Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

A partir de lundi, les compagnies aériennes au Liban n'accepteront plus que les paiements en dollars

Les voyageurs auront cependant la possibilité de régler les frais d'excédent de bagages et les pénalités de modification de réservation en livres libanaises à l’aéroport de Beyrouth, précise la MEA.

Deux avions de la compagnie aérienne libanaise Middle East Airlines (MEA), sur le tarmac de l'Aéroport de Beyrouth. Photo d'archives AFP

La compagnie aérienne libanaise Middle East Airlines (MEA) a annoncé samedi soir que toutes les compagnies opérant au Liban, dont la MEA, n'accepteront plus que les paiements en dollars à partir de lundi, alors que de sévères restrictions sont imposées depuis plusieurs semaines sur la circulation de la devise américaine dans le pays.

Dans un communiqué publié dans la soirée, la MEA précise que les compagnies accepteront également les paiements par carte bancaire et par chèque, effectués et libellés en "devise étrangère".

Cependant, "les voyageurs auront la possibilité de régler les frais d'excédent de bagages et les pénalités de modification de réservation en livres libanaises à l’aéroport Rafic Hariri de Beyrouth.

Ces derniers jours, les voyagistes se sont mobilisés contre les compagnies aériennes, à qui ils reprochent de leur livrer une concurrence déloyale en tirant parti des restrictions bancaires sur les transferts à l’étranger et les retraits de dollars en espèces qui se sont progressivement durcies depuis la fin de l’été, ainsi que de la hausse du taux livre/dollar chez les changeurs que ces restrictions ont provoquée.

Ces mesures informelles de contrôle de capitaux ont été adoptées en réaction à l’accélération de la dégradation de la situation économique et financière du pays en 2019. Bien qu’illégales tant qu’elles n’ont pas été entérinées par le Parlement, ces restrictions ont été officialisées et uniformisées par l’Association des banques du Liban à la mi-novembre, rendant extrêmement difficile pour tout acteur – particulier ou société – d’effectuer des règlements en devises à l’étranger.

Or pour vendre des billets d’avion, les agences de voyages doivent généralement obtenir un agrément auprès de l’Association internationale du transport aérien (IATA). Des alternatives existent, mais elles sont réservées à certains cas particuliers. Une fois agréés, ces voyagistes doivent régler en dollars la part des montants générés par les ventes de billets revenant à la compagnie aérienne concernée.

Si les clients veulent payer leurs billets en livres, les voyagistes sont contraints d’effectuer la conversion en tenant compte du prix chez les changeurs, qui a dépassé la barre des 2 000 livres depuis plusieurs semaines, tandis que le taux officiel est toujours de 1 515/1 520 livres pour les transactions bancaires.



Lire aussi

Les voyagistes libanais reprochent aux compagnies aériennes de profiter de la crise du dollar



La compagnie aérienne libanaise Middle East Airlines (MEA) a annoncé samedi soir que toutes les compagnies opérant au Liban, dont la MEA, n'accepteront plus que les paiements en dollars à partir de lundi, alors que de sévères restrictions sont imposées depuis plusieurs semaines sur la circulation de la devise américaine dans le pays.Dans un communiqué publié dans la soirée, la MEA...

commentaires (8)

CHAPEAU MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE VOILA UNE ACTION POSITIVE D'ANNULER CETTE REQUETTE DE PAYEMENT EN DOLLAR A ETRE ATTRIBUE A CE NOUVEAU MINISTERE MEME SI AOUN A VOULU LUI AUSSI EN PROFITER POUR DIRE QU'IL Y A CONTRIBUE IL FAUT AVOIR LE COURAGE DE DIRE BRAVO QUAND MEME ON EST EN DESACCORD SUR LA CONCEPTION INITIALE DE CE MINISTERE DE MEME SI LE MINISTRE REUSSI A ELIMINER GRANDEMENT LES VITRES TEINTES DES VOITURES , JE DIRAI CHAPEU BAS

LA VERITE

12 h 38, le 17 février 2020

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • CHAPEAU MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE VOILA UNE ACTION POSITIVE D'ANNULER CETTE REQUETTE DE PAYEMENT EN DOLLAR A ETRE ATTRIBUE A CE NOUVEAU MINISTERE MEME SI AOUN A VOULU LUI AUSSI EN PROFITER POUR DIRE QU'IL Y A CONTRIBUE IL FAUT AVOIR LE COURAGE DE DIRE BRAVO QUAND MEME ON EST EN DESACCORD SUR LA CONCEPTION INITIALE DE CE MINISTERE DE MEME SI LE MINISTRE REUSSI A ELIMINER GRANDEMENT LES VITRES TEINTES DES VOITURES , JE DIRAI CHAPEU BAS

    LA VERITE

    12 h 38, le 17 février 2020

  • Il est temps de dédollariser les échanges commerciaux dans le monde . L'axe de la résistance y travaille à fond dedans .

    FRIK-A-FRAK

    12 h 31, le 16 février 2020

  • Il serait temps de se pencher aussi sur les prix des billets pendant qu'on y est puisque la MEA, compagnie nationale en l'occurence d'un pays touristique où la diaspora représente le plus grand nombre de ses passagers et que l'on saigne depuis des décennies. Elle paie le prix fort pour venir voir sa famille dans son pays natal où le km parcouru est le plus cher du monde pour alimenter les poches des pourris et non pas pour améliorer et entretenir l'aéroport qui est devenu une poubelle et qui représente le pays du cèdre. Tout le monde sait qui est à l'origine de sa construction et qui a fait en sorte qu'il se dégrade de façon désastreuse pour qu'il soit à leur image.

    Sissi zayyat

    10 h 12, le 16 février 2020

  • LES BANQUES NE DONNENT DES DOLLARS QU,EN LIVRES LIBANAISES AU COURS DE 1507 LE DOLLAR. IL FAUT LES RETRANSFORMER EN DOLLARS AU COURS DE 2200/2500 L.L. LE DOLLAR POUR PAYER SON TICKET EN DOLLARS. C,EST DU VOL 3ALA 3AYNAK YIA TAJER ! LSSSSSSOUSSSSSS ! LSSSSSSOUSSSSSS !

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    09 h 57, le 16 février 2020

  • Alors qu’en même temps les banques séquestrent les dollars des libanais en toute illégalité d’un commun accord au sein de l’ABL. Est ce qu’il existe une association de consommateurs qui puisse assigner en justice cette ABL et son président.

    Liberté de Penser

    09 h 20, le 16 février 2020

  • Mesure illégale, s'il en est. Les compagnies opérant sur le territoire national devraient, obligatoirement, utiliser la monnaie du pays. Pourquoi dans ce cas afin d'officialiser cette mesure, illégale, une de plus, ne pas bannir définitivement notre monnaie et par la même dissoudre toutes les banques de la place et laisser place nette aux bureaux de change qui régissent, comme bon leur semble, les taux de change, après tout ces ayatollahs de la finance dictent les règles à la BDL depuis quatre mois...

    C…

    08 h 05, le 16 février 2020

  • Que les autres compagnies refusent d'être payées en LL, cela se comprend étant donné l'absence de possibilité de change de celle-ci. Mais que la compagnie nationnale refuse le paiement dans la monnaie locale, cela ne s'est jamais vu nulle part! Pauvre Liban... Nous sommes chez UBU!!!

    TORIEL Raphael

    05 h 10, le 16 février 2020

  • C'est légal ça?

    Gros Gnon

    01 h 59, le 16 février 2020

Retour en haut