Rechercher
Rechercher

Liban

Fakhoury en route vers les USA, Trump remercie le gouvernement libanais

Le Hezbollah réclame que les juges, qui ont pris la décision de libérer l'ancien tortionnaire de Khiam sous la pression, "rendent des comptes et soient jugés".

Des membres du mouvement Amal manifestant devant l'ancienne prison de Khiam, au Liban-Sud, accusant Amer Fakhoury d'être un traître, le 15 septembre 2019. Photo AFP / JOSEPH EID

Le président américain Donald Trump a exprimé jeudi sa reconnaissance envers le gouvernement libanais, après la libération lundi de l’ancien tortionnaire de la prison de Khiam, Amer Fakhoury, qui a finalement quitté le Liban vers les États-Unis, dans la matinée, à bord d'un hélicoptère américain ayant décollé de l'ambassade US à Beyrouth.

"Nous ramenons un citoyen américain à la maison. C'est une très, très grande nouvelle", a déclaré M. Trump au début d'un briefing consacré au coronavirus à la Maison Blanche. Le gouvernement libanais "a travaillé avec nous (...) Nous sommes très fiers pour sa famille qui est très heureuse", a-t-il ajouté.

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a également réagi au retour de M. Fakhoury aux États-Unis, dont il possède la nationalité et où il vivait avant son arrestation. "Le citoyen américain Amer Fakhoury, détenu au Liban depuis septembre, rentre aux États-Unis où il retrouvera sa famille et recevra des soins médicaux d'urgence. Son retour est un soulagement pour ceux qui ont suivi l'affaire avec une profonde inquiétude. Nous sommes soulagés de pouvoir lui souhaiter la bienvenue chez lui", indique un communiqué du département d’État.

La sénatrice américaine Jeanne Shaheen qui s'est fortement mobilisée pour obtenir la libération de M. Fakhoury, était la première à avoir annoncé la nouvelle.  "Chaque fois qu'un citoyen américain est détenu à tort par un gouvernement étranger, nous devons utiliser tous les moyens à notre disposition pour le libérer. Je suis très heureuse qu'Amer rentre enfin chez lui et retrouve sa famille. Aucune famille ne devrait avoir à vivre ce que la famille Fakhoury a vécu", avait-elle déclaré dans un communiqué. Fin février, l'élue démocrate avait annoncé avoir présenté un projet de loi bipartisan sur "la tolérance zéro pour les détentions illégales" prévoyant des sanctions contre les responsables libanais impliqués dans la détention ou l’arrestation de tout citoyen américain au Liban.

Dans la matinée, un hélicoptère de la marine américaine avait atterri à l'ambassade des États-Unis à Aoukar, au nord de Beyrouth, avant de redécoller quelques minutes plus tard avec à son bord Amer Fakhoury, malgré la décision mardi du juge des référés de Nabatiyé, Ahmad Mezher, interdisant à l'ancien prisonnier de quitter le Liban, et ce pendant deux mois, par toutes les voies maritimes, terrestres et aériennes, sur la base d’une plainte déposée par plusieurs anciens détenus de la prison de Khiam.

Lundi, le tribunal militaire avait abandonné les charges contre l'ancien responsable de l'ALS, estimant que les crimes de collaboration avec Israël et de torture de détenus dans la prison de Khiam sont frappés de prescription. Cette décision avait suscité de vives réactions auprès des anciens prisonniers de Khiam et de leur famille. Dans la journée, le groupe parlementaire du Hezbollah a réclamé que les juges qui ont pris cette décision "ayant cédé aux pressions de pays parrainant et soutenant les ennemis"' du Liban "rendent des comptes et soient jugés". "Ils auraient été plus dignes s'ils avaient démissionné", poursuit ce texte.


Lire aussi

À Roumié et Qobbé, la colère gronde

Affaire Fakhoury : le Liban s’est-il plié aux pressions américaines ?



Le président américain Donald Trump a exprimé jeudi sa reconnaissance envers le gouvernement libanais, après la libération lundi de l’ancien tortionnaire de la prison de Khiam, Amer Fakhoury, qui a finalement quitté le Liban vers les États-Unis, dans la matinée, à bord d'un hélicoptère américain ayant décollé de l'ambassade US à Beyrouth.

"Nous ramenons...

commentaires (10)

Par exemple, le Mossad l aurait liquider…tot ou tard...

Jack Gardner

15 h 15, le 20 mars 2020

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • Par exemple, le Mossad l aurait liquider…tot ou tard...

    Jack Gardner

    15 h 15, le 20 mars 2020

  • Le jour où tous les assassinats, vols,et traîtrises commis sur le sol libanais seraient jugés on pourra parler de justice. Tant que ce n’est pas fait vous nous permettez d’émettre quelques réticences quant à son bon fonctionnement. Le reste n’est que balivernes. Espérons que le prix de cette mascarade ne soit pas exorbitant puisque tout le monde sait qu’un marché a eu lieu dans les coulisses mais on ignore encore ce qui a été sacrifié.

    Sissi zayyat

    11 h 14, le 20 mars 2020

  • Mais on a eu quoi en retour?

    Jack Gardner

    10 h 34, le 20 mars 2020

  • Une tambouille libano-américano-hezbienne...concoctée minutieusement par les trois "chefs", chacun y trouvant son intérêt ! Même si l'ingrédient "résistant" proteste de toutes ses forces, voix indignées et menaces bien épicées habituelles... Donc, rien de nouveau sous le ciel libanais ! Irène Saïd

    Irene Said

    10 h 00, le 20 mars 2020

  • Très bien, cette fable prouve une fois pour toutes que ces milices ne tirent leur supériorité que de leurs armes , leur cruauté et du pétrole iranien, et qu'elles ne sont qu'un ramassis de va-nus-pieds!

    Je partage mon avis

    08 h 53, le 20 mars 2020

  • Ha ha ha le. Hezbollah ?

    Eleni Caridopoulou

    20 h 54, le 19 mars 2020

  • Trump restera l'homme fort de la planète .

    Antoine Sabbagha

    19 h 38, le 19 mars 2020

  • Déprimant et désolant

    Chucri Abboud

    19 h 31, le 19 mars 2020

  • le hezb... devrait poursuivre le gouvernement américain, avec toutes les chances d'obtenir un résultat, non mais!!!!

    c...

    19 h 16, le 19 mars 2020

  • Trump l'a annonce

    RN

    17 h 46, le 19 mars 2020