routes, selon lui. Il a fait état de six nouveaux cas de source inconnue, soulignant la gravité d’une telle contamination qui menace d’une exacerbation de l’épidémie si le confinement imposé aux Libanais n’est pas respecté. Le ministre a affirmé qu’il est toujours favorable à l’isolement des régions de Jbeil et du Kesrouan, ce que le gouvernement a de nouveau rejeté. M. Hassan avait déjà fait cette proposition mardi, sans qu’elle ne soit retenue. Mais la nouvelle, ébruitée hier par les médias, a provoqué un émoi auprès de la population et fait monter au créneau les députés des deux cazas. « Nous aurions préféré voir de la part du gouvernement et, plus particulièrement du ministre de la Santé, des mesures concrètes plutôt que de la provocation verbale », ont déclaré les députés des cazas de Jbeil et du Kesrouan dans un communiqué commun, exhortant notamment les autorités à permettre à l’hôpital de Bouar (Kesrouan) de pouvoir accueillir des personnes contaminées. « Malheureusement, il s’agit d’une pandémie mondiale qui touche tout le Liban et ne concerne pas que les régions de Jbeil et du Kesrouan. »

Interrogée à ce sujet par la presse au terme de la réunion de Baabda, la ministre de l’Information Manal Abdel Samad s’est contentée d’affirmer qu’il a été décidé de faire preuve de plus de fermeté dans le respect des consignes de confinement.


(Lire aussi : Ça baigne..., le billet de Gaby NASR)


M. Hassan a donné l’impression d’être en faveur de mesures plus drastiques lorsqu’il s’est adressé aux journalistes à sa sortie de Baabda, la moitié du visage caché sous un masque chirurgical. « Le niveau de danger augmente », a-t-il expliqué, en soulignant que le président et les ministres portaient tous des masques durant la réunion. Il a ajouté que « l’optimisme est en baisse », à cause de la détection de 6 cas de contagion « dont la source n’est pas connue ». « Cette propagation au sein d’un même groupe de population ne concerne pas spécifiquement les nouveaux cas détectés aujourd’hui », a-t-il précisé. Il a dans ce cadre annoncé avoir demandé que certaines régions du pays, notamment Jbeil et le Kesrouan, soient isolées, ce qui a été refusé par le gouvernement. « Ces régions ont perdu le contrôle » de la situation, a-t-il déclaré. Et d’annoncer que les forces de sécurité allaient être chargées de faire en sorte que les gens ne sortent pas de chez eux sans raison. C’est ce que son bureau de presse devait reprendre dans l’après-midi, en démentant dans un communiqué une décision d’isoler ces deux régions.

Le ministre de la Santé a encore déploré que certaines personnes continuent à « ignorer les mesures de prévention prises par l’exécutif et circulent à nouveau ».


(Lire aussi : Coronapolitik, le commentaire de Anthony SAMRANI)



Les capacités des hôpitaux

La capacité des hôpitaux à accueillir des malades atteints de coronavirus a été évaluée durant la réunion. Le Dr Racha Hamra, membre de l’équipe de travail du ministère de la Santé, a ainsi fait état de 11 hôpitaux gouvernementaux prêts à accueillir de nouveaux cas de contamination au cas où l’hôpital Rafic Hariri serait saturé. Le schéma est le suivant : l’hôpital de Tripoli dispose de 16 lits et de 7 respirateurs, celui de Zahlé de 19 lits et de 3 respirateurs, celui de Nabatiyé de 22 lits et de 5 respirateurs, celui de Hermel de 20 lits et de 3 respirateurs, celui de Baalbeck de 22 lits et de 6 respirateurs, celui de Saïda de 8 lits et de 7 respirateurs, celui du Mont-Liban de 25 lits et de 6 respirateurs, celui de Machghara de 40 lits et de 4 respirateurs.

Selon ses explications, il a été demandé à 53 hôpitaux privés du Liban de se tenir prêts pour accueillir des malades, sauf que certains n’ont toujours pas donné de détails sur leur disponibilité, alors que d’autres font état d’une lenteur à ce niveau.

À l’ouverture de la réunion, le Premier ministre Hassane Diab avait affirmé que son cabinet « assume ses responsabilités alors que le Liban traverse la période la plus difficile de son histoire », selon des propos rapportés par la ministre de l’Information. Il a souligné que cela requiert de l’exécutif « le plus haut niveau de mobilisation ».

Afin de faire face à cette crise sanitaire, qui vient s’ajouter à une crise économique et financière aiguë, les ministres ont décidé de consacrer 100 millions de livres libanaises de leurs propres salaires au fonds mis en place pour la lutte contre le virus. Ces sommes, comme toutes les aides et dons reçus à cet effet, seront versées sur un compte en banque spécial, ouvert auprès de la Banque du Liban (BDL), et seront réparties par le Haut-Comité des secours et les municipalités à toutes les personnes dont l’activité professionnelle a dû être mise en suspens en raison de la crise, a annoncé la ministre Abdel Samad.

Dans son rapport quotidien, le ministère de la Santé avait annoncé que seize nouveaux cas avaient été détectés au Liban au cours des dernières 24 heures, ce qui constitue le plus haut niveau de contagion détecté depuis l’arrivée dans le pays du premier cas de coronavirus, le 20 février. Cela porte le bilan total de l’épidémie à 149 cas avérés au Liban, dont quatre sont décédés. À Halba, dans le Akkar, un Syrien qui s’était présenté aux urgences de l’hôpital gouvernemental où on lui avait demandé d’effectuer le test de dépistage du coronavirus s’est échappé, au moment où les urgentistes appelaient la Croix-Rouge libanaise pour le transporter à l’hôpital Rafic Hariri. Alertées, les FSI auraient réussi en soirée à le localiser et devaient assurer son transport à Beyrouth avec la CRL.

Par ailleurs, l’hôpital Rafic Hariri, qui avait fait état mercredi de la mort d’une femme âgée d’une cinquantaine d’années dans le département dédié à l’épidémie, a annoncé que cette patiente n’est pas décédée du coronavirus, son test ayant été négatif.

Lors d’une réunion avec le syndicat des propriétaires de laboratoires médicaux plus tôt dans la journée, Hamad Hassan avait par ailleurs appelé ces établissements à « déclarer tous les cas positifs de coronavirus détectés, afin de pouvoir surveiller au mieux l’évolution de l’épidémie », menaçant de retirer leurs licences aux laboratoires dérogeant à cette règle.



Lire aussi

Coronavirus : Hassan évoque un « niveau de danger plus élevé » et annonce des mesures plus strictes

Fermeture des frontières face au coronavirus : qu’en est-il des voies d’accès illégales ?

Policiers et militaires nullement confinés, mais tous mobilisés contre le coronavirus

Un jeune interpellé à Aïn Mreïssé pour délit de promenade

Guerre au coronavirus dans le camp de Aïn el-Héloué

À Idleb, le calvaire dès la maternité

Le ministre de la Santé, Hamad Hassan, a déclaré hier que le « niveau de danger augmente » au Liban face à la propagation du nouveau coronavirus, en raison notamment d’une augmentation des cas de contamination de source inconnue. Le bilan de personnes atteintes a grimpé à 149 cas de contamination, alors qu’il était de 133 la veille. M. Hassan a donné ces détails durant la...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut