Rechercher
Rechercher

Économie

La BDL s’exprime une nouvelle fois sur son « swap volontaire »

Dans un entretien sur le site de Bloomberg hier, le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé, est revenu sur le « swap volontaire » qu’il a proposé aux détenteurs d’eurobonds arrivant à maturité en 2020, une proposition qu’il avait déjà faite aux banques lors de la dernière réunion mensuelle tenue le 30 décembre entre la Banque centrale, l’Association des banques (ABL) et la Commission de contrôle des banques. Il avait déjà publiquement évoqué cette opération jeudi dernier lors d’une intervention sur la chaîne locale MTV.

L’opération, qualifiée à tort de « restructuration » par le site dans une première version de l’article en ligne qui a ensuite été modifiée, porte sur les titres de dettes en devises arrivant à maturité en mars, soit 1,2 milliard de dollars, alors que les informations circulant incluaient également ceux arrivant à échéance en avril et juin. L’échange proposé par la BDL se ferait avec des eurobonds de maturité plus longue. Le gouverneur a répété que cet échange ne sera effectué que si les banques l’acceptent. « Nous n’avons pris aucune décision pour le moment parce que nous n’avons pas de gouvernement », a précisé Riad Salamé à Bloomberg, l’exécutif présidé par Saad Hariri, qui a démissionné fin octobre sur fond de manifestations contre le pouvoir, n’ayant toujours pas été remplacé. Il ne s’est en revanche pas exprimé sur les 40 % de titres arrivant à échéance en mars, selon le site, et qui sont détenus par des investisseurs étrangers. Bloomberg cite également une source à la Byblos Bank selon laquelle le gouverneur a demandé aux banques du pays « la semaine dernière » que cet échange « paverait le chemin à un swap similaire avec un fonds étranger qui serait partant pour accepter l’opération », une information déjà rapportée par L’Orient-Le Jour.

Selon une source contactée par L’OLJ vendredi dernier, une telle opération d’échange de titres permettra à la BDL de détenir la majorité (environ 70 %) des eurobonds arrivant à échéance en 2020, ce qui décalera d’au moins un an la possibilité que l’État fasse défaut, sur fond de crise économique et financière.

D’après Bloomberg, les eurobonds arrivant à échéance en mars ont atteint un prix de 87 cents de dollar après avoir chuté à 77 cents en novembre, pour un rendement de 6,375 %. Le gouverneur a, lui, assuré que les réserves en devises de la BDL étaient encore à un niveau « acceptable et confortable ». Selon les chiffres de la Banque centrale, elles ont atteint 37,3 milliards de dollars à fin décembre 2019 (-6 % en un an). Ces réserves ne sont toutefois pas toutes disponibles. Celles en or ont enfin atteint 13,9 milliards de dollars à fin 2019 (+18,4 % en un an, en valeur).

Dans un entretien sur le site de Bloomberg hier, le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé, est revenu sur le « swap volontaire » qu’il a proposé aux détenteurs d’eurobonds arrivant à maturité en 2020, une proposition qu’il avait déjà faite aux banques lors de la dernière réunion mensuelle tenue le 30 décembre entre la Banque centrale, l’Association des...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut