Le billet de Gaby NASR

Raclures de Fonds

Billet
Gaby NASR | OLJ
21/02/2020

On se réjouit de penser que depuis que la livre libanaise a viré monnaie de singe, on ne compte plus les spécialistes en économie, finance, gestion budgétaire et administrative, qui viennent parader sur les plateaux télé ou les réseaux asociaux pour nous éclairer de leurs saillies. Il nous tarde en revanche de savoir comment tous ces experts nous expliqueront demain pourquoi ce qu’ils ont prédit hier n’est pas arrivé aujourd’hui.

Entre-temps, le Libanais d’en bas pourra toujours se détendre en regardant Tonton Hassane enchaîner les réunions techniques tout en ronronnant des bobards rassurants, du genre : halte aux rumeurs, tout ce qui a été sorti dans les médias est un tissu de mensonges, rien n’a encore été décidé… et naninanère.

Pourtant la recette du FMI est archiconnue, et pour cause, il n’en a pas d’autre. À savoir, dans l’ordre ou le désordre : ratiboisage des salaires, ratissage des retraites, écumage des subventions. Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, suivront aussitôt : gonflette fiscale, boursouflure des prix, tour de vis supplémentaire à l’étranglement bancaire. Autant de joyeusetés en échange de quelques milliards de biftons verts dont pas un clampin ne verra la couleur. Bref, une véritable attaque à main armée !

Évidemment, les vieux canassons de la classe politique promettront pour la millionième fois de privatiser leurs poubelles. Chiche ! Si l’État arrive à fourguer son Électricité, son Eau et son Téléphone assaisonnés de leurs fonctionnaires planqués, sa compagnie aérienne aux tarifs indexés sur les réserves de la Banque d’Angleterre, son Casino aux caisses bourrées de jetons et à l’administration débordant de faux-jetons, sa Régie de tabac grande pourvoyeuse d’infarctus et de cancer du poumon, et si par-dessus le marché il arrive à récolter 1 000 livres symboliques de ce tas d’ordures, c’est que les financiers qui seraient intéressés se shootent au coronavirus.

Il n’empêche, une bonne palanquée de pays arabes, des monarchies arriérées jusqu’aux raclures totalitaires, ont privatisé une partie de leurs services publics. Y a que chez nous que ça coince. Chez nous seuls où la décision finale relève du secret défense. Demain, il y aura probablement un éteignoir pour nous rabâcher que les services publics relèvent du prestige de l’État (interdit de rire !) et qu’il faudra attendre que la situation régionale se décante avant de les livrer au pompage privé. Langue de bois certifiée conforme.

L’histoire de l’économie libérale est jalonnée de noms prestigieux : Adam Smith, Carl Menger, Stanley Jevons, Friedrich von Hayek. Alors pourquoi pas Michel Aoun, Nabih Berry, Hassane Diab et tous leurs pendentifs…

gabynasr@lorientlejour.com

À la une

Retour à la page "Billet"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Honneur et Patrie

Il n'est pas interdit de ne pas rire !

VIRAGE CONTRÔLÉ

Je ris pour l'allusion qui est faite de ces libanais qui se prétendent connaisseurs en économie , qui se pavanent sur des réseaux sociaux pour nous expliquer que des fonds de pension vautours seraient des institutions sérieuses pour le règlement de nos soucis économiques .

Merci Gaby d'avoir rabaisser le caquet à cette catégorie de personnes imbues de leur incompétence .

Eid Gaby

Merci M Nasr, votre talon n’a de pendant que la médiocrité de la classe politique. Malheureusement vous avez parfaitement raison que les mesures qui seraient envisagées par le FMI ne toucheraient que les pauvres libanais qui se lèvent tous les jours pour chercher la nourriture à leurs familles........

Ô Liban

Interdit de privatiser quoique ce soit car les seigneurs de la corruption se verraient dépourvus de moyens pour financer leurs attributs au dépend des finances publiques.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

JE NE FAIS TOUS CES JOURS QU,ENUMERER LES MESURES ANTI POPULAIRES DU FMI QUI NE TOUCHENT QUE LE PEUPLE ET EPARGNENT LES CORROMPUS VOLEURS ET LES MILLIARDAIRES ET MULTIMILLIONNAIRES.
MERCI GABY NASR !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants