Rechercher
Rechercher

Économie - Dette

Les noms des cabinets choisis pour assister le gouvernement officiellement annoncés

La ministre de l’Information Manal Abdel Samad Najd, porte-parole du gouvernement, hier à Baabda. Photo Dalati et Nohra

Le Conseil des ministres, réuni hier pour une session consacrée notamment à l’épidémie de coronavirus, a officiellement annoncé hier les noms des deux cabinets internationaux qu’il avait choisis pour l’épauler dans le processus de restructuration de la dette libanaise.

Comme l’avait annoncé L’Orient-Le Jour lundi en citant deux sources très proches du dossier, c’est bien le cabinet de conseil international franco-américain Lazard qui a été choisi pour s’occuper du volet financier de ce chantier, l’emportant sur les 11 autres candidats en lice (Rothschild & Co, Guggenheim Partners, Citibank, JPMorgan, PJT Partners, Houlihan Lokey, Newstate Partners, Standard Chartered, Global Sovereign Advisory, Deutsche Bank et White Oak).

Concernant le volet légal, c’est le cabinet d’avocats international Cleary Gottlieb Steen & Hamilton LLP qui a été sélectionné, aux dépens de White & Case LLP et Dechert LLP, dont fait partie l’ancien ministre Camille Abousleiman. Le gouvernement, qui avait fixé la date pour l’ouverture des plis à vendredi dernier, a finalement mis plusieurs jours avant d’annoncer les résultats de l’appel à propositions. Frappé par une importante crise économique et financière, le Liban doit notamment gérer la question de son endettement, qui flirte avec la barre des 92 milliards de dollars depuis fin 2019 (plus de 150 % du PIB). Depuis plusieurs semaines, une partie des cercles politiques et économiques du pays se demande notamment si le pays se doit de rembourser une série d’eurobonds s’élevant à 1,2 milliard de dollars et arrivant à échéance le 9 mars, tandis que l’autre partie appelle à négocier dès à présent avec les créanciers de l’État une restructuration de la dette. Le gouvernement Diab, qui s’était donné jusqu’à fin février pour trancher, a déjà entamé les préparatifs en vue de conduire des négociations préliminaires avec les créanciers.

Communiqué du FMI

Entre-temps, la délégation d’experts du Fonds monétaire international (FMI), arrivée au Liban la semaine dernière à la demande du gouvernement pour jauger la réalité de l’étendue de la crise, poursuit sa mission dans le pays. Dans un communiqué, le porte-parole de l’organisation, Gerry Rice, a dressé un court bilan des visites déjà effectuées par les experts, qui ont prolongé lundi leur mission initialement programmée jusqu’à dimanche pour une durée qui n’a pas encore été précisée. Celle-ci dépendra de la décision du gouvernement de formellement solliciter ou non une assistance technique du FMI pour l’aider à « faire face aux défis macroéconomiques », selon les termes de Gerry Rice. Ce dernier a rappelé que la délégation avait notamment rencontré le Premier ministre Hassane Diab, le président du Parlement Nabih Berry, le gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé et le ministre des Finances Ghazi Wazni. Il a ajouté que la délégation n’avait pour autre objectif que d’aider les autorités libanaises de façon « très informative et productive ».


Le Conseil des ministres, réuni hier pour une session consacrée notamment à l’épidémie de coronavirus, a officiellement annoncé hier les noms des deux cabinets internationaux qu’il avait choisis pour l’épauler dans le processus de restructuration de la dette libanaise.Comme l’avait annoncé L’Orient-Le Jour lundi en citant deux sources très proches du dossier, c’est bien le...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut